Un lot exceptionnel de douze viroles pour Bizerte


Un lot de douze viroles de 450 tonnes pour 2.500 m3 a embarqué récemment dans le port d'Arles pour Bizerte, en Tunisie, à bord du navire conventionnel "Fehn Mariner". Une opération maritime exceptionnelle pour ce port fluvial en quête de trafics générateurs de chiffre d'affaires.


© Benoît Ponchon
© Benoît Ponchon
Le matériel qui a embarqué dans le port d'Arles au début du mois de mars a été construit dans les ateliers de l'usine locale de CMP. Les douze viroles ont été vendues à Polysius qui les destinait à une cimenterie tunisienne dans le cadre de la rénovation de ses unités de production, a expliqué Isabelle Parrouffe, chargée de clientèle Projets Industriels chez Transcausse, filiale du groupe Balguerie implantée à Marseille. Le navire, affrété par le courtier marseillais IC Brokerage, était en provenance de Livourne avant de faire escale à Arles où il a été en opérations du 11 au 12 mars, date à laquelle il est parti dans la journée à destination de la Tunisie.
Six personnes ont travaillé sur l'opération de manutention qui a nécessité deux grues : celle du port plus une autre de 250 tonnes apportée par le levageur Altead.
Le "Fehn Mariner", construit en Hollande en 1998, bat pavillon Antigua-et-Barbuda. Il mesure 89 mètres de long pour 12,40 mètres de large et affiche un tirant d'eau de plus de 4 mètres. Son tirant d'air s'élève à 9,50 mètres et son port en lourd est de 2.056 tonnes.
Benoît Ponchon, le directeur du port d'Arles, attache une importance particulière à ce type d'opérations. Il en dénombre environ cinq par an. Selon lui, ces lots exceptionnels nécessitent des compétences locales et sont générateurs de valeur ajoutée.

"Tonnage en baisse mais chiffres d'affaires en amélioration"


Le port d'Arles a achevé l'année 2012 sur un trafic en baisse de 10 % à 436.648 tonnes mais a vu son chiffre d'affaires progresser de 6 % à plus de 2 millions d'euros. Selon le directeur de l'établissement géré par la CCI d'Arles, l'arrivée de certains trafics nécessitant l'apport de prestations en matière de main-d’œuvre et de valeur ajoutée est à l'origine de cette situation paradoxale.
En 2012, le port arlésien a traité 286 escales. Il perdu des trafics nécessitant des "prestations modestes" et générant donc un chiffre d'affaires minime, tels que le ciment qui a régressé de près de 40 % pour s'établir à 66.200 tonnes et les céréales, en chute de 35 % à 80.000 tonnes. Mais Benoît Ponchon se félicite de la montée en puissance du papier, qui a augmenté 500 % à 15.600 tonnes, de la hausse de 120 % des granulats qui ont franchi la barre des 100.000 tonnes (représentant 23,25 % du trafic global). Dans la filière granulats, il mentionne le ballast ferroviaire en provenance de Mâcon, un trafic "fragile, qui craint la pollution, pour lequel on fait de la reprise sur camion".
Quant aux combustibles, qui se sont envolés en 2012 à plus de 100 %, il s'agit d'une hausse ponctuelle. Il regrette que le bois ait baissé de 22,7 % ( à 72.700 tonnes) mais rappelle que, si les volumes liés au bois de tempête de Bayonne ont disparu, le port d'Arles continue à exporter des planches vers le Maghreb. Enfin, à propos du sel de déneigement (en forte baisse de 58 %), M. Ponchon rappelle qu'il s'agit d'un trafic lié aux conditions climatiques.

L'extension du quai Nord pour 2014

En matière d'investissement, les travaux d'extension du quai Nord se poursuivent à Arles. Le directeur du port attend la livraison des nouvelles installations au premier trimestre 2014. "Cette extension nous permettra de nous tourner vers la ligne régulière", a-t-il rappelé.
Quant au "pôle engrais", il estime qu'il fallait que l'entreprise Sud Engrais Distribution bénéficie d'un outil adapté. Le projet, qui sera opérationnel en 2014, a pour ambition d'alimenter l'axe Rhône-Saône. À plus long terme, le port d'Arles compte également sur la construction d'un pont au-dessus de la voie ferrée en remplacement de la voie routière située en dessous et qui constitue un handicap pour le transport de colis volumineux et encombrants. Un projet à l'horizon 2030 pris en charge par la communauté d'agglomération.

Vincent Calabrèse

Mercredi 13 Mars 2013





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Mars 2013 - 17:06 BP2S : enjeux et défis du shortsea


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse