Un nouvel "Erika", quinze ans après, est toujours possible


Il y a quinze ans, l'"Erika" sombrait au large de la Bretagne, provoquant une vaste marée noire. Une telle catastrophe pourrait-elle se produire à nouveau ? "Oui", répond Jean-Paul Hellequin, président de l'association bretonne Mor Glaz de défense de l'environnement maritime.


Un nouvel "Erika", quinze ans après, est toujours possible
"Un drame comme celui de l'"Erika" pourrait se produire à nouveau", assure l'ancien marin Jean-Paul Hellequin, jugeant que le transport maritime - première activité mondiale avec 7 milliards de tonnes de marchandises échangées en 2013- "connaît des dérives". Le naufrage le 12 décembre 1999, en pleine tempête, du navire vieux de vingt-cinq ans, battant pavillon maltais, affrété par le groupe Total et appartenant à un armateur italien, avait souillé 400 km de côtes et mazouté plus de 150.000 oiseaux. À la suite de cette catastrophe des mesures nationales, européennes et internationales avaient été prises pour renforcer la sécurité maritime. Au niveau européen, trois trains de mesures (Erika I, Erika II et Erika III) avaient été adoptés, prévoyant le renforcement des contrôles à bord des navires dans les ports, une meilleure surveillance du trafic maritime ou encore le remplacement progressif des pétroliers à simple coque par des navires à double coque.

"Bombes flottantes"

"Depuis la catastrophe de l'"Erika", les textes se sont empilés les uns sur les autres, mais dans les faits rien n'a changé", regrette cependant Jean-Paul Hellequin. Les navires à double coque "ne sont pas la panacée", juge celui qui est aussi porte-parole de la CGT des marins du Grand Ouest, expliquant qu'ils requièrent un entretien particulier. De fait, l'espace entre les coques peut parfois être rempli d'eau ou de fuel, favorisant la corrosion... et du coup accélérant leur vieillissement. Pire, des micro-fissures peuvent survenir au niveau de la coque intérieure et dégager des gaz. "Si ces double-coques ne sont pas régulièrement dégazées et surveillées, elles deviennent de véritables bombes flottantes", prévient-il. Il estime par ailleurs qu'un tiers des navires dans le monde devraient être déconstruits car en mauvais état.

"Un tiers des navires dans le monde devraient être déconstruits car en mauvais état"


Le président de l'association Mor Glaz (mer bleue en breton), qui réunit quelque 260 membres dont de nombreux experts du monde maritime, estime que la sécurité sur les mers dépend "avant tout de la volonté de laisser appareiller ou non un navire jugé en mauvais état". Reste que les navires sont chaque jour plus grands, certains pouvant transporter jusqu'à 18.000 EVP. Les armateurs sont en effet engagés dans une course au gigantisme destinée à réduire leurs coûts de fonctionnement. "Aucun pays au monde n'est préparé à faire face aux éventuelles difficultés que pourraient rencontrer ces navires en mer", estime Jean-Paul Hellequin, disant regretter que la France ait supprimé en 2011 le remorqueur d’assistance et de sauvetage posté jusque-là dans le golfe de Gascogne.
Le fuel lourd de l'"Erika", qui en transportait lors de son naufrage 37.000 tonnes, avait atteint les côtes françaises dans la nuit de Noël. Poussé par les tempêtes, le pétrole avait souillé 400 km de côtes, du Finistère à la Charente-Maritime. Certains sites comme Crozon (Finistère) avaient été touchés de façon marginale et rapidement nettoyés. Mais d'autres, comme Groix (Morbihan), Le Croisic (Loire-Atlantique) ou Noirmoutier (Vendée), étaient encore en cours de nettoyage un an plus tard. Un total de 250.000 tonnes de sable et de galets avaient été enlevées pour éliminer toute trace d'hydrocarbures sur le littoral. Un mois après l'arrivée de la marée noire, 115.000 tonnes de fuel lourd et de déchets contaminés (eau de mer, sable, algues, roches et débris divers) avaient été ramassées.
En septembre 2012, la Cour de cassation avait confirmé toutes les condamnations, dont celle de Total, dans l'affaire de ce naufrage. Total a été condamné avec la société de classification Rina à 375.000 euros d'amende. Total a aussi versé 171 millions d'euros d'indemnisations aux parties civiles, et Rina 30 millions d'euros.

Sandra Ferrer

Mardi 16 Décembre 2014



Lu 72 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse