Un port pétrolier chez les bélugas du Saint-Laurent


Les sondages et relevés sismiques menés cet été à Cacouna, dans l'estuaire du fleuve Saint-Laurent, dans l'optique de la construction d'un terminal pétrolier en eaux profondes, ont déclenché une levée de boucliers des scientifiques canadiens, tels que Pierre Béland. Cet océanographe, ancien biologiste du ministère canadien des Pêches et des Océans, dénonce un projet bâclé qui pourrait être fatal pour les bélugas, ces cétacés en voie de disparition qui ne vivent qu'en eaux polaires.


Un port pétrolier chez les bélugas du Saint-Laurent
La justice québécoise a ordonné le 23 septembre la suspension des activités de forage au large de Cacouna jusqu'au 15 octobre, soit jusqu'à la fin de la période de reproduction des bélugas. Si le projet devait reprendre et que ce port pétrolier ouvrait en 2018, quelle incidence aurait-il sur les bélugas ?

Ça pourrait être fatal. Ce projet consiste à construire une jetée d'au moins 700 mètres en plein dans l'habitat vital des bélugas. Cette population est totalement isolée de celle de l'Arctique. La colonie du Saint-Laurent a été décimée par la chasse jusque dans les années 1920-1930, puis par l'accumulation de produits toxiques et ensuite par le dérangement causé par l'augmentation du trafic maritime. Tout cela a fragilisé la population de bélugas qui compte maintenant moins de 1.000 individus. La situation est très critique et ce projet arrive alors que la population, que l'on croyait stabilisée depuis quelques années, est à nouveau en diminution : depuis 2008 on constate une augmentation de la mortalité chez les "veaux", ce qui est extrêmement inquiétant.

En ordonnant la suspension des travaux, la justice a déploré dans son jugement "qu'aucun des représentants du ministre québécois de l'Environnement ayant travaillé sur le dossier ne connaisse les mammifères marins". Comment cela est-il possible ?

La situation des bélugas du Saint-Laurent est connue et tous les articles scientifiques écrits à ce sujet ont mené à sa désignation en 1983 comme espèce menacée d'extinction. Les deux gouvernements (canadien et québécois) sont conjointement responsables d'assurer la survie de l'espèce. La loi stipule qu'avant de faire quoi que ce soit dans un habitat protégé, le ministère fédéral des Pêches et des Océans doit fournir un avis scientifique. Le ministère aurait dû demander à ses experts ou à des conseillers expérimentés de rédiger cet avis. Mais ils ont plutôt choisi une scientifique qui ne fait pas de recherche sur les bélugas du Saint-Laurent.

Comment s'explique, selon vous, ce choix surprenant ?

Pour les décideurs actuels, toute analyse d'impact sur l'environnement constitue une perte de temps qui retarde les projets économiques. Le gouvernement de Stephen Harper à Ottawa favorise l'exploitation du pétrole, particulièrement celui des sables bitumineux d'Alberta, et il veut absolument qu'il y ait un pipeline jusqu'à Cacouna et que le port pétrolier soit construit. Ce gouvernement a même changé la loi à la dernière minute en 2012 : dans l'habitat des espèces menacées tu ne peux rien faire... sauf faire passer des pipelines.

Posées sur le Saint-Laurent, les deux barges scrutent les profondeurs du fleuve. Sondages sismiques et forages doivent permettre de vérifier que ces eaux, au cœur de la zone de reproduction des bélugas, sont idéales pour accueillir un terminal pétrolier tourné vers l'Europe. Même si les vrais travaux ne devraient pas débuter avant au moins 2016, et les premiers pétroliers accoster avant 2018, la seule mise à l'eau de cette petite armada a suffi à enflammer l'opinion publique au Québec. Avant que la controverse ne s'élève et que des pancartes "Coule pas chez nous" viennent fleurir dans les jardins, Cacouna était un petit village endormi sur la rive Sud de l'estuaire du Saint-Laurent. Désormais, ce bourg de 2.000 âmes incarne bien malgré lui un énième combat à la David contre Goliath opposant défenseurs de l'environnement et industrie pétrolière de l'Ouest du Canada. Avec en ligne de mire, le sort incertain d'une colonie de bélugas. Bien que les rivages de Cacouna soient particulièrement prisés par ces petites baleines blanches pour mettre bas, le géant canadien de la distribution d'hydrocarbures TransCanada a l'intention d'y construire un port en eaux profondes directement relié aux gisements de sables bitumineux de l'Alberta. À raison de 1,1 million de barils par jour, le méga-oléoduc qui serait bâti pour l'occasion remplirait jusqu'à cinq super-pétroliers par semaine.

Clément Sabourin

Mercredi 1 Octobre 2014



Lu 128 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse