Un sénateur demande de protéger STX France



© STX
© STX
Le sénateur socialiste de Loire-Atlantique Yannick Vaugrenard a demandé lundi 8 avril au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, la mise en place d'un dispositif pour protéger les ex-Chantiers de l'Atlantique, devenus "STX France", des risques suscités par le brutal affaiblissement boursier de son actionnaire coréen STX. À la suite du dévissage boursier de STX Offshore and Shipbluilding à Séoul la semaine dernière en raison de grosses difficultés de trésorerie, M. Vaugrenard redoute "que la vente d'actions STX (actionnaire des chantiers de l'Atlantique à 66,66 % via STX Europe tandis que l’État français en possède 33,34 %) ait lieu sans surveillance de la part de la France". M. Vaugrenard craint notamment que l'un ou l'autre des principaux concurrents européens des Chantiers de l'Atlantique, comme l'italien Fincantieri, n'en profite pour entrer dans leur capital. "Il est donc indispensable, et tout de suite, qu'un système d'alerte soit mis en place, dans l'hypothèse de ventes d'actions STX, afin que notre pays se positionne au plus tôt", estime le sénateur. "De grands industriels français devraient logiquement être intéressés, tel Alstom notamment, compte tenu de la perspective de diversification industrielle qui voit le jour avec le développement de l'éolien offshore", ajoute M. Vaugrenard. "Un tour de table des grands groupes industriels français s'avère nécessaire et urgent, à l'initiative de l’État, car une plus grande maîtrise des capitaux apparaît aujourd'hui déterminante", ajoute-t-il.
Dernier grand chantier naval français, spécialisé dans les navires de croisière géants, mais qui réalise aussi des navires militaires pour DCNS, les Chantiers de l'Atlantique ont reçu un ballon d'oxygène après plus de deux ans de trou d'air dans leur carnet de commande lorsqu'ils ont été choisis fin décembre pour réaliser un paquebot de plus d'un milliard d'euros de type Oasis pour l'Américain Royal Caribbean International (RCI), numéro deux mondial de la croisière. Les Chantiers de l'Atlantique emploient directement 2.050 salariés. À plein régime, ils font travailler quelque 4.000 salariés via leurs sous-traitants. Du fait du trou dans leur carnet de commande, en attendant la mise en chantier du paquebot géant, quelque 800 salariés de STX sont touchés par du chômage partiel. STX Europe, actionnaire principal des ex-Chantiers de l'Atlantique est lui-même détenu à 66,7 % par STX Offshore and Shipbuilding et à 33,3 % par STX Engine, tous deux Coréens, via STX Norway. L'ensemble STX Europe emploie 14.500 personnes, notamment en France, en Finlande et en Norvège.

AFP

Mardi 9 Avril 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse