Un vent d'optimisme en provenance de la Baltique


Dans un contexte économique marqué par une incertitude à court terme, le transport maritime conteneurisé devrait connaître à plus long terme de bonnes perspectives dans les ports d'Europe du Nord. Selon le dernier rapport d'Ocean Shipping Consultants (OSC), l'est de la mer Baltique a joué en 2011 un rôle de moteur.


© MSC
© MSC
À 57,9 millions d'EVP, l'ensemble des ports du Nord Europe a enregistré l'an dernier une croissance de 22 %, estime OSC, les consultants britanniques du groupe Royal Haskoning. Le dynamisme des ports situés à l'est de la mer Baltique et un certain nombre d'autres facteurs ont contribué à la croissance du trafic de la région.
L'étude précise que les volumes de conteneurs en transbordement ont augmenté. Le document explique que les schémas de dessertes ont évolué, avec "la création de services directs dans les ports situés à l'est de la Baltique et l'émergence sur cette zone de plates-formes de transbordement régionales".
Les auteurs de la note soulignent que des navires de plus grande capacité ont fait leur apparition sur le marché Europe-Asie et que d'autres sont sur le point d'être mis en service.
Toutefois, "le marché du transport conteneurisé reste en crise, confronté à une sévère surcapacité qui s'est traduite par de lourdes pertes financières. L'attitude des lignes en tant que clientes des terminaux conteneurisés d'Europe du Nord génère de grandes incertitudes", commente OSC dans son étude.
Sur le court terme, les perspectives restent en effet incertaines, en raison notamment des turbulences macro-économiques que traverse la zone euro. Sur le long terme, les perspectives sont bonnes et la croissance de trafic devrait être au rendez-vous, prévoient les consultants britanniques. L'étude s'attend à des changements de grande envergure du côté des terminaux, que ce soit au plan opérationnel et d'exploitation qu'en termes d'investissements.

"Incertitudes à court terme mais espoirs à l'horizon 2020"


L'étude montre que ce sont les ports baltes de l'est qui ont connu la croissance la plus forte dans le secteur du conteneur entre 2001 et 2011. Ils sont certes partis de très bas mais ils ont fait un saut de 395 % sur dix ans et de 79 % entre 2006 et 2011 pour atteindre 4,9 M EVP.
Les volumes traité dans le nord du continent ont grimpé de 95 % en dix ans et 17 % entre 2006 et 2011 pour arriver à 39,5 M EVP (représentant environ 68 % du trafic total).
Du côté du Royaume-Uni et de l'Irlande, la hausse s'est élevée à 28 % entre 2001 et 2011 et de 2 % entre 2006 et 2011 pour atteindre un trafic de 9,3 M EVP. Enfin, les ports scandinaves ont vu leur trafic croître de 44 % sur la période décennale 2001-2011 et de 6 % durant les cinq dernières années, achevant 2011 sur un volume annuel de 4,2 M EVP.
Au chapitre des volumes en transbordement, les ports nord-européens ont enregistré une croissance de 29 % sur la période 2006-2011, à 15,1 M EVP. Ce segment de trafic a représenté l'année dernière 26 % du volume global de l'activité conteneurisée, selon l'étude des consultants britanniques.

41 à 61 % de croissance attendue sur les neufs ans à venir

Pour les années à venir, sur la période 2011-2020, OSC prévoit une croissance globale de trafic pour les ports du nord du continent de 41 à 61 %. On devrait donc voir le volume global s'élever jusqu'à 93,2 M EVP puis progresser encore de 15 à 20 % à l'horizon 2025 pour atteindre 94,3 à 112,5 M EVP.
Les volumes en transbordement, de leur côté, devraient augmenter de 43 à 68 % pour atteindre une fourchette située entre 21,6 M EVP et 25,4 M EVP sur la période allant jusqu'en 2020. Sur les cinq années situées au-delà, cette hausse pourrait se situer autour de 15 à 20 % pour un volume allant de 94,3 M EVP à 112,5 M EVP.
L'étude a le mérite d'apporter une bouffée d'optimisme aux acteurs du shipping européen qui broient du noir depuis quelques années car ces données ne les incitent à ne pas jeter l'éponge au moment où de nombreux indicateurs ne sortent pas du rouge. On peut regretter que ces prévisions de croissance soient focalisées sur le Nord Europe et qu'elles soient calculées sur le moyen terme. Car seuls les armateurs dotés d'une solide trésorerie peuvent traverser les périodes de crise sans casse. Quant aux ports, le vent d'espoir de la Baltique ne concerne pas beaucoup ceux de l'Hexagone. L'amélioration de la santé de leurs grands confrères européens pourrait se traduire toutefois par la récupération de certaines parts de marchés.


Vincent Calabrèse

Mardi 18 Septembre 2012



Lu 500 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse