Une Chine affamée d'énergie mise sur la "glace combustible"


La Chine multiplie les forages dans les fonds marins à la recherche de "glace combustible", une énergie fossile prisée pour son gaz méthane, mais son utilisation concrète au niveau mondial prendra encore au moins dix ans.


L'hydrate de méthane est surnommé "glace combustible" car il peut brûler © Gouvernement
L'hydrate de méthane est surnommé "glace combustible" car il peut brûler © Gouvernement
Cette "glace" est en fait constituée de molécules de méthane piégées dans des molécules d'eau cristallisée. On la trouve sous le plancher océanique ou le permafrost (sol gelé) des régions arctiques. Mais son extraction est difficile, et surtout très coûteuse. La Chine fait partie des quelques pays qui ambitionnent d'exploiter cette ressource pour répondre à une demande énergétique croissante.
Or, Pékin a récemment annoncé une "avancée historique" suite à des forages réussis en mer de Chine méridionale, après presque deux décennies de recherche. En six semaines, la Chine a extrait plus de 235.000 m3 de ces "hydrates de méthane" depuis les eaux situées à environ 300 km au sud-est de la ville de Zhuhai (tout au sud du pays), selon les autorités géologiques nationales. "La Chine a dépassé les attentes dans ses tests de recherche de glace combustible en utilisant des innovations nationales en matière de technologie", s'est félicité Ye Jianlong, chef du département de géologie marine de la ville de Canton (sud), l'organisme qui mène les forages.
Un mètre cube d'hydrate de méthane (surnommé "glace combustible" car il peut brûler) peut générer 164 m3 de gaz méthane, selon le Département américain à l'énergie. Les estimations des réserves planétaires varient mais, selon les États-Unis, elles pourraient dépasser "la teneur énergétique de toutes les autres énergies fossiles connues". Les analystes indépendants sont réticents à chiffrer l'étendue des gisements. Mais, pour eux, ils sont considérables et pourraient "changer la donne" pour les pays qui ont un accès limité aux énergies fossiles traditionnelles.

"Une ressource rentable autour de 2030"

"Le Japon est le parfait exemple. Ils n'ont pas beaucoup de gaz classique et, pour eux, cela pourrait constituer une importante réserve", explique Ingo Pecher, maître de conférences à la faculté des sciences de l'Université d'Auckland, en Australie. L'archipel nippon est lourdement tributaire d'importations de gaz naturel liquéfié, car la plupart des réacteurs nucléaires du pays sont encore à l'arrêt six ans après la catastrophe de Fukushima. "L'équation est principalement économique", souligne Ingo Pecher. Car, si des réserves de "glace combustible" ont été détectées dans le monde entier, de la Nouvelle-Zélande à l'Alaska, le principal défi est de trouver des gisements très concentrés et accessibles.
Plusieurs pays ambitionnent d'exploiter la glace combustible. Le Japon a fait état de succès dans ses travaux de forage au large de sa côte Est. Et les États-Unis ont obtenu des résultats positifs de tests menés dans le golfe du Mexique. Mais organiser une production viable économiquement mettra "encore dix ans", nuance Paul Duerlo, directeur général du cabinet de conseil Boston Consulting Group, basé à Tokyo. Les experts chinois de la glace combustible estiment qu'elle pourra devenir une source d'énergie rentable "autour de 2030". "On sait où sont les ressources, on a la technologie nécessaire, mais le niveau de la production qui sort des puits n'est pas viable commercialement au vu des prix actuels", note Paul Duerlo.
Le méthane est extrait par chauffage, ou en réduisant la pression à l'intérieur du puits, afin de décomposer les hydrates en gaz et en eau. Autre défi majeur dans l'extraction : l'éventualité que du méthane - un gaz à effet de serre - ne se répande dans l'atmosphère, explique Yuan Xu, professeur au département de géographie et de gestion des ressources de l'Université chinoise de Hong Kong. Mais la glace combustible conserve cependant un "énorme potentiel" si les obstacles financiers et technologiques tombent, souligne-t-il.

Allison Jackson

Jeudi 17 Août 2017



Lu 633 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 14 Novembre 2017 - 13:46 CGG creuse ses pertes au troisième trimestre €

Mardi 14 Novembre 2017 - 13:08 Le Ghana rêve de boom pétrolier €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse