Une année 2011 agitée pour les matières premières


Du cuivre au cacao, en passant par le pétrole, l'or ou le sucre, les marchés des matières premières ont terminé sur une note morose une année 2011 en dents de scie, plombés par le ralentissement de l'économie mondiale.


© PORT DE DUNKERQUE
© PORT DE DUNKERQUE
Après s'être envolés en 2010 de record en record dans un environnement euphorique, les prix des matières premières ont pour la plupart connu une véritable débâcle cette année. Ainsi, la plupart des métaux industriels (cuivre, étain, zinc) ont vu leurs cours dégringoler de 25% sur l'année. Les métaux précieux ne sont pas épargnés : après un sommet depuis 30 ans en avril, l'once d'argent a perdu 47% de sa valeur, et le platine a lâché 23% depuis début janvier.
Du côté des matières premières agricoles, l'arabica coté à New York a cédé quelque 30 % après un sommet depuis 1977 en avril. Le sucre a abandonné plus de 20 % sur l'année et les prix du blé environ 30 %.

Comme de vulgaires actifs boursiers

Après quatre premiers mois relativement enthousiastes, les matières premières ont entamé à partir de mai une période de fortes turbulences, "à l'unisson des actifs jugés à risque, comme les Bourses", constate Julian Jessop, du cabinet britannique Capital Economics. Pour Roxana Mohammadian-Molina, de Barclays Capital, "l'aggravation de la crise des dettes souveraines européennes et les craintes de ses répercussions financières, ainsi que les inquiétudes sur un coup d'arrêt brutal de l'économie chinoise ont exacerbé le pessimisme des opérateurs". Le resserrement de la politique monétaire en Chine, premier consommateur de métaux, et la contraction de l'activité manufacturière cet automne, en Chine, aux États-Unis comme en Europe, ont contribué à freiner la demande.

«Il y a déconnexion des prix avec les réalités du marché»

Signe de ce violent retournement de confiance : alors que les investissements dans les matières premières avaient augmenté de 9 milliards de dollars en juin, ils ont enregistré sur le mois de septembre un recul de 10 milliards de dollars, une baisse record, selon les chiffres de Barclays Capital. "L'an dernier, on parlait d'un +super-cycle+ vertueux où les prix étaient tirés irrésistiblement par la demande exponentielle des pays émergents, et on s'aperçoit finalement que les prix peuvent plonger très facilement : ils jouent aux montagnes russes", souligne Julian Jessop.

La reprise s'annonce incertaine

De surcroît, "on a assisté à une déconnexion palpable entre les prix et les véritables fondamentaux du marché", poursuit Roxana Mohammadian-Molina. Alors que des mines de cuivre géantes ont été perturbées de long mois par des grèves au Chili puis en Indonésie, la réduction de la production n'a guère enrayé le plongeon du métal rouge. Dopés au printemps par les révoltes dans le monde arabe, les cours du pétrole ont peiné à maintenir leurs gains : après avoir atteint 127 dollars à son plus haut niveau de l'année début avril, le baril de Brent finit l'année autour de 107 dollars.
"Étant donné les menaces géopolitiques sur la production, le pétrole aurait dû s'échanger bien au-dessus de 150 dollars le baril en 2011, mais c'était sans compter un environnement macroéconomique inquiétant", observe Roxana Mohammadian-Molina.
Mais pour certaines matières alimentaires, le niveau de l'offre garde souvent son importance : le prix du cacao s'est ainsi effondré de 50 % depuis mars, la demande peinant à absorber une récolte record en Afrique de l'ouest.
La plupart des analystes se montrent très circonspects pour 2012 : si un rebond des prix est attendu, celui-ci devrait rester très modéré dans les prochains mois, étant donné la morosité de l'économie. "Tout dépendra de la politique monétaire américaine, de la capacité de la Chine à éviter un atterrissage brutal de sa croissance, et surtout des efforts des Européens pour trouver une solution à la crise de la dette", résume Adam Sieminski, analyste de Deutsche Bank.

Julien Girault

Mercredi 4 Janvier 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse