Une année 2016 morose pour le port de Bordeaux


La forte baisse des céréales et le recul des granulats ont empêché le Grand Port maritime de Bordeaux de progresser en 2016. À l'instar de nombreux autres ports de l'Hexagone, il n'a pas été épargné lui non plus par la morosité de la conjoncture...


© GPMB
© GPMB
Le Grand Port maritime de Bordeaux (GPMB) a achevé l'année 2016 sur un trafic s'élevant à 7,8 millions de tonnes, en recul de 6,5 % par rapport à 2015, où il avait comptabilisé 8,38 millions de tonnes.
Pour Étienne Naudé, le directeur de la Stratégie et du Développement de l'établissement portuaire girondin, l'année a été marquée par la crise céréalière qui a frappé tous les ports de l'Atlantique. À 1,57 million de tonnes, cette filière a chuté de 23 %. Il relève également un autre facteur ayant compté dans le recul de l'activité annuelle, les granulats, qui ont chuté de 32 %, à 282.000 tonnes. "Nous avons souffert de la crise du BTP. Nous n'avons pas encore bénéficié du regain d'activité dans le secteur".
Les hydrocarbures (représentant encore la moitié du trafic global du port) ont baissé de 3,19 % pour s'établir à 4,14 millions de tonnes.
Étienne Naudé mentionne un léger retrait des importations (- 2,59 %) à 3,9 millions de tonnes. Le directeur de la Stratégie et du Développement du port girondin rappelle que la société Vermilion continue toutefois à exporter du pétrole brut produit sur son unité de Bassens.
Les graines oléagineuses ont progressé de 63 % à l'import sur les installations bordelaises l'an dernier pour s'établir à 423.000 tonnes et crû de 16,5 % à l'export (52.700 tonnes, à l'export). Étienne Naudé relève le rôle joué par l'usine Saipol (groupe Avril) basée sur les installations de Bassens également.
Selon lui, les engrais se sont bien portés puisqu'ils ont progressé de 28,6 % l'an dernier à l'export, à 264.300 tonnes. En revanche, ils ont reculé de 21,5 % à l'export, à 1.200 tonnes.
Du côté des vracs, le charbon, à 150.000 tonnes, est resté stable par rapport à 2015.

"Affaire du terminal du Verdon : jugement rendu dans trois semaines"


Autre trafic en baisse sur le port girondin en 2016, les bois tropicaux. Une filière qui a reculé de plus de 40 % à 1.300 tonnes. Le dirigeant du GPMB rappelle que les importations de grumes est une filière qui est en train de disparaître puisque les opérations de sciage s'effectuent aujourd'hui sur le lieu de production. En revanche, les bois du Nord ont progressé de plus de 2 %, à 34.200 tonnes.
Le trafic conteneurisé, pour sa part, a baissé en 2016 de 8,7 % pour s'établir à 57.243 EVP. "On en revient au volume de 2014", souligne-t-il. Il mentionne que les feeders de MSC et CMA CGM, des unités d'une capacité moyenne de 1.000 EVP, font escale à Bassens. Selon lui, "au Verdon, on pourra viser des porte-conteneurs de plus grande taille".
Évoquant l'affaire de l'annulation par la justice de la mise en référé du terminal à la société Europorte en novembre 2016, Étienne Naudé estime qu'il va falloir prendre patience puisque le jugement devrait être rendu début mars.
Enfin, dans le secteur de la croisière, le port de Bordeaux a accueilli 50 escales en 2016. "Nous avons déjà atteint l'objectif que nous nous étions fixé pour 2020. Nous devrions atteindre 53 escales en 2017", explique le dirigeant qui a comptabilisé 33.200 passagers. Le port de Bordeaux prévoit en outre de créer un autre terminal à Pauillac qui permettra d'accueillir des navires de 300 à 340 mètres.

Investissements : une enveloppe trois plus grosse qu'en 2016

Au chapitre des investissements, le port de Bordeaux a prévu cette année un programme de 30 millions d'euros, soit trois fois plus qu'en 2016. L'an dernier, une enveloppe de 10 millions d'euros avait permis de finaliser le terminal de Grattequina et les aménagements sur la zone logistique du Verdon.
"Nous sommes en train de signer une opération de dragage pour améliorer le chenal jusqu'à Bassens et Ambès", explique le directeur de la Stratégie et du Développement au GPMB. Au plan foncier, le port girondin prévoit, à hauteur de 7,5 millions d'euros, l'aménagement de zones multimodales destinées au déchargement des camions mais aussi des trains reliés au Verdon.
Autres investissements programmés par le GPMB, la création d'un pôle naval puisque le port girondin fait partie des dix-huit ports européens retenus par l'UE comme site de déconstruction et de maintenance européens des navires. L'établissement prévoit également la création d'un foyer des marins. Le bâtiment, qui va accueillir le Seamen's Club, sera créé sur le terminal de Bassens.

Vincent Calabrèse

Vendredi 10 Février 2017



Lu 866 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse