Une journée céréales pas totalement rassurante pour le port de Rouen


Créée en 1975, la "Journée céréales" organisée par le Grand Port maritime de Rouen constitue toujours un événement pour un port qui reste le leader des exportations de grains en Europe de l’Ouest. Les intervenants du 29 avril ont soufflé le chaud mais aussi le tiède sur l’avenir du port normand.


Rouen est le principal port céréalier d'Europe © Sénalia
Rouen est le principal port céréalier d'Europe © Sénalia
En ouverture de la 28e "Journée céréales" du Grand Port maritime de Rouen (GPMR), Nicolas Occis, directeur général du GPMR, a annoncé deux très bonnes nouvelles. À fin avril, la campagne céréalière d’exportation commencée à l’été 2015 atteignait déjà 7,1 millions de tonnes, en progression de 11 % sur l’excellente campagne précédente. Mieux encore, plus d’un million de tonnes de grains sont sorties des silos rouennais au cours du mois de mars, soit un record mensuel qui datait du début des années 90.

"Des doutes sur l’avenir des ports fluviomaritimes"


Sur le premier des deux thèmes retenus pour la journée, soit "les innovations qui vont modifier notre environnement de marché", Paul Tourret, directeur de l’Institut supérieur d’économie maritime (Isemar), est intervenu sur les navires et ports du futur. À ce sujet, il a émis quelques doutes sur l’avenir des ports fluviomaritimes tels que Nantes, Bordeaux ou… Rouen, confrontés qu’ils sont au "darwinisme maritime où les plus faibles disparaissent" et à l’augmentation de la taille des navires. Même s’il a rassuré quelque peu l’auditoire en prédisant de belles perspectives pour les ports "hyperspécialisés" ou "ports de marché" ou "ports de commerce", son propos a poussé Nicolas Occis à souligner que Rouen se trouvait au centre d’une zone où se concentre 60 % de la production céréalière nationale, dans un rayon de 250 kilomètres. Il avait auparavant rappelé que le programme d’amélioration des accès nautiques par arasement des points hauts du chenal de la Seine allait permettre de gagner un mètre de tirant d’eau à horizon fin 2018 pour les vraquiers touchant les terminaux rouennais.

Opportunités sur le sucre

Les experts de la seconde partie de la manifestation chargés d’évoquer les perspectives de marché se sont montrés plutôt optimistes. Présidente de Tallage-Stratégie Grains, société de prospective en agriculture et agro-industrie, Andrée Defois a estimé que les marchés "sont en pleine évolution, avec de nombreux points d’interrogation" mais qu’à horizon dix ou vingt ans, le marché des céréales et de leurs exportations au sortir d’Europe comme de France ne devrait pas connaître de grosses évolutions. "La production et les sorties de blé et de maïs devraient être stables. Seul l'orge pourrait baisser. Quant aux rendements, leur hausse sera plus modeste que ce que l’on a connu ces dernières années", a-t-elle exposé. Pour elle, les principaux points d’interrogation qui pourraient affecter ces perspectives tiennent aux problèmes de qualité des grains, aux accords bilatéraux qui se multiplient, aux taux de change et à la demande mondiale en alimentation animale.
Directeur général adjoint du syndicat national des fabricants de sucre (SNFS), Gilles Vanackere la rejoint concernant son domaine d'activité. La fin des quotas sucriers au 1er octobre 2017 devrait offrir à certains ports français de belles opportunités à l’export, sachant que la France reste le premier producteur européen. Lesquels ? Dunkerque, Rouen ? "Le ministère de l’agriculture a commandé un rapport sur ce sujet et la logistique à mettre en place", a révélé l’expert. "Encore faudra-t-il composer avec la toute-puissance du Brésil qui représente plus de 40 % des exportations mondiales, surtout en cas de nouvelle dévaluation du real", a-t-il précisé.

Vincent Rogé

Lundi 9 Mai 2016



Lu 688 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse