VNF balaye les critiques autour du canal Seine-Nord


L'établissement public Voies navigables de France balaye les critiques des écologistes et d'élus normands à l'encontre du projet de canal à grand gabarit Seine-Nord Europe, soutenu par le gouvernement, dont l'exploitation est prévue "pour 2023 au plus tôt".


Voies navigables de France (VNF) a balayé lundi 5 octobre les critiques autour du canal Seine-Nord. "Les écologistes ont le droit de se tromper. Aujourd'hui il y a un besoin qui existe, c'est la raison pour laquelle on s'engage", a indiqué le président de VNF, Stéphane Saint-André, assurant qu'il apportait les garanties "environnementales nécessaires". Selon lui, les destructions induites par les 107 km de ce canal qui doit relier le bassin de la Seine et le canal Nord-Escaut (au nord de Cambrai), permettant une liaison fluviale en continu pour les marchandises entre le Benelux et la région parisienne, seront entièrement compensées. "Nous veillons aux zones agricoles et boisées qui seront traversées. Nous avons signé un protocole avec des agriculteurs pour reconstituer les zones humides détruites et chaque hectare boisé détruit sera reconstruit en double", a-t-il avancé. Stéphane Saint-André répondait aux critiques émises notamment en début d'année par la députée écologiste de la Somme Barbara Pompili qui avait mis en doute la pertinence de ce projet en pointant du doigt son impact sur l'environnement.

Début des travaux en 2017

Estimée à un coût oscillant "entre 4,5 à 4,8 milliards d'euros" et "créateur de 14.000 à 15.000 emplois", le projet serait financé à 43 % par des fonds européens, un milliard d'euros par l'État et les collectivités territoriales (départements et régions) ainsi qu'un emprunt estimé à "700 millions d'euros" par VNF. Les travaux de ce projet pharaonique, que Stéphane Saint-André compare à ceux du canal de Suez, commenceront début 2017.

"Chaque hectare boisé détruit sera reconstruit en double"


Il empruntera en partie le tracé actuel du canal du Nord qui effectue la jonction entre la vallée de l'Oise et le canal Dunkerque-Escaut et dont les voies, actuellement de 14 à 17 mètres de large, devront être élargies à 54 mètres pour permettre le passage de "convois type 4.400 tonnes" de gabarit. En outre, 6 écluses et 61 ponts routiers et ferroviaires devront être construits.
Le président de VNF a également voulu répondre aux critiques avancées par des élus normands craignant que le canal allait favoriser les ports de Rotterdam et d'Anvers au détriment du Havre, premier port français de transport de conteneurs mais nettement moins important que ses concurrents du Benelux. "Les ports du Havre, de Rouen et de Dunkerque seront la porte d'entrée des États-Unis, de la Chine et de beaucoup d'autres pays pour l'Europe", a affirmé Stéphane Saint-André. Le canal Seine-Nord est censé apporter la "compétitivité" aux ports français, aux entreprises par une baisse du coût du transport, et contribuer "à la transition énergétique, en permettant le report modal vers un mode écologique", avait indiqué le Premier ministre, Manuel Valls fin 2014.

AFP

Mardi 6 Octobre 2015



Lu 221 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 13:21 Canal Seine-Nord : ça se précise ! €

Mardi 29 Novembre 2016 - 13:39 Nouvelle agence CFNR sur le bassin de la Seine


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse