VNF : projets arbitrés par la commission "Mobilité 21"


Plus que dans les autres modes, la voie d'eau et sa communauté sont suspendues aux conclusions de la commission Mobilité 21. D'elle dépend plusieurs aménagements fluviaux dont Seine-Nord Europe. Placée sous le signe du service client, l'année 2013 verra près de 235 millions d'euros d'investissement et la réorganisation de Voies navigables de France.


© RFF/Philippe Giraud
© RFF/Philippe Giraud
Extension du gabarit entre Bray et Nogent sur la Seine, liaison Saône-Moselle/Saône-Rhin et... Seine-Nord Europe qui conditionne aussi l'approfondissement de l'Oise sur son débouché Sud entre Creil et Compiègne (projet Magéo).

Marc Papinutti, directeur général © VNF
Marc Papinutti, directeur général © VNF
Quatre projets fluviaux suspendus à l'arbitrage rendu fin mars par la commission Mobilité chargée d'évaluer les projets du Snit. Emblématique et le plus avancé, Seine-Nord "aura fait couler plus d'encre que d'eau en 2012", concède Alain Gest, président de Voies navigables de France (VNF). Avant son examen par la commission "Mobilité 21", le canal à grand gabarit devra franchir l'audit sur sa faisabilité financière. Confiée par les pouvoirs publics au Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) et à l'Inspection générale des finances (IGF), son achèvement est prévu fin février, début mars. L'an passé, le dialogue compétitif est entré "dans une phase approfondie et a déjà permis une optimisation technique et financière du projet". En parallèle, les regards sont tournés vers l'Europe qui a fait connaître son intention d'augmenter son soutien financier. Aujourd'hui, il s'élève à 6 % et pourrait grimper jusqu'à plus de 20 %, de quoi changer la donne financière.

De 400 à... 4.700 personnes

Parmi les priorités de 2013, figure au premier rang "l'offre de service" via "des évaluations itinéraire par itinéraire, un investissement stable par rapport à l'année passée sur le réseau existant à 165 millions d'euros hors SNE (43 millions d'euros), la mise en place d'un baromètre de satisfaction et d'indicateurs qualité", liste Marc Papinutti, directeur général de VNF. Au titre des investissements prévus cette année, figurent la rénovation des écluses de Haute-Seine et la poursuite des travaux sur le réseau du Nord-Pas-de-Calais et le canal du Rhône à Sète. Programmée aussi, la reconstruction de vingt-neuf barrages manuels sur la Meuse et l'Aisne. Elle devrait débuter après signature d'un contrat public-privé au premier semestre avec l'un des quatre candidats en lice : Vinci, NGE, SPIE Batignolles ou Bouygues.

Alain Gest, président © VNF
Alain Gest, président © VNF
À ces améliorations annoncées sur le réseau, s'ajoute une refonte interne du gestionnaire qui, au 1er janvier, est devenu Établissement public administratif (EPA). Unifiant sous une autorité unique le service public de la voie d'eau, il regroupe les services de navigation de l’État (4.313 personnes dont les statuts et acquis sont maintenus) et VNF (jusqu'alors Établissement public industriel et commercial, Epic, 389 salariés). Le redimensionnement des organes de direction et le renouvellement (en cours) des instances de représentation s'accompagnent d'une réorganisation régionale autour de sept directions territoriales. Selon Marc Papinutti, cette évolution vise à "simplifier la gestion du réseau par une clarification des chaînes managériales, une prise de décision facilitée et une meilleure coordination des politiques de gestion, d'investissements, d'exploitation, de maintenance et de ressources humaines".

"Seine-Nord a fait couler plus d'encre que d'eau en 2012"


Les missions du nouvel EPA sont l'exploitation, l'entretien et l'extension du réseau, sa gestion hydraulique et la valorisation du domaine confié. La police de l'eau reste sous tutelle de l’État. Ses ressources s'élèvent à 590 millions d'euros en 2013, dont une dotation publique de 214 millions d'euros au titre du transfert des personnels des services de navigation et une subvention de 127 millions d'euros versée par l'Afitf, l'Europe et les collectivités.

Érick Demangeon

Lundi 28 Janvier 2013


Tags : fluvial, vnf



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse