VNF : trop peu de grain à moudre sur l’axe Rhône-Saône


2016 ne restera pas une année positivement mémorable sur le bassin Rhône-Saône : conjoncture peu porteuse, météo médiocre, grève à la CNR, alternat de navigation… Les chiffres sont le reflet d’une situation difficile. Quelques éclaircies cependant déchirent un décor morose et le fleuve, ce grand sous-utilisé, conserve ses atouts qu’il faudra bien arriver à reconnaître et à valoriser !


© VNF
© VNF
À fin septembre 2016, sur l’axe Rhône-Saône, 4,24 millions de tonnes de marchandises ont été transportées, soit une baisse de 6,7 % par rapport à la même période de 2015, et les prestations de transport ont atteint 976 millions de t-km, ce qui entraîne une baisse de 7,7 %. Les conteneurs enregistrent 70.000 EVP (- 8,5 %) et, si l’on extrapole un peu, ils devraient concerner 93.000 EVP à la fin de l’année. En 2014, le cap des 104.000 EVP avait été franchi.
"La baisse se poursuit, voire s’accentue", observe Rachid Bioud, responsable développement transport pour VNF, qui s’attend à une fin d’année à quelque 5,6 millions de tonnes de marchandises transportées. Les vracs solides accusent une baisse de 7 % en tonnes et de 10 % en t-km tandis que les vracs liquides marquent une petite augmentation de 0,6 % en tonnes et de 3 % en t-km.
La filière des produits agricoles est "la" grande préoccupation de l’année avec une baisse de 20 % en tonnes et de - 5 % en t-km. Cette filière subit les effets d’une mauvaise récolte en quantité et en qualité pour la campagne céréalière 2015-2016, alors que nos concurrents ont eu d’abondantes et belles récoltes. Le contexte mondial est défavorable à la France, et déjà les spécialistes estiment que la campagne 2016-2017 n’apportera pas de grands motifs de satisfaction. L’agriculture française est malade et toute la filière tousse. L’artisan batelier souffre tout comme l’agriculteur, et tous deux présentent de fortes similitudes de destin. Les produits de qualité supérieure empruntent le mode fluvial pour l’export, et la portion est actuellement maigre. Cette situation est catastrophique pour certains bateliers pour lesquels les produits agricoles composent jusqu’à 80 % de leur fonds de cales. "Pour la communauté fluviale, la filière céréalière représente environ le tiers des trafics", résume Rachid Bioud.

"Le salut de la voie d’eau passera par l’innovation"


France Agrimer estime que la contraction des exportations céréalières est de 40 %. L’orge, le maïs, le blé dur et le blé tendre baissent respectivement de 36, 15, 30 et 45 %. Cerevia a noté que, sur le Nord du bassin, la "Bourgogne auxerroise", on compte jusqu’à 50 % de récoltes en moins par rapport aux années passées. Cette année, ce sont 640.000 tonnes de céréales qui ont été transportées à fin septembre contre de 900.000 à 1,2 million de tonnes les années fastes.
Le sel qui vient des Bouches-du-Rhône est aussi une filière soumise aux aléas climatiques. Le trafic devrait être d’environ 200.000 tonnes cette année et quelques épisodes neigeux seraient bienvenus ! Les engrais subissent aussi une baisse de 6 % en tonnes à fin septembre.
Le BTP est quant à lui tombé si bas qu’il ne peut que remonter, ce qu’il fait doucement avec 1,5 million de tonnes environ à fin septembre, pour atteindre sans doute les 2 millions de tonnes en fin d’année. Le bois de trituration est un nouveau trafic lancé depuis cinq ans. Il enregistre un trafic de 100.000 tonnes plutôt stable cette année. Trois à quatre bateaux par mois atteignent l’usine Fibre Excellence de pâte à papier de Tarascon.
Surprise, le charbon est en hausse, à contre-courant de ces dix dernières années qui avaient vu la fermeture de plusieurs centrales thermiques. Ce trafic croît de 20 % à fin septembre, notamment grâce aux sites de l’Ardoise et de Salaise. Fin 2016, ce trafic devrait atteindre les 300.000 tonnes.
Les produits métallurgiques, autres coils et pièces industrielles sont en croissance de 7 % avec surtout l’utilisation du fluvio-maritime pour cette filière.
La croisière s’amuse toujours avec 30 bateaux, dont certains de 135 mètres devraient sillonner le fleuve en 2018. La déchetterie fluviale a été inaugurée ce mois-ci à Lyon, quai Fulchiron, devant les bureaux de VNF, par Sita, CFT, VNF (qui subventionne l’adaptation de la barge) et CNR.
Le conteneur faiblit cette année. 93.000 EVP devraient être comptabilisés, contre 103.000 EVP en 2015. "Il faut relativiser cette baisse car le port de Fos croît de 6 %", relève Rachid Bioud. Hormis la vive concurrence de la route, il y a en ce domaine des investissements à réaliser (comme le projet de "rotule" et d’allongement de quai à Fos pour donner plus de capacité aux barges lors des escales) et des organisations de manutention à améliorer.
"Le salut de la voie d’eau passera par l’innovation, qu’elle concerne les bateaux, les moyens de manutention, les pratiques ou les organisations logistiques. C’est d’ailleurs l’objet du schéma portuaire lyonnais qui doit contribuer à l’émergence des nouvelles filières comme le recyclage, la logistique urbaine et les nouvelles formes de traitement du BTP", conclut Rachid Bioud.

Annick Béroud

Mardi 6 Décembre 2016



Lu 1458 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse