Vers une récolte mondiale de blé record



La France est le seul grand pays producteur de blé en difficulté en 2016 © DR
La France est le seul grand pays producteur de blé en difficulté en 2016 © DR
En pleine moisson, les prix mondiaux du blé s'effondrent car la récolte 2016 s'annonce exceptionnelle dans la plupart des grands pays producteurs, sauf la France, où les dégâts liés aux pluies placent les céréaliers dans une situation catastrophique.
À la bourse de Chicago, les cours du blé américain étaient proches en ce début de semaine des plus bas niveaux constatés depuis dix ans. À Paris, les prix sur Euronext sont en-deçà de 170 euros la tonne.

Année catastrophique en France

Pourtant, la moisson s'annonce désastreuse en France, l'un des principaux exportateurs mondiaux, le premier au niveau européen. Le blé français a souffert des maladies induites par la pluie et le manque de luminosité au printemps, avec pour résultat des rendements et un volume médiocres.
Selon la FNSEA, la récolte de blé pourrait être en baisse d'un quart par rapport à 2015, à 30 millions de tonnes. Il s'agirait de la plus faible production depuis 13 ans, un phénomène qui affecte la santé financière des exploitations céréalières et va réduire les capacités exportatrices du pays.
"Sur une année aussi catastrophique, le vrai problème sera pour les céréaliers de pouvoir réensemencer pour l'année suivante", selon le ministre français de l'agriculture Stéphane Le Foll.
Mais l'impact sur le marché mondial est bien plus limité. La France, bien qu'étant un producteur très performant au regard de sa taille, ne représente que 5 % de la production mondiale de blé, et 10 % des échanges.
Et dans les autres grands pays à blé que sont les États-Unis, le Canada, l'Ukraine ou la Russie, la récolte "se passe exceptionnellement bien", souligne François Luguenot, analyste marchés pour le géant coopératif InVivo. Le Conseil international des céréales (CIC), basé à Londres, vient ainsi de prévoir une récolte mondiale pratiquement au même niveau que celle, record, de l'été 2015, à quelque 730 millions de tonnes. "Nous sommes proches des records de production dans le monde (...) Le marché est baissier partout dans le monde, sauf en France", résume Arnaud Saulais, courtier chez Star Supply Commodity Broker, en Suisse.
L'an dernier, plusieurs facteurs exceptionnels avaient poussé à la hausse la demande de blé dans plusieurs pays: sécheresse en Afrique de l'Est, hausse des importations de céréales fourragères en Asie du Sud-Est et en Chine après des changements de politiques agricoles. Il pourrait ne pas en être de même cette année, même si la demande "reste vigoureuse" en Égypte, Algérie, Arabie saoudite ou au Maroc, souligne François Luguenot.
La flambée des cours mondiaux après les graves incendies de l'été 2010 qui avaient frappé la récolte en Russie, et suscité des craintes d'émeutes de la faim similaires à celles de la crise alimentaire de 2007-2008, semble avoir peu de chances de se reproduire. Mais même dans les pays qui auront eu une bonne moisson, la faiblesse des cours signifie que les céréaliers, eux, ne seront pas à la fête.
"Tout dépend des coûts de production", rappelle François Luguenot. Dans ce domaine, Ukrainiens et Russes s'en sortent mieux que les Américains. "Aussi faibles les cours soient-ils, ils restent rentables pour beaucoup d'agriculteurs russes ou ukrainiens, surtout s'ils ont utilisés des semences ou produits phytosanitaires locaux", estime Pierre Bégoc, du cabinet Agritel, qui a dirigé jusqu'en 2013 le bureau ukrainien de cette société d'analyse.

"Puissance de feu phénoménale"

Ces pays, qui bénéficient dans la région de la mer Noire de terres très fertiles, se lancent désormais dans une politique d'exportation agressive, avec des prix très compétitifs qui leur ont déjà permis de rafler la semaine passée et cette semaine des appels d'offre convoités en Égypte, premier importateur mondial de blé. La France était hors-jeu en raison de prix de vente trop élevés par rapport aux cours mondiaux. "La puissance de feu du blé russe et ukrainien est phénoménale" sur les marchés, prévient Pierre Bégoc.

Emmanuelle Michel et Isabel Malsang et Julien Dury

Jeudi 4 Août 2016



Lu 254 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse