Victime du pétrole, Port-Gentil redoute "la moindre étincelle"


À Port-Gentil, la capitale économique du Gabon, la colère gronde à l'approche de la présidentielle du samedi 27 août. Dans la cité pétrolière frappée par la chute des prix du baril - première ressource du Gabon -, les violences post-électorales de 2009 sont dans tous les esprits, avec cette question : ça peut recommencer ?


© Perenco
© Perenco
"Beaucoup de Français sont partis, par mesure de prévention. Et les Gabonais n'ont plus de travail", soupire Emmanuel, vendeur sur le marché de la Balise. Le Gabon est le plus petit producteur de l'Opep, avec 230.000 barils par jour (2014), mais l'or noir a fait la fortune de Port-Gentil. La chute mondial des cours, le ralentissement de l'activité des compagnies (Total, Shell, Maurel&Prom, Perenco...), avec ses conséquences sur les sociétés de service (Schlumberger, Halliburton...) a mis KO toute l'économie de cette ville de 140.000 habitants.

Une route à travers la mangrove

Et derrière la paisible promenade du front de mer, avec vue sur une plateforme offshore, la casse sociale est violente. "En 2013, on employait sur site plus de 200 personnes. Il n'y en a plus que 29, et encore nous avons dû les mettre au chômage technique. Si ça n'évolue pas d'ici décembre, on mettra la clé sous la porte", confie un cadre de BHTP, prestataire de Maurel&Prom.
"Port-Gentil souffre", répète le président-candidat Ali Bongo Ondimba qui multiplie les déplacements au chevet de la presqu'île encore inaccessible par voie terrestre. Transportés par navire ou par avion, les produits alimentaires sont très chers, et la crise n'a rien arrangé. Entre autres investissements publics ou privés, le gouvernement a d'ailleurs lancé la construction d'une centaine de kilomètres de route à travers la mangrove pour relier "POG" au reste du Gabon.
L'Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), l'incontournable syndicat de la branche, dénombre 2.500 licenciements rien que parmi ses adhérents. "Le gouvernement a lâché Port-Gentil. Si ces personnes et leurs proches manifestent leur frustration dans les urnes, eh bien ça peut être dommageable pour le candidat du gouvernement", affirme son secrétaire général adjoint, Sylvain Mayabi-Binet.

Samir Tounsi et Ousmane Niapa

Mercredi 24 Août 2016



Lu 255 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse