Voie d'eau : raisonner en coût complet


Comparer le camion et la barge sur le seul coût du transport tourne généralement à l'avantage de la route. La voie d'eau démontre en revanche sa compétitivité si le calcul intègre une série de coûts indirects tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Sa meilleure intégration dans l'offre des prestataires transport et logistique, et la formulation de tarifs "one way" sont d'autres leviers en faveur de la navigation intérieure.


Plateforme logistique de Log'Solutions à Anzin © Log'Solutions
Plateforme logistique de Log'Solutions à Anzin © Log'Solutions
À l'attention des chargeurs, les conférences du SITL consacrées à la voie d'eau ont souligné l'importance de raisonner en coût complet pour comparer le fleuve aux autres modes, la route en particulier. "La prise en compte des coûts indirects douaniers, de stockage sur un port intérieur, ou des ruptures de charge pour des envois fluvio-maritimes, modifient la compétitivité du mode fluvial", défend Samira Himeur de Lyon Terminal. Des calculs menés par plusieurs chargeurs à l'image de Castorama et Salomon à Lyon, ou Leroy Merlin à Valence. "Pour de gros volumes, le stockage sur un port intérieur, proche d'une plateforme logistique, permet de fluidifier et de lisser l'activité de cette dernière. Il procure une meilleure réactivité puisque les marchandises sont à proximité", explique Laurent Chuffart, directeur logistique Import d'Adeo Services qui pilote la chaîne d'approvisionnement de Leroy Merlin, Weldom, Bricoman, etc. Soit un volume de 30.000 EVP par an dont 12.000 en France. "Le transport fluvial peut donc être une source de valeur et d'optimisation des trésoreries avec des délais de stockage plus longs à des prix compétitifs par rapport à un stationnement sur un port maritime, et des formalités douanières simplifiées", défend Vincent Saurel de Marfret.

Dépôt de conteneurs vides

Chargeurs, commissionnaires, armements fluviaux, gestionnaires de ports maritimes et intérieurs, tous s'accordent sur un autre critère essentiel à la compétitivité du transport fluvial conteneurisé : la présence ou non d'un dépôt de conteneurs vides. "L'acheminement d'un conteneur plein est une recette pour la compagnie maritime alors que la gestion d'un conteneur vide est un coût que cette dernière répercute. La présence d'un dépôt de boîtes vides sur un port intérieur permet de raisonner en one way, et de minimiser le coût de la gestion du conteneur vide pour le client", reprend Laurent Chuffart.

"Le transport fluvial, source de valeur et d'optimisation des trésoreries"


À défaut, la possibilité de coupler des flux imports avec des flux exports demeure complexe et difficile à mettre en œuvre concède le chargeur. "Le transport fluvial est en compétition avec la route qui raisonne en one way. La création de dépôts de conteneurs vides par MSC et CMA CGM à Dourges et, dans le cas de CMA CGM, également à Lille, permet de proposer des lignes fluviales compétitives au départ de Dunkerque", témoigne Guy Bourbonnaud du Grand Port maritime de Dunkerque (GPMD).

Rôle des organisateurs de transport

La méconnaissance ou la rareté de l'offre fluviale proposée par les commissionnaires et organisateurs de transport semble également être un frein au développement de la voie d'eau par les chargeurs. "En quinze ans au sein de SRS (en charge des achats transport de plusieurs enseignes du groupe Mulliez, ndlr), la solution fluviale ne nous a été présentée qu'à trois reprises seulement", déplore François Soulet de Brugière aujourd'hui président du GPMD. Les chargeurs ne sont en outre que très rarement clients directs des transporteurs fluviaux de conteneurs : "À 99 %, nos donneurs d'ordres sont des armements maritimes, des transitaires et commissionnaires", confirme Yves Bodylis président de CFT Logiseine. Peu de logisticiens implantent enfin des plateformes au bord des fleuves à l'image de Log'Solutions (ex-Logistique Grimonprez) à Anzin, proche de Valenciennes. "Depuis la Chine, nous proposons des chaînes d'approvisionnement sans camion. Les marchandises peuvent être dépotées dans notre entrepôt d'Anzin immédiatement après un post-acheminement fluvial", valorise Laurent Beauvoir, directeur développement de Log'Solutions.

Érick Demangeon

Lundi 14 Avril 2014



Lu 720 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse