Yildirim va sortir du capital de CMA CGM


Insatisfait de n'être qu'un actionnaire minoritaire, le conglomérat turc Yildirim annonce qu'il vendra en 2015 ses parts dans le groupe CMA CGM. Il avait participé au renflouage de la compagnie en pleine crise financière.


La part de Yildirim atteint 24 % du capital de l'armateur français © CMA CGM
La part de Yildirim atteint 24 % du capital de l'armateur français © CMA CGM
Le groupe turc Yildirim a confirmé son intention de se désengager du capital de CMA CGM. Dans une interview au journal danois "ShippingWatch", son PDG, Robert Yuksel Yildirim, a affirmé vouloir revendre ses parts de l'armateur français en 2015. Yildirim avait injecté 500 millions de dollars dans le groupe marseillais en novembre 2010, au moment où CMA CGM, lourdement frappé par la crise financière puis économique, tentait de restructurer sa dette et de se recapitaliser.

"Nous voulons être sur le siège du conducteur"


La holding a fait passer sa participation à 600 millions de dollars l'année dernière, pour atteindre 24 % des parts de CMA CGM. Le reste du capital social de l'armement est détenu à 70 % par la famille Saadé et à 6 % par le Fonds stratégique d'investissement (FSI), entré au capital en 2012. L'opération avait offert à Yildirim trois sièges au conseil d'administration. Depuis, la situation s'est bien améliorée pour le groupe français, avec des volumes et des résultats financiers repartis à la hausse.

Un engagement de cinq ans

L'investissement a été fait sur la base d'un engagement initial de cinq ans. Il était donc prévu que le groupe turc réévalue sa position en 2015. La situation minoritaire de son groupe est l'argument qui a fait pencher sa décision en faveur de la vente, explique Robert Yuksel Yildirim : "Nous voulons être sur le siège du conducteur et là, nous sommes sur celui du passager. Donc, nous allons nous concentrer sur les autres secteurs, sachant que nous avons cinq cœurs de métiers que nous voulons développer". En plus du transport maritime, l'important conglomérat turc intervient notamment dans la gestion de terminaux portuaires, la construction navale, l'exploitation minière, la sidérurgie, le BTP et l'énergie. Le retrait de Yildirim induit, selon son patron, trois possibilités pour CMA CGM : "La reprise des parts par la famille Saadé, une introduction en bourse ou le rachat par un tiers".

CMA CGM "petit" dans le P3

Dans le secteur du shipping, les derniers mois ont été marqués par l'échec du projet P3 – qui devait réunir les réseaux Est-Ouest de CMA CGM, Maersk Line et MSC –, rejeté en juin 2014 par les autorités chinoises. Depuis, l'armateur français s'est rabattu sur une alliance avec China Shipping et UASC (Ocean Three) et ses deux rivaux se sont réunis sous la bannière 2M, ce qui n'était pas la solution privilégiée par l'actionnaire principal, ni par Yildirim. "Personnellement, j'aurais préféré le P3. D'un autre côté, CMA CGM aurait été le petit de la classe, ce qui n'est pas le cas avec Ocean Three. Maintenant, la compagnie doit travailler plus intelligemment et plus dur. Il y a des opportunités de croissance dans la nouvelle alliance, c'est positif", estime le PDG du groupe turc.
Yildirim est arrivé dans le transport maritime en 1999, d'abord dans le secteur des vracs solides, avant de se diversifier dans le transport de produits chimiques liquides en 2004. En avril 2011, il a acquis 75 % des parts de Sealease, société belge de crédit-bail à destination des armateurs.

Franck André

Jeudi 23 Octobre 2014



Lu 1099 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse