​Cuivre et café atteignent des sommets alors que l'or plonge



© Nescafé
© Nescafé
À la fin de la semaine dernière, les cours du cuivre et du café ont flambé. L’or a continué à chuter face à d’autres valeurs refuge.
Le prix du cuivre échangé sur la Bourse des métaux londonienne (LME) a augmenté cette semaine, s'approchant le 25 février, à 9.617 dollars la tonne, de la barre des 10.000 dollars, plus franchie depuis le 15 février 2011. Sur le London Metal Exchange, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 9.080 dollars le 26 février à Paris, contre 8.909,50 dollars le vendredi précédent à la clôture.

Pour Anna Stablum, de Marex Spectron, le contexte est favorable à une hausse des prix avec un dollar malmené, "et une inflation probable en raison de l'apport de liquidités à travers les différents plans de relance". Le cours du métal rouge est également tiré par la demande, notamment chinoise, qui absorbe la moitié de la production mondiale. En effet, le Groupe d'étude international du cuivre (ICSG) a chiffré à 14 % l'augmentation de la demande apparente de cuivre en Chine entre janvier et novembre 2020. La production étant quasi-stable, en résulte pour cette période l'an dernier un déficit de métal rouge de 590.000 tonnes.

L'or a plongé le 26 février à son plus bas niveau depuis fin juin 2020, à 1.719,46 dollars l'once, souffrant de la montée des taux sur le marché obligataire. "Dans la mesure où l'or n'apporte aucun rendement, le métal risque de souffrir encore plus" face aux obligations, également considérées comme des valeurs refuges, a prévenu Lukman Otunuga, analyste chez FXTM. Les analystes de Saxo Bank estiment qu'un retour en grâce de l'or n'est pas exclu. : "La Fed (banque centrale américaine) pourrait agir pour empêcher les taux de monter trop, mais l'inflation pourrait augmenter quand même" en raison du plan géant de relance de l'économie prévu par Washington. À Paris le 26 février, l'once d'or coûtait 1.721,64 dollars, contre 1.784,25 dollars le vendredi précédent en fin de séance.

Le café en ébullition

Les cours du café ont flambé cette semaine, entraînés par les menaces qui pèsent sur l'offre. La production est en effet en baisse, notamment au Brésil (premier producteur mondial) alors que la demande tient bon et devrait bénéficier des campagnes de vaccination contre la Covid-19, synonyme de réouverture des lieux de consommation de café hors domicile.

Les analystes de Rabobank ont réduit leurs attentes de production au Brésil pour la saison 2021-2022 à 56,2 millions de sacs de 60 kg, dont 36 millions d'arabica contre 37,2 millions lors de la précédente estimation fin décembre. Michaela Helbing-Kuhl de Commerzbank anticipe une baisse de production "de 30 % ou plus", en raison "du cycle agronomique biennal négatif de la variété arabica et de la sécheresse pendant la période de floraison au Brésil. En regard, la demande de café "premium" en sortie de confinement est forte, de quoi entraîner une situation de déficit d'offre de 3,2 millions de sacs d'arabica pour la saison à venir.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en mai valait 1.474 dollars le 26 février contre 1.369 dollars le vendredi précédent à la clôture. Sur l'ICE Futures US de New York, la livre d'arabica pour livraison au même mois valait 138,10 cents, contre 129,15 cents sept jours auparavant. À respectivement 1.484 dollars la tonne le 26 février et 140,45 cents la livre le 25 février, les deux contrats de référence sont revenus cette semaine à des prix plus vus depuis les 5 juillet et 17 décembre 2019.

AFP

Lundi 1 Mars 2021



Lu 544 fois



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 29 Novembre 2021 - 16:00 Le cuivre, l’or et le cacao ont souffert


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal