​L’UMPF réclame une nouvelle stratégie nationale pour les ports français


À la veille d’un nouveau mouvement de grève, le 6 février à l’appel de la CGT, l’Union maritime et portuaire de France (UMPF) évalue à environ 500 millions d’euros les pertes liées aux mouvements et appelle à une stratégie nationale portuaire.


Le port de Dunkerque a été plutôt épargné © J.L. Burnod
Le port de Dunkerque a été plutôt épargné © J.L. Burnod
Après quatorze jours de "ports morts", depuis le 5 décembre, et à la veille  d’une prochaine mobilisation  annoncée le 6 février, avec un appel à 24 heures de grève de la FNPD-CGT, l’Union maritime et portuaire de France (UMPF) tente d'établir un premier bilan de l’impact économique des grèves contre la réforme des retraites, en recueillant peu à peu les bilans de chaque port français.
Pas si facile d’établir des statistiques exactes, mais les premiers retours ont fait dire le 27 janvier à Michel Segain, président de l’UMPF et de l’Union maritime et portuaire du Havre (Umep) que les pertes devraient atteindre les 500 millions d’euros. "Nous n’avions pas connu de tels conflits depuis 1992 ! Après cette étape supplémentaire de crise, rien ne sera comme avant".
 
Le Havre et Marseille plus touchés

Ainsi, en décembre, 227 escales ont été retardées ou annulées dans les ports d’Haropa, sur l’axe Seine, dont 91 escales de porte-conteneurs. Au Havre, ce sont ainsi 200.000 EVP qui ont été "perdus" et pour la plupart déroutés sur Anvers ou Dunkerque.
Pendant les seuls trois jours de grève du 14 au 16 janvier, 21 escales de porte-conteneurs sur 25 ont été annulées.
À Marseille, selon l’UMPF, ce sont plus de 100 millions d’euros de pertes estimées en décembre pour le port : - 21,5 % à l’import et - 25 % à l’export, - 26,5 % d’escales de porte-conteneurs, - 20 % sur les vracs liquides. Douze escales de croisières ont été annulées et près de 40.000 passagers concernés, déroutés vers d’autres ports, en Espagne ou en Italie.
Dunkerque a subi moins d’impact et récupéré des navires, la CGT n'étant présente que chez les éclusiers, les haleurs et chez le remorqueur Boluda : un seul navire a du être dérouté vers Anvers.
Bordeaux a également subi des impacts de la grève, notamment "sur la filière vin qui souffre déjà des effets des taxations des États-Unis et de la régression du marché chinois"… "Les gens disent que les armateurs vont revenir et que ce n’est pas grave : c’était valable il y a quinze ans ! s'insurge Michel Segain. Des compagnies maritimes nous disent ne plus faire de bookings en France".

Réformer le dialogue social

"Un navire qui ne vient pas, c'est entre 1.000 et 2.000 conteneurs qui ne passent pas par Le Havre, voire plus", rappelle Véronique Lépine, présidente du Groupement havrais des armateurs et agents maritimes (Ghaam). Le gouvernement a annoncé des mesures de soutien tels que le report d'échéances sociales ou fiscales, mais l’UMPF, TLF Overseas, AMCF et l’Unim demandent de concert un rendez-vous à Matignon, pour appeler à une stratégie nationale portuaire avec de nouvelles formes de dialogue social. Selon Michel Segain, "un plan de relance des ports français devient urgent !".

Natalie Castetz

Lundi 3 Février 2020



Lu 1583 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy