2008-2020 : deux crises, deux ambiances pour le shipping


Les opérateurs de ligne régulière sont sortis en bien meilleure forme de la crise de la Covid-19 qu'ils ne l'avaient fait de celle de 2008. Une combinaison de facteurs explique ce phénomène : les aides gouvernementales, le maintien de la demande et un carnet de commandes modeste.


© Port of Antwerp
© Port of Antwerp
Avec la pandémie de Covid-19, le monde a subi un deuxième choc économique d'envergure en un peu plus d'une décennie. Pour le transport maritime conteneurisé, la donne est cette fois très différente de la crise financière puis économique de 2008-2009. Et les armateurs n'ont pas attendu la fin de la crise pour renouer avec les profits.

Premier constat, le trafic de conteneurs n'a été que faiblement touché par la baisse du PIB mondial de 3,5 % l'année dernière puisqu'il a seulement diminué de 1,4 % en 2020, selon les données recueillies par Alphaliner. Cela constitue une énorme divergence avec 2009, lorsqu'un fléchissement d'à peine 0,1 % de l'économie avait précipité la chute de 8,2 % des volumes maritimes.

"Des taux d'affrètement au plus haut niveau depuis treize ans"

Tout aussi frappant, le déséquilibre entre l'offre et la demande s'est littéralement inversé d'une crise à l'autre. Douze mois après l'effondrement de la banque d'affaires Lehman Brothers qui avait précipité le monde dans la crise, l'indice d'affrètement d'Alphaliner était tombé à 40 points – son plus bas historique – tandis que la capacité cumulée des navires désarmés représentait 10 % de la flotte globale. "Les mêmes indicateurs un an après l'arrivée de la Covid-19 montrent le contraire, avec une capacité désactivée de 1 % et des taux d'affrètement au plus haut niveau depuis treize ans", relève le consultant.

Report des achats sur les biens

La principale explication de cette disparité réside dans le niveau de la demande de transport, qui est cette fois resté élevé. Pour Alphaliner, c'est principalement la conséquence d'un report des dépenses des consommateurs depuis services vers les biens. Le consultant voit sa théorie confirmée par la comparaison de la chute de 9,6 % du commerce mondial de biens et services en 2020 avancée par le FMI, et son propre constat sur la faiblesse du fléchissement des volumes conteneurisés. Pour Alphaliner, deux autres phénomènes ont soutenu l'activité des transporteurs : le fait que les gouvernements aient compensé massivement les pertes de revenus liées à la baisse d'activité et la hausse de la demande en produits hygiéniques.

Les aides d'État cumulées atteignaient 10 mille milliards de dollars en juin 2020, soit "le triple du montant consacré à la récession de 2008-2009 selon une étude de McKinsey & Co".

Carnet de commandes "raisonnable"

La dernière différence avec la crise financière est tout aussi importante puisqu'elle a permis de maintenir et même d'améliorer les marges unitaires des opérateurs. Cela tient à la capacité de transport disponible et en attente de livraison. Pour Alphaliner, les armateurs de ligne régulière sont cette fois, restés raisonnables dans leurs achats de navires neufs. "Le carnet de commandes représente 11 % de la flotte mondiale actuelle, soit 2,6 M EVP début 2021, note le consultant. En 2008, quelques semaines avant la faillite de Lehman Brothers, il atteignait 60 % de la flotte en activité (7 M EVP)". On sait ce qui est advenu ensuite : le secteur a traîné sa surcapacité chronique comme un boulet pendant des années et subi une diminution forte et durable des taux de fret.

Optimisme des armateurs

Alphaliner perçoit de la confiance dans la conjoncture à long terme chez les armateurs, même si Maersk annonce un pic pour ce trimestre. Selon le cabinet, " les grands opérateurs sont disposés à signer des contrats d'affrètement de dix ans et les commandes de navires neufs s'accumulent".

Deux théories s'opposent. D'un côté, les économies accumulées par les ménages pendant la crise sanitaire pourraient déclencher une vague d'achats une fois la menace passée. D'un autre côté, le commerce en ligne pourrait subir un sévère retour de bâton au profit des services une fois l'épidémie terminée alors que le niveau de chômage réel d'après-crise est difficile à prévoir. Quoi qu'il en soit, "même s'il est prévu que le trafic conteneurisé augmente de 3,4 % en 2021, cela ne ramènera pas les volumes aux niveaux prévus avant la pandémie", conclut Alphaliner.

Franck André

Mardi 23 Mars 2021



Lu 925 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal