300 M EUR de pertes pour SNCF Geodis


Le directeur général de SNCF Geodis, société de fret ferroviaire et de logistique, prévoit des pertes opérationnelles supérieures à 300 millions d'euros en 2011, et maintient son objectif de retour à l'équilibre en 2013-2014.


300 M EUR de pertes pour SNCF Geodis
Selon Pierre Blayau, le chiffre d'affaires de SNCF Geodis a progressé de 4,5 % l'an dernier en incluant les filiales européennes du groupe mais il "est resté stable en France". Mais la société "reste à un niveau de pertes opérationnelles supérieur à 300 millions, même si nous les avons réduites de 150 millions en 2011", a-t-il reconnu. "Nous aurions pu mieux faire mais nous avons été pénalisés par deux éléments", a-t-il ajouté. Il a évoqué la "grande difficulté" à obtenir des sillons comme tous les opérateurs de fret, à cause des travaux réalisés sur les voies "et de certaines difficultés d'organisation du côté de RFF". "Nous estimons à 50 millions d'euros la perte de résultat liée à ces difficultés en 2011. Pour 2012-2013, RFF a pris des dispositions ce qui nous laisse espérer que les choses vont s'améliorer", a-t-il indiqué.

Préoccupations pour Novatrans

Et 2012 ne commence pas sur des chapeaux de roues : "Les volumes transportés en janvier et ce que nous anticipons pour les premiers mois de l'année sont inférieurs de 10 % à 2011", a-t-il indiqué. Mais "tous les indicateurs opérationnels, qu'il s'agisse de la ponctualité ou de la qualité de service, sont en amélioration", a-t-il souligné. Il a confié que sa filiale de transport combiné Novatrans représentait un "vrai point de préoccupation". Reprise il y a trois ans au bord de la faillite, elle "n'a pas redécollé" et perd toujours "aux alentours de 20 millions d'euros" malgré l'injection de 30 millions d'euros. "Nous travaillons aujourd'hui à la recherche d'un repreneur, ou bien à une recapitalisation qui serait acceptable par Bruxelles. Nous ferons, quoi qu'il arrive, face à nos responsabilités", a indiqué M. Blayau.

"La viabilité du modèle économique du fret ferroviaire en question"



"Aujourd'hui, c'est la question de la viabilité même du modèle économique du fret ferroviaire qui est posée", a-t-il estimé. "Certains segments d'activité ont clairement une pertinence économique mais, au global, aucun acteur européen ne dégage de profit". Selon lui, "ce déficit récurrent pèse sur l'économie de l'ensemble du système ferroviaire". "Nous ne nous en sortirons pas sans une régulation du transport routier de marchandises", a-t-il souligné, mais "sur ce plan, hormis la mise en place de la taxe poids lourds, aucune décision n'a été prise". Il a qualifié de "très ambitieux" l'objectif d'atteindre 25 % du transport de marchandises effectué hors des routes en 2022 (contre 15 % aujourd'hui) prévu dans le Grenelle de l'environnement. "Pour y parvenir, il serait nécessaire d'adapter l'économie du ferroviaire, avec notamment une augmentation de la capacité du réseau de 30 % et des investissements dans des infrastructures nouvelles", a estimé M. Blayau.

Geodis s'intéresse au transporteur Sernam

Par ailleurs, Pierre Blayau a dit s'intéresser au transporteur en difficulté Sernam. "Nous allons faire des propositions", a annoncé M. Blayau. Le Sernam (Service national des messageries) a été créé par la SNCF en 1970 pour gérer le transport des colis et des bagages. Filiale de la compagnie ferroviaire jusqu'en 2005, il est privatisé en 2005 et devient Sernam (sans article). Butler Capital Partners (BCP), fonds d'investissement spécialisé dans la transformation d'entreprises en difficulté, est depuis 2006 son actionnaire majoritaire avec 52 % du capital.

AFP

Mardi 31 Janvier 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy