À Marseille-Fos, les pétroliers englués par le confinement


Remplis d'"or noir", des pétroliers patientent dans la rade de Fos-sur-Mer pour décharger leur cargaison. Le port méditerranéen est "loin d'être plein", mais le manque de lieux de stockage et la réduction du personnel liée au confinement compliquent l'équation.


La zone de mouillage de Fos-sur-Mer peut contenir 45 navires © Franck André
La zone de mouillage de Fos-sur-Mer peut contenir 45 navires © Franck André
Une petite vingtaine de navires, dont la quasi totalité sont des pétroliers et des chimiquiers, patientent sur rade dans le golfe de Fos-sur-Mer, l'un des trois plus grands ports pétroliers du monde, avec Rotterdam aux Pays-Bas, selon le Grand Port maritime de Marseille-Fos (GPMM). Chaque année, jusqu'à 45 millions de tonnes de vracs liquides, en majorité des hydrocarbures bruts ou raffinés, transitent par le premier port français.

"Sans pétrole, le secteur pétrochimique qui fabrique les emballages plastique des produits de santé ou encore les blouses ne peut plus fonctionner"


"Nous sommes en dessous de notre capacité de mouillage qui est d'environ 45 navires et donc loin de la saturation", affirme le commandant du port Amaury de Maupeou, chargé avec son équipe, réduite en période de confinement, d'accueillir les navires du globe 24 heures sur 24. "Le trafic pétrolier est constant", assure l'officier alors que la moitié de la planète, dont la France, est contrainte au confinement depuis des semaines en raison de l'épidémie de coronavirus. "La seule différence est liée aux normes sanitaires prises par les exploitants à quai : il y a un peu plus d'attente pour les navires pétroliers", concède-t-il.

Pénurie de main d'œuvre à quai

Et pour cause : des étapes délicates comme le raccordement des cuves des tankers aux pipelines doivent s'effectuer en respectant les distances de sécurité sanitaire liées à l'épidémie de coronavirus. "Nous fonctionnons de manière plus réduite, avec des capacités plus faibles", déplore Franck Demay, président du Conseil d’administration de Fluxel, opérateur des terminaux pétroliers du port.
Celui qui est aussi membre de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) attend du gouvernement "plus de souplesse" dans les mesures sanitaires afin de pouvoir continuer l'activité, expliquant que c'est "l'outil industriel du Sud de la France avec ses milliers d'emplois qui est mis en péril". Et l'industriel d'avancer : "Sans pétrole, le secteur pétrochimique qui fabrique les emballages plastique des produits de santé ou encore les blouses ne peut plus fonctionner".

Rareté des capacités de stockage

Mais, outre le ralentissement lié à une main d'œuvre réduite, la chute de la consommation du pétrole a aussi considérablement complexifié la poursuite de l'activité, avec des dépôts pleins et des navires qui doivent attendre d'avoir un lieu de stockage, ce qui augmente les coûts.
"Les navires commandés depuis plusieurs semaines n'ont pas d'autre solution que d'attendre de pouvoir décharger leur cargaison dans les zones de stockage", explique Fabien Poure, directeur général de SPSE, société de transport et de stockage d'hydrocarbures liquides, poids lourd du secteur.
Et cela "avant que cette cargaison ne soit redirigée vers les raffineries qui produisent les carburants et la pétrochimie fabriquant actuellement solutions hydroalcooliques et autres composants entrant dans la fabrication d'équipements utilisés dans la lutte contre la pandémie", tient à souligner le dirigeant d'entreprise.
"Les traders du monde entier se sont précipités pour louer des espaces de stockage", explique Franck Demay. "C'est une crise incroyable, on ne sait plus où mettre le stock, tout a été loué à moyen et long terme", poursuit-il.
Une ruée qui s'explique par le "contango" : les prix des contrats d'achats de pétrole pour une livraison le mois prochain sont devenus moins chers que ceux qui portent sur un horizon plus lointain. Les investisseurs, expliquent plusieurs spécialistes, se sont empressés d'en profiter pour faire des provisions, espérant revendre leur pétrole à meilleur prix quand l'activité sera repartie.

Estelle Emonet

Lundi 27 Avril 2020



Lu 947 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy