Abidjan : chronique d’une croissance annoncée


Le Port autonome d’Abidjan demeure une référence régionale indéniable. L’exacerbation de la concurrence des voisins Tema et Lomé n’obère (pas encore) l’attractivité du port ivoirien qui présente la singularité d’avoir des flux import-export nettement moins déséquilibrés que ses voisins. Sur un total manutentionné de 22,56 millions de tonnes métriques en 2017, 15,42 millions concernent l’import et 7,12 millions partent à l’exportation.


© PAA
© PAA
La dernière vague d’investissements infrastructurels portuaires manifeste la confiance de toutes les parties prenantes : de l’État aux bailleurs de fonds multilatéraux jusqu’aux opérateurs privés. En ne prenant que les projets portuaires les plus importants (terminaux de pêche, conteneurs, minéraliers et céréaliers), plus de 60 hectares sur remblais vont agrandir un foncier portuaire existant de 860 hectares ! Par ailleurs, le Port autonome d'Abidjan (PAA) a finalisé un autre remblai à usage industriel et commercial de 40 hectares dans la lagune Ébrié pour décongestionner des bords à quais pleins et des entrepôts complets. L’effervescence maritime avec l’agrandissement du canal de Vridi et l’extension portuaire mettent en perspective trois réalités somme toute préoccupantes à terme.

Un foncier lagunaire sur 1.000 hectares

Toutes les modernisations portuaires sont prises sur la lagune, agrandissant de facto l’emprise du domaine foncier du PAA côté mer. Il faut rappeler que le "foncier lagunaire du PAA" s’étend sur 1.000 hectares, ce qui en fait l’autorité portuaire ouest-africaine avec les plus grandes réserves pour son développement. Cela n’est pas sans poser d’ores et déjà l’évident problème de l’accessibilité aux interfaces, tant les dessertes immédiates des terminaux maritimes que les goulets d’étranglements routiers pour accéder ou sortir d’une métropole de 4,7 millions d’habitants (avec une densité au km2 équivalente à Lagos, au Nigeria).
Les développements industrialo-logistiques tendent à se concentrer sur d’immenses terrains viabilisés compris entre l’actuelle zone PK24 et toutes celles à venir jusqu’à PK48. De part et d’autre de la route du Nord, cette zone stratégique est pensée pour soulager la saturation chronique de l’espace métropolitain et portuaire. Au PK24, le PAA a déjà réservé un espace de 30 hectares pour consolider des aires de transits routiers. Reste néanmoins à planifier et lancer les aménagements infrastructurels qui façonneraient de véritables corridors métropolitains du fret. Le maillage indispensable des infrastructures routières et de leurs terminaisons laguno-portuaires animent les débats depuis une décennie sans que rien n’ait été entériné par les plus hautes sphères de l’État.
Les potentiels avérés de la navigation commerciale lagunaire ne trouvent toujours pas de réalités opérationnelles ni infrastructurelles pour délester les artères principales des mouvements de fret. Depuis le futur terminal conteneurisé TC2 jusqu’au district de Songon-Agban, de véritables courts circuits logistiques pourraient soulager toutes les congestions ; celles des terminaux maritimes, des entrepôts situés sur le domaine du PAA et bien sûr celles des routes et des trois ponts principaux. Le lancement de tels services suppose au préalable des aménagements qui n’existent pas.

"La congestion chronique de l'espace en question"


Lagos a perdu près d’un tiers de ses volumes conteneurisés en cinq ans en grande partie à cause d’une congestion tellement chronique qu’elle a fini par rogner la compétitivité du port malgré un marché immédiat de 10 millions d’habitants. Pour le PAA, c’est l’absence de gouvernance et de planification en concertation directe avec la métropole qui devient une vraie menace. L’aménagement foncier et logistique des vingt prochaines années se pense aujourd’hui et dépasse évidemment le seul périmètre régalien du port. Société civile, acteurs privés, institutions publiques et internationales : tout un écosystème dynamique doit s’organiser autour d’organes de gouvernance légitimes. Nous en sommes hélas encore trop loin à Abidjan… et dans la plupart des métropoles portuaires africaines.

Brigitte Daudet (EMNormandie & Nimec IAE Caen) et Yann Alix (Fondation Sefacil)

Lundi 10 Décembre 2018



Lu 419 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Décembre 2018 - 14:29 OOCL entre sur le marché sud-africain


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy