Air France-KLM : la perte annuelle 50 % moins lourde qu'en 2020


Pour Air France-KLM, l'année 2021 s'est soldée sur une nouvelle perte. Elle s'avère toutefois moins lourde qu'en 2020. Après un quatrième trimestre meilleur qu'attendu, le groupe aérien se déclare "optimiste pour l'avenir".


© Airbus
© Airbus
Air France-KLM a subi une nouvelle perte nette massive de 3,3 milliards d'euros en 2021, réduite de moitié par rapport à l'exercice précédent. L'entreprise franco-néerlandaise a vu son chiffre d'affaires bondir de 29 % sur un an à 14,3 milliards d'euros, à comparer aux 27,2 milliards de 2019, dernière année avant la pandémie de Covid-19 qui a ravagé le secteur aérien.
Toutefois, à la faveur de la réouverture des frontières au Canada puis aux États-Unis, les compagnies du groupe ont vu leurs liaisons long-courrier reprendre de la vigueur au quatrième trimestre.
Les trois derniers mois de l'année ont même "représenté un tournant pour Air France-KLM", a affirmé le directeur général du groupe, Benjamin Smith.
En effet, "pour la première fois depuis le début de la pandémie, le groupe a publié des résultats meilleurs qu'avant le Covid, avec un résultat opérationnel positif" au dernier trimestre (178 millions d'euros), a-t-il ajouté.
Malgré un retour des restrictions de déplacement fin 2021 en raison du variant Omicron très contagieux, "la performance globale reflète aussi bien la demande latente pour les voyages et le résultat de nos efforts de transformation", a encore jugé Benjamin Smith.
"La crise n'est pas encore terminée, mais cela nous rend optimistes pour l'avenir", a assuré le dirigeant.

Le groupe prêt pour une deuxième opération de recapitalisation

En attendant, Air France-KLM, toujours très endetté (8,2 milliards d'euros fin 2021), s'est dit prêt à lancer une nouvelle opération de recapitalisation, la seconde après celle d'avril 2021, afin de continuer à rééquilibrer ses comptes.
Comme l'année dernière, le montant de cette recapitalisation pourrait atteindre jusqu'à 4 milliards d'euros.
Parmi les pistes envisagées figure une nouvelle augmentation de capital pour laquelle les actionnaires actuels, dont l'État français qui détient 28,6% des parts, seraient prioritaires.
L'État français et l'État néerlandais pourraient participer à cette opération "au prorata" de leurs participations actuelles, et "à travers une compensation partielle des aides" qu'ils ont consenties, selon Air France-KLM.

Les aides d'État et leurs contraintes


Lors de la première opération de recapitalisation, l'État français avait converti en quasi-fonds propres 3 milliards d'euros de prêts et participé à une augmentation de capital d'un milliard d'euros.
Pour cette nouvelle opération de renforcement de sa structure financière, Air France-KLM évoque aussi l'émission "d'obligations perpétuelles" pour "accélérer le remboursement des aides d'État" qui lui ont permis de survivre au début de la crise.
Ces aides ont en effet été assorties de conditions par la Commission européenne, notamment la cession de précieux créneaux aéroportuaires à Paris-Orly pour Air France.
Elles limitent aussi la capacité du groupe à effectuer des acquisitions, au moment où se profile une recomposition du secteur aérien. Car nombre d'acteurs sortent très affaiblis de la crise sanitaire.
Cette nouvelle étape de recapitalisation, dont le principe était acquis depuis l'assemblée générale des actionnaires de mai 2021, vise à parvenir d'ici à 2023 à l'objectif d'une dette nette revenue au double de l'excédent brut d'exploitation.
Ce ratio est un indicateur scruté par les investisseurs car il traduit la capacité de l'entreprise à honorer ses créances.

AFP

Jeudi 17 Février 2022



Lu 796 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal