Alitalia : "l'offre de Lufthansa est la plus prometteuse" pour le gouvernement


Le ministre italien du Développement économique, juge la proposition du groupe Lufthansa comme la meilleure pour reprendre la compagnie aérienne nationale Alitalia.


Lufthansa réclamerait la suppression de la moitié des emplois pour reprendre la compagnie italienne © Alitalia
Lufthansa réclamerait la suppression de la moitié des emplois pour reprendre la compagnie italienne © Alitalia
Dans un entretien au quotidien italien "La Repubblica", Carlo Calenda, a commenté les trois offres ou manifestations d'intérêt – dont de Lufthansa et une autre d'EasyJet – arrivées sur son bureau pour le rachat éventuel d'Alitalia.
Cette dernière "reste fragile et a besoin d'un partenaire. Il y a la possibilité de travailler sur les offres et d'arriver à une solution structurelle qui ne coûte pas plus aux citoyens", a souligné le ministre du Développement économique. "Objectivement, l'offre de Lufthansa est la plus prometteuse", a-t-il ajouté.

Restructuration préalable

Un porte-parole de Lufthansa a expliqué la semaine dernière que la compagnie allemande avait "soumis un document décrivant (ses) idées pour une "NewAlitalia" restructurée", tout en précisant que "l'Alitalia d'aujourd'hui" n'était "pas intéressante". En fonction de la réception donnée à ce document, "nous pouvons imaginer d'autres discussions", a-t-il poursuivi, alors que Lufthansa a toujours souligné son intérêt pour le marché italien. Lufthansa réclame que les commissaires chargés de gérer la compagnie italienne la restructurent profondément avant un éventuel rachat.
Carlo Calenda s'était félicité la semaine passée que Lufthansa ait amélioré sa proposition, "tant en termes de maintien des liaisons intercontinentales que du personnel". Selon la presse italienne, Lufthansa réclamerait la suppression de quelque 4.000 emplois sur les 8.400 qui font partie de la branche "aviation", au lieu des 6.000 suppressions souhaitées précédemment.

"Il faut un nouveau gouvernement, autrement les investisseurs n'achèteront pas"


La compagnie britannique à bas coûts EasyJet a annoncé de son côté avoir présenté une "manifestation d'intérêt revue pour une Alitalia restructurée, dans le cadre d'une alliance", sans donner de détails ni le nom des acteurs avec lesquels elle a noué cette alliance. Selon les médias italiens, il s'agirait du fonds américain Cerberus et de la compagnie américaine Delta.
Toujours d'après la presse italienne, la troisième offre aurait été soumise par la compagnie low cost hongroise Wizz Air mais cette dernière s'est refusée à tout commentaire. Le gouvernement doit publier d'ici la fin du mois un décret pour repousser d'environ six mois la date butoir de la cession d'Alitalia, initialement fixée au 30 avril, et ce alors que les élections italiennes et l'incertitude politique qui règne depuis ont retardé un éventuel accord.
"Il faut un nouveau gouvernement, autrement les investisseurs n'achèteront pas", a mis en garde Carlo Calenda. Mais les consultations en cours pour former un nouveau gouvernement après les élections du 4 mars risquent de durer.
Alitalia, qui emploie quelque 11.500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts. Elle a été placée sous tutelle en mai, après le rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant 1.700 suppressions d'emplois et elle est désormais dirigée par trois commissaires nommés par le gouvernement.

AFP

Mardi 17 Avril 2018



Lu 399 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Septembre 2018 - 11:53 FNAM : des assises dans l’impasse ?


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy