Allemagne et Royaume-Uni : deux modèles de libéralisation du rail


La France débat de la libéralisation du rail. L'Allemagne et le Royaume-Uni, pionniers en la matière avec un quart de siècle d'ouverture à la concurrence, ont choisi deux voies très différentes.


En Allemagne, l'opérateur historique est resté maître incontesté sur les grandes lignes © Deutsche Bahn
En Allemagne, l'opérateur historique est resté maître incontesté sur les grandes lignes © Deutsche Bahn
Régulièrement désignée par les syndicats français comme un exemple à ne pas suivre, le Royaume-Uni a privatisé l'exploitation de ses chemins de fer dès 1994. Aujourd'hui, une vingtaine de sociétés privées se partagent le marché mais la maintenance du réseau est à nouveau gérée depuis 2001 par une entreprise publique, Network Rail, après plusieurs accidents.

Le chaos pour commencer

Les adversaires de la libéralisation pointent la flambée des prix et des problèmes de sécurité. Selon une étude citée par le Financial Times fin janvier, le prix des billets a en effet bondi de 25 % depuis 1995. Ils sont en moyenne 30 % plus chers que dans l'Hexagone.
Mais d'un point de vue sécuritaire, le dernier pointage d'Eurostat compte 40 personnes mortes ou blessées dans des accidents ferroviaires au Royaume-Uni contre 131 en France.
"Le système a énormément progressé après un démarrage catastrophique. C'est devenu l'un des plus sûrs d'Europe et en termes de retards c'est au niveau de la France", note Yves Crozet, professeur au Laboratoire aménagement économie transports (LAET) de l'université de Lyon. Côté infrastructures, le pays est en revanche loin derrière la France, avec une seule ligne à grande vitesse, entre Londres et le tunnel sous la Manche.
L'opposition travailliste et son leader Jeremy Corbyn militent pour une renationalisation, une mesure à laquelle 60 % des Britanniques sont favorables selon un sondage de Sky Data, principalement en raison des prix jugés trop élevés.

Réforme plus douce en Allemagne

L'Allemagne a également opté après la réunification pour une ouverture du chemin de fer à la concurrence. Mais contrairement au Royaume-Uni, il n'a jamais été question de faire exploser l'opérateur historique.
La Deutsche Bahn (DB) née de la fusion des opérateurs est et ouest-allemands est une société anonyme de droit privé entièrement détenue par l'État fédéral qui transporte fret et passagers tout en gérant le réseau.
Sur les grandes lignes, rares sont les compagnies privées qui ont réussi à se faire une place : DB possède 99 % du marché, malgré des critiques sur les retards notamment. Plus d'un quart des petites lignes allemandes sont néanmoins exploitées par des opérateurs privés.

"L’infrastructure reste maîtresse"


"Sur le régional, il y a des franchises ou des concessions avec des concurrents de DB. On a vu une augmentation des fréquences et de la qualité, une réouverture de ligne et une baisse considérable du coût", explique Marc Ivaldi, professeur à l'école d'économie de Toulouse. "Le modèle allemand est sans doute le plus adapté à la France, car l'idée n'est pas de faire disparaître l'opérateur historique", note de son côté Yves Crozet.
Chez nos autres voisins, les réformes varient là encore selon les pays : l'Italie a par exemple ouvert son réseau grande vitesse à un concurrent en 2012 entraînant une baisse de 40 % des prix des billets. Mais peut-on vraiment parler de concurrence si le réseau reste finalement nationalisé ?
"L’infrastructure reste maîtresse, elle commande et égalise les conditions pour les trains qui circulent. Il n’y a pas d’exemple dans le monde de réseau qui ne soit pas totalement nationalisé", affirme Clive Lamming, historien français spécialiste du domaine ferroviaire. "Les Britanniques ont nationalisé à nouveau leur réseau ferré en 2001 et n’ont laissé au privé que des compagnies exploitantes qui obéissent aux injonctions du réseau nationalisé", conclut-il.

Pierre Donadieu

Lundi 9 Avril 2018



Lu 520 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy