Anvers : l'évolution du breakbulk attaquée de toutes parts


Face à la concurrence de ses voisins et à la pression que lui réserve la montée en puissance de la conteneurisation, le port d'Anvers ne se trouve plus autant en position de force dans le conventionnel.


© Port of Antwerp
© Port of Antwerp
À Anvers, deux disciplines sont touchées, à savoir la manutention en lolo, qui concerne la majeure partie de ce trafic, et celles en transroulage, que les statistiques portuaires anversoises ont tendance à intégrer sous une rubrique globale dite "marchandises diverses".  
En 2018, Anvers a achevé l'année sur un trafic conventionnel en repli de 1,1 %. Une activité, baptisée par les portuaires anversois "marchandises diverses non conteneurisées-breakbulk", qui s'est élevée à 10,15 millions de tonnes, dont 4,6 Mt à l'export. Un volume en stagnation que se sont partagé pas moins de 17 terminaux.
À Anvers, on estime trouver de bons atouts dans les infrastructures portuaires, l'équipement des terminaux, la qualification de la main-d'œuvre, le niveau des droits de port et la coopération entre l'autorité portuaire et les terminaux.

Le conteneur vise également les fers et aciers

La conteneurisation s’attaque depuis des années au conventionnel. Ceci pour des raisons de stratégie armatoriale visant à optimiser les taux de remplissage des porte-conteneurs géants.
À Anvers, le fruit n'échappe pas non plus à la règle. Le manutentionnaire Belgian New Fruit Wharf a achevé l'année sur un trafic de 1,2 Mt. Mais le conteneur reefer a représenté 85 % de ce volume global. Quant au conventionnel, il n'a pesé que 15 %. Une évolution similaire a été constatée sur le terminal de l'entreprise à Zeebruges.
Le bilan est différent dans le secteur de l'acier. En 2018, le trafic s'est élevé à Anvers à 8,6 Mt (en hausse de 3,5 % par rapport à 2017), dont 3,9 Mt à l'export. La conteneurisation n'a guère progressé dans cette filière depuis quelques années. Le port scaldien reste le principal port du Nord pour l'acier, secteur où le conventionnel reste encore prépondérant.
L'armement Clipper a embarqué l'an dernier au terminal spécialisé de PSA à Anvers près de 800.000 tonnes à destination de la côte Est des États-Unis et du golfe du Mexique. Mais ce tonnage risque d'être revu à la baisse cette année puisque les sidérurgistes américains ont décidé de baisser leurs prix et d’augmenter quelque peu leurs productions.

"La concurrence des ports voisins"


Quant à Fednav, la filiale Falline a chargé au cours de 40 escales, sur le même terminal de PSA, 500.000 tonnes en conventionnel à destination des ports canadiens du Saint-Laurent et américains des Grands Lacs.
Au total, le manutentionnaire PSA a traité l’année dernière 2,20 Mt d’acier (+ 3,8 %), dont 762.183 tonnes de coils.
Les cargaisons d’aciers ne sont pas le privilège de PSA. D’autres terminaux en traitent. Le manutentionnaire Nova Natie a opéré 1,2 Mt de conventionnel, dont 70 % de produits sidérurgiques vers l'Afrique du Sud, la côte Est des États-Unis, les Caraïbes, le Chili et le Pérou. Via Nova Natie Logistics, des aciers sont également expédiés en conteneurs de type 20 pieds et 40 pieds. En outre, des chargeurs tels que Vallourec et Pont à Mousson expédient régulièrement via Anvers d’importantes quantités de tubes en conteneurs à destination de l’Outre-Mer.
Quant aux produits forestiers, ils ont également subi l'impact de la conteneurisation. Avec 1 Mt, ils ont accusé une baisse de 16 %.  On peut s’attendre à ce que le conteneur poursuive son offensive vers le conventionnel, plus particulièrement sur les liaisons Europe-Moyen-Orient-Asie. En 2019-2020, avec l'arrivée de nouveaux méga-porte-conteneurs, la capacité devant rester excédentaire, la volatilité des taux de fret devrait demeurer. Anvers est également confronté à la concurrence des ports voisins, à savoir celle de Rotterdam et de Flessingue. Deux ports fortement intéressés par ces trafics qui génèrent une valeur ajoutée nettement supérieure à celle du trafic conteneurisé.
North Sea Port, qui regroupe Flessingue, Terneuzen et Gand, revendique sa première place en Europe avec un trafic de 11,8 Mt (+ 4,5 %) de conventionnel. Un volume dont Gand, à lui seul, est à l'origine de 4 Mt.
Quant à Dunkerque, grâce à ArcelorMittal, il a récupéré des exportations de coils conteneurisés qui, jusqu’à présent, étaient exportés d’un terminal anversois.

Un regain d’optimisme

Parmi les acteurs anversois présents dans le "breakbulk", d'aucuns font encore preuve d’un certain optimisme. Le conventionnel devrait rester d’actualité, notamment vers des régions comme l’Amérique centrale et du Sud et surtout l’Afrique. Les navires "multipurpose" ont encore de beaux jours devant eux, mais en fonction d’un mélange de cargaisons composées de colis lourds, machines, camions, équipements pour industries minières et pétrolières, turbines, générateurs, "big bags", petits vracs… et quelques conteneurs en pontée. Les gréments deviennent plus puissants de 150 à 400 tonnes, souvent couplables. Des chargeurs et réceptionnaires ne restent pas insensibles au fait que le conteneur, même en fonction de taux de fret rendus attrayants à cause de la surcapacité, reste cher à l’empotage et dépotage (non automatisés), surtout en ce qui concerne les frais de "surestaries", qui constituent une source de revenus pour les armements.

Bernard Van den Bossche

Vendredi 21 Juin 2019



Lu 1057 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy