Appel à projets : des transports innovants pour les Jeux olympiques


Les transports innovants font l’objet d’un appel à projets de France Mobilités, qui inclut les transports de marchandises pour des applications temporaires, pendant la période des Jeux olympiques, ou pérennes.


© Étienne Berrier
© Étienne Berrier
Appel à projets : des transports innovants pour les Jeux olympiques
Les transports innovants font l’objet d’un appel à projets de France Mobilités, qui inclut les transports de marchandises pour des applications temporaires, pendant la période des Jeux olympiques, ou pérennes.

Faire des Jeux olympiques de Paris 2024 une « vitrine des mobilités innovantes » : tel est l’objectif de France Mobilités, qui a lancé le 10 décembre 2020, un appel à innovations. Les candidats ont, pour leurs réponses, le choix entre sept thématiques, l’une d’entre elles concernant le transport de marchandises. Avant le 3 février 2021, il doivent déposer le dossier correspondant à leur projet. Si celui-ci est retenu, ils pourront être accompagnés pour le mettre en place pendant la période des Jeux olympiques et, le cas échéant, le pérenniser au-delà de 2024.
« Preuves de concepts, prototypes, démonstrateurs, pré-industrialisations : tous les stades d'innovation sont possibles », indiquait le ministre chargé des transports Jean-Baptiste Djebbari le 10 décembre, relayant cet appel à projets dans le colonnes de La Tribune, où il affirmait que les JO étaient pour la France l’occasion de « faire de notre pays une vitrine de l'innovation - notamment en matière de transports » et de « montrer la voie d'une mobilité moins polluante ».
Transport traditionnel, le mode fluvial sera-t-il au rendez-vous de l’innovation ? Les bateaux se sont, quoi qu’il en soit, déjà mis au service des Jeux olympiques. Suite à la signature, en janvier 2020, d’une convention entre Voies navigables de France, le Port de Paris et la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), le fluvial a déjà été utilisé pour le chantier de construction du village olympique de 3 000 logements, situé en bordure de Seine à Saint-Denis (93). Des points d’embarquement ont été mis à disposition, certains ayant fait l’objet de travaux, et les transports ont commencé en juin 2020 avec 125 000 t de déblais évacués au cours de l’été, principalement pour remblayer des carrières situées en Normandie. Avec les terrassements qui débuteront début 2021, la quantité de déblais va encore augmenter : 500 000 t au total, dont la majorité empruntera la voie d’eau. L’acheminement fluvial des matériaux de construction est aussi prévu, dans une proportion qui reste à déterminer. Le cahier de charges de Solideo vise à ce que les constructeurs favorisent les bateaux.
La Seine bordera le futur village olympique ; elle accueillera aussi certaines épreuves de natation. Son utilisation pour la logistique des Jeux ainsi que pour les transports des spectateurs reste à déterminer, et fera peut-être l’objet de projets innovant suite à l’appel à innovations de France Mobilités. Côté transport de voyageurs, le Grand Paris Express, chantier phare de l’Île-de-France qui devait être bouclé avant le début des Jeux olympiques pour faire face à l’afflux de passagers, ne sera pas entièrement au rendez-vous. Les lignes 16 et 17, en particulier, ont pris du retard et ne seront pas mises en services avant le début des JO. À moins que, à l’instar de ceux de Tokyo initialement prévus en 2020, les Jeux olympiques de Paris soient repoussés d’un an ?
Étienne Berrier

Étienne Berrier

Mercredi 16 Décembre 2020



Lu 914 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Septembre 2021 - 11:53 Un semestre de relance pour le port de Strasbourg


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal