Armateurs japonais : une fusion dès 2017 pour sauver le projet ?


L'invalidation par l'autorité de la concurrence des États-Unis du plan de NYK, Mol et "K" Line ne condamne pas leur projet de fusion. Pour le consultant Alphaliner, ils ont tout intérêt à accélérer le processus.


Le nouveau groupe armatorial japonais se classerait sixième mondial © Éric Houri
Le nouveau groupe armatorial japonais se classerait sixième mondial © Éric Houri
Les autorités américaines, par le biais de la Federal Maritime Commission (FMC), ont mis un coup d'arrêt au projet de fusion des trois premiers opérateurs japonais de ligne régulière maritime. Mais leur rejet du projet tel qu'il a été présenté n'est pas synonyme de fin de non recevoir.
Le refus de l'administration porte sur un point de l'accord entre les futurs partenaires, NYK, Mol et "K" Line : l'opération conjointe ou coordonnée de services maritimes et l'échange d'informations commerciales sur les routes touchant les États-Unis, neuf mois avant la fusion effective des trois concurrents prévue en avril 2018.
"Le refus de la FMC ne les empêche pas de fusionner", affirme Alphaliner. Pour le consultant, "les autorités de la concurrence, y compris le département américain de la Justice, ne devraient pas s'opposer à la fusion pour des motifs de concentration de l'offre". Le cabinet rappelle que les trois compagnies cumulent 7,2 % de la capacité conteneurisée mondiale, soit moins que les cinq leaders : Maersk Line (16 % actuellement, 18,7 % une fois absorbé Hamburg Süd), MSC (14,6 %), CMA CGM (10,7 %), Cosco Shipping (8,3 %) et le futur Hapag-Lloyd une fois marié à UASC (7,4 %).

Pertes au premier trimestre

Puisque ce n'est pas la réduction de la concurrence qui est visée, Alphaliner estime que les trois opérateurs nippons auraient intérêt à accélérer le processus de fusion pour le faire correspondre à la date du 1er juillet qui devait être initialement celle de la création de leur joint-venture. D'après les termes de l'accord, celle-ci devait être détenue à 38 % par NYK, à 31 % par Mol et à 31 % par "K" Line et devait servir de transition. C'est ce qui a été déclaré contraire aux lois américaines anti "gun jumping", qui interdisent de le partage d'informations sensibles du point de vue concurrentiel avant toute fusion effective.
"Si l'entente pré-fusion est empêchée par les États-Unis, qui représentent le plus grand marché pour le futur ensemble armatorial japonais, les trois compagnies n'ont plus de raison de retarder le début de leurs opérations communes au-delà de la date de création de leur joint-venture", estime le consultant. De son point de vue, "une fusion rapide leur permettrait d'intégrer plus vite leurs services, de réaliser des synergies plus tôt et de réduire l'instabilité des taux de fret", accentuée par le fait qu'elles continuent de se concurrencer. NYK, Mol et "K" Line ont tous les trois annoncé des résultats négatifs pour le premier trimestre 2017.

Franck André

Vendredi 12 Mai 2017



Lu 962 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 14:53 L’Union des ports de France fête ses 100 ans


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse