Au Havre, "tous les indicateurs sont au vert"


Croissance du trafic, investissements des logisticiens, transport multimodal : Hervé Martel, directeur du port du Havre, affiche l’optimisme.


Hervé Martel, directeur du port du Havre © Éric Houri
Hervé Martel, directeur du port du Havre © Éric Houri
Avez-vous été déçu de ne pas avoir un ministre de la Mer ?
 
Franchement non. Avons-nous un ministère de la Terre ? Non ! Plusieurs ministères compétents sont impliqués : le ministère de la Transition écologique et solidaire, le ministère des Armées. Nous avons un secrétaire général de la Mer directement rattaché au Premier ministre qui coordonne les administrations et la ministre chargée des transports, Élisabeth Borne, qui, d'ailleurs, a reçu, dès juillet, les directeurs et présidents des ports. Enfin, notre Premier ministre (ancien maire du Havre, NDLR) connaît aussi très bien les sujets. Non, voyez-vous, il s'agit avant tout d'une question de cohérence et de coordination.
 
Quelles sont aujourd’hui vos priorités ?
 
Nous nous sommes exprimés dans la déclaration du Carrefour des professionnels portuaires de l’Union des ports de France. Nous avons rappelé qu’il est urgent de repenser le modèle économique des ports, notamment pour clarifier les règles de fiscalité concernant la taxe foncière, l’impôt sur les sociétés ou encore les crédits liés au dragage. Il s’agit de permettre aux ports d’entretenir leur patrimoine mais aussi de cofinancer les investissements de développement aux côtés de l’État et de l’Europe.
En France, les ports doivent assurer de nombreuses missions régaliennes comme les services de police, la capitainerie, la gestion des routes et des espaces naturels, etc.  Ils sont à la fois les outils de l’État devant mettre en œuvre une politique publique et des acteurs de la compétitivité, devant assurer un modèle économique viable. La réflexion doit aussi porter sur les moyens d’améliorer, notamment en la simplifiant, notre gestion administrative et de développer une politique nationale des transports. Cela comprend la multimodalité, avec notamment l’aide à la pince, qui représente environ 30 millions d’euros chaque année, et le transport combiné.

"Une vraie dynamique s’est instaurée en termes d’implantations logistiques"


 
Concernant la multimodalité, où en sont les dossiers locaux ?
 
La plateforme multimodale est opérationnelle et monte en puissance, au rythme actuel de plus de 300 conteneurs par jour, soit 6.000 par mois. 40 % part en fluvial et 60 % en ferroviaire. La fluidité du passage portuaire en est améliorée, nous sommes bien placés en termes de compétitivité et nous comptons bien atteindre à fin 2017 notre objectif de 80.000 conteneurs par an.
L’enjeu majeur était l’axe Serqueux-Gisors, le plus stratégique pour le port avec la menace de ne plus pouvoir faire circuler de train avec le projet Eole, dès 2019. Le projet a été déclaré "d'utilité publique" fin 2016 et, aujourd’hui, nous travaillons notamment sur la pré-réservation des sillons pour le fret, en partenariat avec SNCF Réseaux, le Syndicat des transports d'Île-de-France et toutes les autorités organisatrices, sous le pilotage du préfet Philizot, délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine.
Pour rappel, le trafic ferroviaire du Havre représente 60 services hebdomadaires avec 15 destinations. Les liaisons depuis le port du Havre se sont développées depuis fin 2016, avec un troisième service hebdomadaire sur Vierzon, en région Centre-Val de Loire opéré par Ferovergne et le lancement par Novatrans en partenariat avec Hupac de la nouvelle ligne vers Ludwigshafen, en Allemagne, et nous travaillons sur des lignes à destination de la Suisse.
 
Le Havre peut se targuer d’une certaine croissance, notamment due à la congestion des ports d’Anvers ou Rotterdam. Quels sont les leviers de croissance autres que la faiblesse d’un port ?
 
2016 était l’année de tous les dangers avec la reconfiguration des armements. Les trois nouvelles alliances ont décidé de miser sur le port du Havre et ce nouveau paysage maritime nous apporte en 2017 davantage de services qu’en 2015 avec quatre alliances.
Nous sommes passés de 600 à 700 ports touchés, une vraie dynamique s’est instaurée en termes d’implantations logistiques, qui, elles, s’opèrent sur le long terme et la nouvelle génération de guichet unique portuaire S)ONE opérée par Soget est en cours de déploiement.
Nous ne souffrons pas de congestion et tous les chiffres du premier semestre montrent des trafics en croissance. Le conteneur est en hausse et des filières se développent comme la croisière à hauteur de + 40 % ou le trafic roulier : notre terminal roulier devrait à terme s’étendre sur 20 hectares supplémentaires vers l’Est. Enfin, nous comptons sur le démarrage de l’éolien au Havre. Nous avançons sur la définition du projet avec Siemens Gamesa, les permis de construire ont été déposés et, depuis trois ans, nous sommes prêts avec la Région et l'État à engager des investissements à hauteur de 57 millions d'euros.
 
Que répondez-vous aux demandes réitérées des acteurs privés concernant Port 2000, pour un accès fluvial direct avec la chatière et pour son extension ?
 
Deux millions d’euros sont consacrés dans le cadre du Contrat de plan interrégional à des études techniques, socio-économiques et environnementales destinées à apporter des éléments objectifs pour une prise de décision d’ici fin 2017. Nous avons saisi la Commission nationale du débat public qui a désigné en juillet une garante pour la prochaine phase, à savoir l’organisation d’ici fin 2017 de la concertation publique.
L’extension de Port 2000 est également inscrite dans le contrat de plan mais le manque de visibilité lié à la réorganisation des alliances, une croissance moins forte que prévu et l’absence de saturation des terminaux n’imposaient pas jusque-là ces investissements. La décision qui relève du Conseil de surveillance et des cofinanceurs devrait être prise début 2018 mais nous ne pourrons pas réaliser en même temps les quais 11 et 12 et la chatière.

Natalie Castetz

Lundi 18 Septembre 2017



Lu 61 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy