Au port de Lagos, rien ne va plus


Les acteurs économiques du port de Lagos étaient habitués à opérer dans des conditions difficiles. Mais tous s'accordent à dire que, depuis ces derniers mois, ils n'avaient jamais vu pareille situation.


© GMT Nigeria
© GMT Nigeria
"Certains de mes navires peuvent attendre jusqu'à 80 jours avant de pouvoir rentrer dans le port", explique le chef des opérations d'une compagnie de transports maritimes. "C'est inadmissible !" s'insurge-t-il face aux nombreux dysfonctionnements de Lagos, le port adossé à la mégalopole tentaculaire du Nigeria.
 
"En plus, parce que les eaux au large du Nigeria ne sont pas sécurisées, ils doivent attendre à Cotonou ou à Lomé", s'indigne cet important acteur économique du transport maritime. Alors qu'avant 2020, chaque terminal pouvait accueillir six à sept porte-conteneurs par semaine, le trafic est désormais réduit de moitié, avec seulement trois déchargements hebdomadaires. "La situation de Lagos engendre de la congestion dans tous les ports de la région, d'Abdjan (en Côte d'Ivoire) jusqu'à Pointe-Noire (au Congo-Brazzaville)", explique-t-il encore.
 
55 millions de pertes par jour

 
Lagos, capitale économique gigantesque de 20 millions d'habitants, est quasiment le seul point d'entrée et de sortie de tous les biens qui transitent au Nigeria, pays de 200 millions d'habitants.  Début 2020, juste avant la crise du coronavirus, 99 % des exportations du pays et plus de 89 % de ses importations transitaient par les mers, presque exclusivement via Lagos.

La congestion portuaire l'a détrôné en faveur de Lomé


Après le pétrole, le port de Lagos, qui s'étend d'Apapa à Tin Can island, est  la deuxième source de revenus du géant africain. Et pourtant, le Nigeria perd environ 55 millions de dollars par jour à cause de la congestion de ses ports, selon le cabinet néerlandais spécialisé Dynamar, et s'est fait ravir la première place des ports conteneurisés d'Afrique de l'Ouest par Lomé, au Togo, pays de 8 millions d'habitants.
 
 Un manque crucial d'infrastructures
 
Avec une augmentation de la pression démographique, "les importations augmentent chaque année", note Pascale Jarrouj, directrice commerciale pour GMT Nigeria Limited, importante société de logistique basée à Lagos.  "Mais l'année dernière, à cause du confinement et des manifestations d'octobre, elles ont chuté d'environ 40 %, et aujourd'hui ça crée encore plus de congestion", s'inquiète-t-elle.
 
La crise économique et sociale dans laquelle s'est enfoncée le Nigeria depuis le début de la pandémie n'a fait qu'aggraver des problèmes structurels de longue date : manque crucial d'infrastructures et d'investissements publics, état désastreux des routes et corruption endémique à tous les niveaux de la chaîne.  Les déchargements sont ralentis, faute d’automatisation du processus, par les fouilles "manuelles" des agents de douanes, et surtout par le peu d'espace disponible pour transborder les conteneurs. À cela s'ajoutent une vingtaine de barrages de police, des douanes, d'agences ou de brigades spéciales, que doivent traverser les camions de marchandises pour entrer et sortir du port, et presque autant, à chaque fois, de pots-de-vin à verser.

Sophie Bouillon

Lundi 15 Mars 2021



Lu 986 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal