Avec son "smart port", Marseille se rêve en alternative aux géants du Nord


Le port de Marseille-Fos, historiquement lié aux activités pétrochimiques, a pris il y a une dizaine d'années le tournant du numérique dans la perspective de concurrencer les ports du Nord de l'Europe, Rotterdam, Anvers ou Hambourg, véritable modèles portuaires 2.0.


Le GPMM dispose d'un "atout" majeur : son positionnement stratégique en Méditerranée © GPMM
Le GPMM dispose d'un "atout" majeur : son positionnement stratégique en Méditerranée © GPMM
La transformation du port phocéen est bien avancée avec le développement d'outils informatiques tels que des systèmes de gestion numérique pour organiser la circulation des marchandises et l'ouverture prochaine au sein du port d'un nouveau data center, en attendant l'installation d'incubateurs.
Au point d'en être récompensé par ses pairs : fin mai, il était distingué par l'International Association of Ports Harbors (IAPH), une organisation qui représente 180 ports dans le monde, pour son système de gestion numérique. Un premier pas vers la reconnaissance de Marseille-Fos comme un "smart port" (port intelligent).
"Nous constatons depuis plusieurs années un phénomène d’accélération de l’attractivité du port de Marseille. De plus en plus d'acteurs souhaitent s'implanter et développer des activités sur ce territoire", constate la directrice du port de Marseille, Christine Cabau-Woehrel. Elle évoque notamment la mise en place de branchement électrique pour les ferries afin de réduire la pollution ou encore le développement de carburants marins.

"Un phénomène d’accélération de l’attractivité du port de Marseille"


Soucieux de préparer l'après-pétrole, le premier port de France en termes de trafic, cherche depuis des années à diversifier son activité afin de trouver d'autres relais de croissance et assurer la pérennité d'un site qui génère près de 41.500 emplois.
"Le port de Marseille a dû réinventer son modèle qui était à bout de souffle", souligne Yann Alix, de la fondation Sefacil, spécialisée dans la recherche logistique : "La révolution numérique est venue aider une industrie archaïque à se transformer pour gagner en attractivité et en rentabilité", détaille-t-il.

"Concurrence féroce"

Suffisant pour mettre fin à l'hégémonie des ports du Nord de l'Europe ? Pas si sûr selon Carlos Moreno, chercheur et spécialiste du concept de "smart city".
"Le port de Rotterdam est un véritable lieu de création de valeur avec des incubateurs et des campus étudiants. C'est un lieu ouvert qui est lié à la vie de la ville, contrairement au port de Marseille encore trop cloisonné", affirme-t-il.
Un cloisonnement qui s'explique en partie par le mode de gouvernance du port phocéen. Aux Pays-Bas, presque tous les ports sont gérés par les communes ou les administrations municipales.
Une "hybridation" qui fait défaut dans l'Hexagone. Fin juin, le maire LR de Marseille, Jean-Claude Gaudin, appelait à "trouver un équilibre relationnel entre le port et la ville".
"Le port de Hambourg crée de l’énergie grâce aux éoliennes qu'il a installées. Le port contribue à rendre la ville plus belle. Finalement, le port et la ville ne font qu'un et poursuivent les mêmes objectifs. C'est vers cela qu'il faut tendre", souligne Carlos Moreno.
Carrefour pour les câbles optiques sous-marins, déployés sur près de 20.000 km vers l'Afrique et l'Asie, le Grand Port maritime de Marseille dispose d'un "atout" majeur : son positionnement stratégique en Méditerranée face à une façade Nord déjà extrêmement sollicitée.
"Il y a une congestion en matière de circulation des marchandises à l’entrée et à la sortie des ports du Nord de l'Europe. La façade méditerranéenne est un point d’entrée tout aussi efficace que la façade Nord pour le marché européen. Le port de Marseille doit jouer un rôle majeur dans le développement de la façade méditerranéenne", estime Christine Cabau-Woehrel.
Mais "attention", prévient Yann Alix, "la concurrence en Méditerranée est féroce" : de Gênes (Italie) à Algésiras (Espagne) en passant par Le Pirée (Grèce), d'autres ports se sont déjà positionnés sur ce créneau, tandis que le port de Barcelone a vu son trafic de marchandises atteindre de nouveaux records en juin (+ 23 % en un an selon les derniers chiffres publiés par ce port).

Alexandra Del Peral

Mardi 22 Août 2017



Lu 1030 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 14:53 L’Union des ports de France fête ses 100 ans


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse