Bientôt des drones pour livrer des paquets


Sans trop verser dans la science-fiction, les drones devraient bientôt jouer un rôle actif dans la distribution des paquets, estime Paul-Marie Chavanne, le grand patron des colis à La Poste.


© DPD
© DPD
"Le drone a un avenir dans les zones isolées", indique le président de Geopost, la holding qui rassemble les activités du groupe public dans ce secteur. "Il faut savoir que dans les Alpes du Sud, vous avez des camionnettes qui font 80 km pour aller livrer un colis ! Et là, le coût est gigantesque, alors que demain on fera ça en drone, de manière beaucoup plus rapide, plus efficace et à des coûts moindres", explique-t-il.
Il aime à dire que La Poste est "l'entreprise qui a la première ligne commerciale de drones au monde", une machine faisant quotidiennement une rotation dans le Var, sur 15 km. Certes, il s'agit toujours d'une expérimentation, et ses services font tous les jours un rapport à la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), laquelle se montre d'après lui "très ouverte" sur la question.
Quant aux villes, prévient Paul-Marie Chavanne, "ne vous faites pas d'illusion, vous ne verrez pas avant très longtemps des milliers de drones circuler au-dessus de Paris, ni au-dessus de New York, ni au-dessus de Berlin, ni au-dessus de Barcelone, ni au-dessus de Madrid, etc. Tout ça c'est du rêve, pour des raisons de sécurité évidentes !" Et "le drone futuriste que vous voyez parfois (dans certaines descriptions optimistes), qui rentrerait par la fenêtre de votre salle à manger pour vous livrer quelque chose, c'est des rêves d'enfants", insiste-t-il.

"La Poste est l'entreprise qui a la première ligne commerciale de drones au monde"


En revanche, on pourrait selon lui imaginer un drone qui partirait du toit d'une camionnette pour aller livrer une plateforme située au sommet d'une tour. Et surtout, avance-t-il, on devrait voir voler en ville "des drones-cargo, des sortes de semi-remorques aériens qui amèneront des colis des grands hubs à l'extérieur des villes (...) dans le centre, où ils seront éclatés dans des micro-dépôts et distribués par des modes doux", par exemple à vélo.
"Techniquement, le drone-cargo n'existe pas" encore, reconnaît cependant Paul-Marie Chavanne. Mais ce détail pourrait être réglé "d'ici deux ou trois ans", pronostique-t-il. Il restera aussi à définir des conditions de vol qui seront nécessairement "très encadrées". Et à obtenir les autorisations nécessaires.

La Poste cherche son salut dans le colis

Alors qu'elle transporte toujours moins de courrier, La Poste cherche son salut en livrant de plus en plus de paquets, au point de devenir numéro deux européen du colis express. Pour le groupe public, le constat est aussi simple qu'effrayant : ses facteurs n'auront peut-être plus de tournées à faire dans quelques années, car les échanges électroniques auront remplacé les lettres et les cartes postales.
D'où la recherche de relais de croissance : dans les activités bancaires, des nouveaux services aux habitants - faire passer l'examen du Code de la route dans les bureaux de poste, par exemple - et la livraison de paquets. Ce dernier marché est en pleine expansion, portée par le spectaculaire essor du commerce sur internet.
La Poste s'y est taillé en quelques années un petit empire dont la plupart des entités utilisent la marque DPD (à l'origine Deutscher Paketdienst, une entreprise allemande rachetée en 2001), sans oublier Chronopost en France. La holding qui regroupe ces activités, Geopost, a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires en hausse de 8,6 % sur un an à 6,2 milliards d'euros - soit plus de 26 % des revenus du groupe -, dont 77 % hors de France.
"Le marché reste fondamentalement marqué par la croissance du BtoC, (qui) représente 95 %" de l'augmentation, souligne Paul-Marie Chavanne, le président de Geopost. Par "BtoC", il désigne les livraisons du (e-)commerçant au consommateur. En Europe, remarque-t-il, ce créneau représentait 2 milliards de colis en 2010, 5 milliards en 2016, et on en attend de 12 à 14 milliards en 2026. Les Britanniques, précurseurs en la matière, font déjà 20 % de leurs courses en ligne... Comme leurs voisins du continent, ils veulent être livrés de plus en plus vite, le lendemain ou le jour même.
Avec pour les transporteurs un client bien plus gros que les autres, ce qui pose question : "Amazon, c'est 30 % de tout le e-commerce des marchandises en Europe", explique Paul-Marie Chavanne, notant qu'"on pourrait bien se retrouver avec un seul client" au train où vont les choses.
En attendant, si le géant américain est le premier client de Geopost avec 9 % du chiffre d'affaires - "ce qui est raisonnable" -, "on limite volontairement les volumes", note le responsable. "Je ne veux pas devenir "Amazon-addicted" !" (dépendant).
Geopost est numéro deux en Europe - derrière DHL, propriété de la Poste allemande -, s'appuyant sur un certain nombre de filiales nationales, qui sont encouragées à tester de nouveaux produits, devenant autant de petits laboratoires pour le groupe.
L'application permettant de suivre des paquets a ainsi été mise au point en Angleterre et perfectionnée en Allemagne. Elle doit être généralisée à toute l'Europe dans les prochains mois.
À Madrid, la filiale locale Seur teste des "micro-dépôts", réinventant en quelque sorte le bureau de poste de proximité, où les paquets arrivent avant d'être distribués dans le quartier.  Cent mètres carrés suffisent à Las Tablas, au nord de la capitale espagnole : un point d'accueil des clients y jouxte un petit hangar repeint à neuf, avec deux ordinateurs, trois étagères pour les colis et un petit garage d'où partent notamment les cyclistes de Stuart, une start-up de livraison récemment rachetée par La Poste.
"La tendance, dans tous les pays, au niveau européen, est de déployer ces micro-dépôts pour adapter aux contraintes de circulation qui sont de plus importantes" en ville, relève Yves Delmas, le directeur général de Geopost pour l'Europe. Il en faudrait selon Paul-Marie Chavanne 80 à Paris intra-muros, qui pourraient être installés dans des parkings, ou... dans des bureaux de poste.
Transporter les colis des entreprises et livrer les consommateurs permet aussi de récupérer pas mal de données, comme le note Alberto Navarro, le directeur général de Seur. "Nous sommes en mesure de donner l'estimation du PIB trois semaines environ avant la Banque d'Espagne", se réjouit-il. "Depuis deux ans, sur huit trimestres, on ne s'est trompé que deux fois, et de 0,1 point !" "Pour l'instant, c'est un exercice très intéressant, qu'on ne songe pas à monétiser", tempère Yves Delmas. La Poste a là une nouvelle idée de diversification.

Jean Liou

Jeudi 23 Novembre 2017



Lu 2406 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy