Blue Maritime Summit : une charte de croisière durable stigmatisant la bonne conduite de la filière


Avec trois nouvelles chartes, dont l’une consacrée à la croisière, le Blue Maritime Summit est devenu pour sa seconde édition une vitrine des avancées technologiques au chapitre de la décarbonation.


Hervé Berville venu valider la charte de la croisière durable au Blue Maritime Summit © VJC
Hervé Berville venu valider la charte de la croisière durable au Blue Maritime Summit © VJC
Alors que le Parlement européen adoptait la proposition de loi sur la réglementation des infrastructures sur les carburants alternatifs (Afir) et celle portant sur le fuel maritime européen, la seconde édition du Blue Maritime Summit s’ouvrait à Marseille le 20 octobre.
Ce sommet, dont la vocation est de faire le point sur les avancées technologiques et réglementaires du monde de la croisière, a ratissé plus large cette année. Il a non seulement regroupé la communauté portuaire et maritime mais est parvenu, cette année, à attirer l’association internationale des compagnies de croisières (CLIA) et un plus grand nombre d'armateurs.

Une occasion rêvée pour ses organisateurs _ le Club de la Croisière Marseille Provence, le Comité marseillais des armateurs français (CMAF), l’Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF) et leur partenaire le port de Marseille Fos_ de pouvoir tordre le cou aux idées véhiculées par le maire de la Cité phocéenne, Benoît Payan, avec sa pétition de l’été condamnant la pollution occasionnée par les paquebots.

Trois ans après le premier sommet qui s’était tenu à Marseille et qui avait donné lieu à la création d’une première charte, le Blue Maritime Summit a été le théâtre de la signature de trois conventions.
La première, portant sur l’étude des émissions atmosphérique des navires de commerce en mer Méditerranée, a été paraphée par le Grand Port maritime de Marseille et le Pôle mer Méditerranée.
La seconde convention, désignée "charte de croisière durable ", lie la Direction interrégionale de la mer Méditerranée, la CLIA et les principaux armateurs du secteur dont les paquebots font escale régulièrement dans les bassins phocéens.  

Engagement avec AtmoSud

Une autre convention a été entérinée par l’association méridionale de surveillance et de qualité de l’air AtmoSud et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Un accord qui prévoit "un engagement de la part des acteurs portuaires dans le partage et la transparence des actions en faveur de la qualité de l’air et du climat en région Paca". Cette convention associe les armateurs de ferries clients du port phocéen.

Concernant la charte portant sur la croisière, Hervé Berville, le secrétaire d’État chargé de la Mer, qui s’est rendu à Marseille pour participer au sommet et pour la parapher, a indiqué qu’elle s’adresse aux compagnies naviguant dans les eaux de la Méditerranée sous juridiction françaises. Selon lui, elle prendra en compte la protection des herbiers marins ainsi que les cétacés.

"D’ici 2025, 100 % des paquebots seront connectables au courant électrique de quai et leurs émissions de soufre se trouveront minimisées", a-t-il assuré. En outre, le ministre a profité de sa présence au Blue Maritime Summit pour dévoiler les trois priorités du gouvernement en matière de décarbonation.
Selon lui, "la préservation de la biodiversité marine, le développement de l’économie maritime et la planification des usages en mer" sont les principaux axes de la politique fixée par le gouvernement d’Élisabeth Borne.

"Trois ans d’avance pour la zone Seca en Méditerranée"

À propos de la zone Seca (de contrôle des émissions de soufre) qui va être mise en place en Méditerranée, Hervé Berville a affirmé qu’elle va être instaurée avec trois ans d’avance sur les objectifs prévus de 2025.

Devant de nombreux transporteurs maritimes nationaux venus assister à Marseille à ce sommet, le secrétaire d’État a rappelé la présence locale du siège du Registre international français (RIF).
Toujours en matière de transition énergétique, il a affirmé la nécessité de financer les start-ups contribuant à la décarbonation du transport maritime et souligné l’intérêt que porte le gouvernement pour la formation.
À cet égard, la présence de l’École nationale supérieure maritime (ENSM) dans la Cité phocéenne constitue, selon lui, un outil de progression du nombre de marins français, comme souhaité par le président de la République, Emmanuel Macron.

Volontarisme écologique affiché pour le secteur

Hervé Berville a affirmé : "La décarbonation concerne les navires mais aussi les ports". Il a indiqué qu’une rencontre prévue à Paris avec les ports organisée conjointement avec son collègue ministre délégué aux Transports Clément Beaune est prévue le 27 octobre. Selon lui, "si l’État prend des engagements, c’est pour qu’ils soient tenus ".

Depuis le Blue Maritime Summit de 2019, les choses se sont en effet accélérées en matière de développement durable dans l’industrie maritime.  En trois ans, les armateurs ayant pris des engagements au chapitre de la transition énergétique se sont multipliés ou renforcés.
Éric Banel, le directeur général des Affaires maritimes, estime d’ailleurs que "la décarbonation n’est pas un mythe. Elle est devenue une réalité. Nous avons aujourd’hui sur cette initiative déjà dix ans de recul ".

"D’ici 2025, 100 % des paquebots seront connectables à quai et leurs émissions de soufre minimisées"


Selon lui, "un combat environnemental se mène dans les institutions internationales ". Après avoir mentionné la puissance de l’Organisation maritime internationale (OMI) au plan réglementaire, Éric Banel affirme que l’Europe est devenue à son tour "un acteur de fond ".

Il constate que "la pression écologique internationale arrive plus vite qu’on ne le pensait ". Selon lui, "les pressions internationales et celles de Bruxelles se nourrissent mutuellement ".
Pour le responsable de l’administration des Affaires maritimes, "le pavillon français affiche une haute valeur au plan environnemental et social ".

Au titre des grands chantiers environnementaux en cours en Méditerranée, il mentionne à son tour la zone Seca validée en juin par l’OMI, le sanctuaire Pelagos (une zone de protection des mammifères marins) et la zone Neca, qui concerne la baisse des émissions d’oxyde d’azote.


Vincent Calabrèse

Mardi 22 Novembre 2022



Lu 813 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal