Boeing enchante Wall Street en relevant son objectif annuel


L'avionneur américain Boeing s'est montré optimiste en relevant son objectif financier annuel après avoir renoué avec les bénéfices au deuxième trimestre mais ses revenus reculent.


© Boeing
© Boeing
Boeing a enchanté Wall Street mercredi 26 juillet en relevant son objectif annuel. Le titre a gagné 9,88 %, ce qui représente 12,6 milliards de dollars de plus pour sa capitalisation boursière - 140,91 milliards de dollars - en une séance. Depuis le début de l'année, il a pris 50 %.
Le bénéfice net trimestriel est ressorti à 1,76 milliard de dollars, contre une perte de nette de 234 millions de dollars au deuxième trimestre 2016, qui avait été grevé par une lourde charge de 2 milliards liée aux programmes 787, 747 et à l'avion ravitailleur KC-46. Lors des trois derniers mois, Boeing a payé moins d'impôts, avec un taux d'imposition de 28,7 % contre 51,1 % à la même période un an plus tôt.
Le constructeur aéronautique a en outre fortement réduit ses coûts, qui ont diminué de 14 % en un an. Ceux liés à la production des avions ont baissé de 14,5 %. Les coûts de production du 787 "Dreamliner", le dernier-né, ont diminué de 16 millions de dollars par avion. La marge opérationnelle est ainsi passée en un an de 5,6 à 10 % dans la division aviation commerciale. Les économies touchent également les effectifs : Boeing a supprimé, via des départs volontaires et quelques licenciements secs, plus de 6.000 emplois depuis janvier, soit environ 4 % de ses effectifs totaux, dont une grande partie dans ses deux principales usines de l'état de Washington à savoir Renton (qui fabrique le 737) et Everett (les 747, 777 et 787).
Le groupe indique vouloir gagner en efficacité et veut automatiser de plus en plus de tâches dans ces usines production des avions de nouvelle génération, afin, explique-t-il, de mieux rivaliser avec Airbus, qui domine le segment du moyen-courrier. "Boeing continue de surprendre positivement dans les réductions de coûts", estime Ken Herbert, analyste chez Canaccord. Pour le second semestre, "nos équipes se focalisent sur une accélération de la productivité", a déclaré mercredi 26 juillet le PDG, Dennis Muilenburg. Grosso modo, Boeing va continuer à réduire ses coûts.
L'avionneur s'attend désormais à dégager en 2017 un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, compris entre 9,80 et 10 dollars, contre entre 9,20 et 9,40 dollars auparavant. Au deuxième trimestre, ce bénéfice était de 2,55 dollars, contre 2,3 dollars attendus en moyenne par les analystes financiers. Le chiffre d'affaires est toujours attendu entre 90,5 et 92,5 milliards de dollars.
Cet optimisme est dû au fait que le groupe espère payer moins d'impôts qu'il ne prévoyait jusqu'ici et devrait dans le même temps bénéficier d'un crédit d'impôt du fait d'une accélération du financement des retraites de ses employés au troisième trimestre. Il espère ainsi économiser environ 700 millions de dollars. Ses dépenses devraient en outre diminuer de 300 millions de dollars. Ces éléments devraient permettre de gonfler la trésorerie de 1,5 milliard de dollars, la portant à 12,25 milliards, dont une grande partie (10 milliards) va servir à choyer les actionnaires via le rachat de ses propres actions.

Seuls bémols : livraisons en baisse de 8 %

Seuls bémols : Boeing n'a livré que 183 avions civils au deuxième trimestre, en baisse de 8 % sur un an. Ceci s'est reflété par une baisse de 8,1 % de son chiffre d'affaires à 22,74 milliards de dollars. Il a toutefois réitéré son objectif de livrer entre 760 et 765 appareils commerciaux cette année. Les livraisons sont un baromètre très surveillé parce que non seulement les compagnies aériennes ne paient qu'au moment où elles reçoivent les avions commandés, mais aussi parce que Boeing dispose d'un gros carnet de commandes et doit en conséquent démontrer qu'il peut produire et livrer à temps sans de gros retards, au moment où le trafic aérien ne cesse d'augmenter. Son carnet de commandes est actuellement estimé à 482 milliards de dollars, en hausse de 27 milliards, générés principalement par les contrats enregistrés lors du dernier salon aéronautique du Bourget en France.

Luc Olinga

Vendredi 28 Juillet 2017



Lu 488 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse