Bombardier à la croisée des chemins


Lourdement endetté alors qu'il achève une douloureuse restructuration, le constructeur Bombardier, fleuron industriel du Canada, se voit aujourd'hui contraint d'envisager la vente d'actifs majeurs pour rester en vie.


Bombardier a cédé le programme CSeries, devenu A220 © Airbus
Bombardier a cédé le programme CSeries, devenu A220 © Airbus
Depuis des semaines, Bombardier est au cœur de rumeurs incessantes sur la possible vente prochaine de sa division ferroviaire à Alstom ou à un autre concurrent, ou de celle des avions d'affaires au constructeur américain Textron.
Le 16 janvier, le groupe basé à Montréal a annoncé examiner "différentes solutions qui nous permettraient d'accélérer le remboursement de notre dette", alors qu'il révisait une nouvelle fois à la baisse ses résultats 2019, qui seront publiés le 13 février.
Bombardier, qui a cédé à Airbus en 2018 le contrôle de son avion moyen-courrier CSeries devenu A220, a par ailleurs indiqué réévaluer "sa participation" à hauteur de 33,58 % dans la société Airbus Canada (SCAC), qui gère ce programme.
L'entreprise contrôlée par les familles Beaudoin et Bombardier, héritières du fondateur et inventeur de la motoneige dans les années 1940, est plombée par une dette de plus de 9 milliards de dollars américains (8,2 milliards d'euros).
Près de 2 milliards de cette dette arrive à échéance en 2021, le reste en 2025, souligne Mehran Ebrahimi, spécialiste de l'aéronautique à l'université du Québec à Montréal (UQAM). Pour lui comme pour de nombreux experts, la cession d'une division est "inévitable".
Bombardier "a eu des ambitions plus grandes que ses moyens", a noté le ministre québécois de l'Économie, Pierre Fitzgibbon. Il estime lui aussi que l'entreprise n'aura pas d'autre choix que de se départir de l'une de ses deux divisions, en plus de se retirer du programme de l'A220.

"Erreur stratégique très grave"

Dans la dernière décennie, Bombardier a investi des sommes colossales dans le développement de trois nouveaux avions, le CSeries et les avions d'affaires Global 7500 et Learjet 85.
Or le CSeries, premier mono-couloir de conception nouvelle depuis plus de 25 ans, est tombé dans l'escarcelle d'Airbus, tandis que Bombardier a abandonné le troisième après avoir englouti deux milliards de dollars, rappelle Mehran Ebrahimi.
Aujourd'hui, environ "90 % de la dette" de Bombardier s'explique par ces deux programmes, selon Pierre Fitzgibbon.
"À posteriori", Bombardier "n'aurait pas dû s'attaquer au duopole de Boeing et Airbus. C'était périlleux", estime cet expert. "Il y a eu une erreur stratégique très grave", abonde Mehran Ebrahimi.
L'entreprise a même frôlé la "faillite" ces dernières années, a admis son PDG Alain Bellemare. Celui-ci a lancé une vaste restructuration en 2015, destructrice de milliers d'emplois mais qui n'a pas encore permis à Bombardier de redécoller ou de réduire sa dette.

AFP

Lundi 10 Février 2020



Lu 1008 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Septembre 2020 - 17:51 Des licenciements en vue chez Airbus


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal