Bordeaux a laissé filer la part des anges


Avec 7,2 Mt en 2017, le Grand Port maritime de Bordeaux a vu son trafic chuter de 7,25 % en 2017. Une année difficile pour le port girondin qui a perdu tant sur les vracs liquides que sur les solides. Les marchandises diverses ont compensé ces pertes.


© GPMB Sébastien Husté
© GPMB Sébastien Husté
Dans le fût de l’année 2017 du Grand Port maritime de Bordeaux (GPMB), la part des anges a été plus abondante que d’habitude. Avec une diminution du trafic global de 7,25 %, le cru de cette année ne sera pas parmi les meilleurs. Globalement, Bordeaux a perdu des volumes sur les hydrocarbures. Ce courant, qui pèse plus de la moitié du trafic annuel, s’est contracté de 6 % à 3,8 Mt.
Plus globalement, les vracs liquides affichent une relative stabilité, explique Étienne Naudé, directeur de la stratégie du GPM Bordeaux. Ils perdent 0,8 % à 4,79 Mt. Ainsi, si les hydrocarbures ont vu leur volume se réduire, les autres produits se sont bien comportés. Les produits chimiques avec le butadiène, le méthanol et l’ammoniaque ont vu leurs trafics compenser les diminutions des hydrocarbures. "Nous sommes dans la tendance générale des autres ports", continue le directeur de la stratégie.
L’annonce par le gouvernement de mettre un terme à toutes nouvelles extractions inquiète quelque peu la direction du port. La société Vermillion a dans ses cartons des projets de nouveaux puits dans la région. "L’arrêt de la production des sites actuels et l’hypothèse de ne plus ouvrir de nouveaux sites signifie qu’à terme nous devrions voir cette filière s’éteindre et donc perdre du trafic sur le moyen ou long terme".
Du côté des vracs solides, la mauvaise campagne céréalière 2016-2017 a pesé lourdement sur le cru 2017. "Ce courant a représenté la moitié des pertes du trafic des vracs solides", indique Étienne Naudé. Depuis le blé jusqu’au sorgho en passant par le maïs et l’orge, ce sont 289.912 tonnes en moins sur l’année. "Nous avons enregistré une baisse sur le premier semestre en raison de la qualité des céréales françaises. Sur le second semestre, le contexte du marché international a été tel que les négociants ont préféré attendre une remontée des prix. Les premières cargaisons de cette moitié de campagne ont surtout été prises en mer Noire", constate le directeur de la stratégie.

"Nous sommes dans la tendance générale des autres ports"


Sur les prochains mois de 2018, Étienne Naudé n’est pas trop inquiet. "Il faudra que les céréales sortent pour faire de la place dans les silos des collecteurs. Nous devrons alors mettre en place une logistique fine pour faire face à un pic d’activité certain". Si les capacités portuaires céréalières ne devraient pas faire défaut, le nerf de la guerre sera constitué des approvisionnements routiers et ferroviaires.
Pour les autres vracs solides, le contexte économique a accablé le trafic destiné à l’usine de Diester. D’une part, l’usine de Bassens a produit moins en 2017 mais une grande partie des matières premières est venue par la voie terrestre, enlevant par-là même du trafic au port. L’usine de Diester n’est pas la seule à souffrir d’une réorganisation de sa production. Les cimenteries locales se restructurent et les approvisionnements en charbon et coke ont perdu 75.000 tonnes sur l’année passée.

200.000 tonnes de ferraille

En séparant le bon grain de l’ivraie, le Grand Port maritime de Bordeaux a vu une partie de ses vracs solides croître de manière importante. Ainsi, les trafics de ferraille, destinés à l’usine de Derichebourg, tournent désormais à plein. Ce sont 110.000 tonnes que le groupe a produites et le seuil des 200.000 tonnes devrait être atteint en 2018.
Enfin, sur les marchandises diverses, le GPM de Bordeaux a vu son cru s’améliorer. Avec une hausse de 3,1 %, ce courant s’est élevé en 2017 à 646.736 tonnes. En tonnage, les conteneurs et les voitures sont en hausse et permettent d’établir un bon score pour cette filière. En nombre, le trafic conteneurs affiche une baisse de 6 % à 53.711 EVP. Des deux armements qui touchent le site de Bassens, la baisse a été plus marquée pour le français que l’autre.

Relancer Le Verdon

Le GPM de Bordeaux souhaite réactiver cette filière. Fin octobre 2017, l’autorité portuaire a lancé un nouvel appel d’offres pour la gestion du terminal à conteneurs du Verdon. "Ce site est plus adapté à ce trafic que celui de Bassens", indique Étienne Naudé. Depuis le début du mois de février, des négociations sont en cours avec l’offre qui a paru la plus pertinente. "Nous pensons que nous pourrons signer une convention de terminal avant l’été pour relancer Le Verdon". La convention de terminal intégrera les portiques mais aussi une politique de développement du site et un report modal de la route vers les modes massifiés. "Tout cela est en cours de négociation", rappelle Étienne Naudé sans vouloir dévoiler le nom du groupe avec qui le port négocie.
Après une année au cru médiocre, le GPM de Bordeaux reste optimiste pour les prochains mois. L’année 2018 devrait être meilleure. L’amélioration du tirant d’eau sur le chenal d’accès du port est désormais achevée depuis la fin de l’année 2017. Ces travaux permettront de gagner 10 % de plus pour chaque navire. Quant aux différentes filières, les hydrocarbures et les céréales devraient voir leurs volumes s’améliorer. Enfin, les négociations sur le terminal du Verdon seront finies et le retour d’activité est prévu pour la fin de l’année, si tout se passe selon le calendrier prévu.
Après avoir noirci les murs du GPM de Bordeaux, la part des anges servira de tableau noir pour écrire une nouvelle performance en 2018, espèrent les opérateurs.

Hervé Deiss

Mercredi 14 Février 2018



Lu 969 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Mai 2018 - 14:52 Sosersid mène sa barque dans le colis lourd


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy