CMA CGM : Johnny Saadé obtient gain de cause en Syrie


Johnny Saadé, qui bataille en justice depuis bientôt deux décennies contre son frère Jacques Saadé, PDG de CMA CGM, a obtenu de la justice syrienne qu'elle condamne ce dernier à lui verser plus d'un demi-milliard d'euros.


© CMA CGM
© CMA CGM
Johnny Saadé obtient gain de cause en Syrie contre son frère, le PDG de CMA CGM. La Cour d'appel de Damas a confirmé le 16 octobre 2014 un jugement du Tribunal civil de première instance de Damas datant de décembre 2013 en faveur de Johnny Saadé et de sa société Mistral Holding. Ce jugement condamne Jacques Saadé à titre personnel et en tant que patron du numéro trois mondial du transport maritime conteneurisé, ainsi que sa femme, Naïla, ses deux fils, Rodolphe et Jacques, et sa fille, Tanya, à verser à Johnny Saadé et à sa société 595 millions d'euros, un montant auquel s'ajoutent des intérêts.

Nouveau rebondissement

Il s'agit-là d'un nouveau rebondissement dans l'interminable bataille judiciaire que mène Johnny Saadé depuis la fusion à la fin des années 90 entre la Compagnie maritime d'affrètement (CMA), qu'il avait fondée avec son frère, et la Compagnie générale maritime (CGM). Jacques et Johnny Saadé, dont la famille est d'origine syrienne, détenaient à parts égales la CMA lorsque le gouvernement français avait cédé à celle-ci en octobre 1996 l'entreprise publique CGM, après l'avoir recapitalisée. Mais les frères s'étaient rapidement brouillés au sujet de cette reprise, le cadet Johnny accusant de manœuvres frauduleuses l'aîné Jacques, devenu largement majoritaire dans CMA CGM.
Aux termes d'un compromis signé en septembre 2000, Johnny Saadé cédait à son frère pour 40 millions de dollars ses 10,42 % du capital de CMA CGM, mais Jacques Saadé conservait 5 millions en garantie pour parer d'éventuels frais. En septembre 2003, n'ayant toujours pas touché ces 5 millions de dollars, Johnny Saadé portait plainte pour escroquerie et abus de confiance. Une vingtaine de procédures ont opposé les deux frères depuis le début de cette bataille. La justice française a débouté Johnny Saadé à plusieurs reprises au cours des années 2000. La justice libanaise ne lui a pas donné davantage raison. Il s'est alors tourné vers les tribunaux syriens.

"Une interminable bataille judiciaire depuis la fusion entre CMA et CGM"


CMA CGM a indiqué n'avoir pas reçu notification d'un tel jugement en Syrie, mais être prête, le cas échéant, à le contester. C'est-à-dire à se pourvoir en cassation devant la justice syrienne. "Une décision de justice aurait été rendue par la Cour d'appel de Damas", a indiqué CMA CGM. "Selon certaines informations, des divergences auraient opposé les magistrats en charge du dossier. En fonction de l'évolution de la procédure, nous utiliserons toutes les voies de droit que nous offre la justice syrienne", a ajouté l'entreprise. CMA CGM a rappelé que "les tribunaux libanais ont mis un terme définitif" à la contestation de la transaction de septembre 2000 par Johnny Saadé. "Les tribunaux français saisis également ont statué dans le même sens par des décisions définitives et exécutoires en 2013", a indiqué CMA CGM. Ces décisions ont donné raison à Jacques Saadé et ont "confirmé la parfaite régularité de la transaction visée par les jugements", a ajouté CMA CGM.
De son côté, Johnny Saadé a fait savoir qu'il comptait "demander l'exécution judiciaire" du jugement de la Cour d'appel de Damas "dans tous les pays où CMA CGM possède des bureaux et autres actifs". CMA CGM dessert plus de 400 ports dans le monde et a transporté 11,4 millions d'EVP en 2013. Elle a réalisé un chiffre d'affaires de près de 16 milliards de dollars.

AFP

Mardi 18 Novembre 2014



Lu 581 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy