Caen-Ouistreham : les bénéfices du sur-stockage anglais


La nouvelle entité baptisée Ports de Normandie, dont Caen-Ouistreham est le fer de lance, se dit prête à débuter les investissements nécessaires au Brexit. Elle ne les a toutefois pas démarrés.


À Caen-Ouistreham, pour le fret, les chiffres étaient bons fin mai, avec une progression d’environ 6,5 % © Port de Caen-Ouistreham
À Caen-Ouistreham, pour le fret, les chiffres étaient bons fin mai, avec une progression d’environ 6,5 % © Port de Caen-Ouistreham
Difficile de se faire une idée précise des résultats du port de Caen-Ouistreham durant l’été. Tout juste apprend-on, par exemple, que les passagers transportés sur les navires de Brittany Ferries vers Portsmouth étaient en recul de 2,13 % à fin juillet, après avoir été en hausse de 3 % fin avril.
Les répercussions du feuilleton autour du Brexit, des problèmes migratoires et de la mauvaise santé de l’économie britannique ? Sans doute un cocktail de toutes ces raisons. "La saison estivale est en recul. Nous estimons que la baisse pourrait être de l’ordre de 4 % à la fin de l’année. Ce n’est pas une hémorragie mais quand même", commente-t-on du côté de la CCI Caen-Normandie, concessionnaire des installations portuaires.
Pour le fret, les chiffres étaient bons fin mai, avec une progression d’environ 6,5 %, mais trompeurs. "On sait qu’on a bénéficié du sur-stockage des entreprises anglaises au printemps et également du zèle des douaniers français à Calais", indiquait la même source.
Côté investissements liés au Brexit, les responsables portuaires se montraient sereins. "Dans l’ensemble, nous sommes prêts. Que ce soit au niveau des installations douanières ou des contrôles vétérinaires et phytosanitaires, déplacés à 3 km du terminal sur la zone des Maresquiers. Pour le reste, nous retardons au maximum les investissements nécessaires en cas de version très rigides du Brexit, selon l'importance et la durée des travaux à réaliser. C’est le cas, par exemple, des marquages au sol pour le terminal ou d’un poste de contrôle vétérinaire pour les échanges de chevaux", indique la CCI.

"La récolte de céréales 2019 a été excellente"

Concernant les bassins intérieurs, on sait que la récolte de céréales 2019 a été excellente, tant en qualité qu’en quantité, ce qui laisse présager de bons scores à l’export dans les mois à venir. Pour l’heure, les travaux d’embectage des écluses, interrompus durant l’été pour raisons touristiques, ont repris en septembre, limitant l’accueil des vraquiers à 23 mètres de largeur maximum.
Au niveau des importations, les bois exotiques en provenance d’Afrique de l’Ouest confirment leur remontée en puissance même si l’armement allemand Bocs persiste dans ses escales bimestrielles avec des cargaisons de l'ordre de 3.500 m3. La progression de ce trafic pourrait atteindre 50 % en fin d’année. Les trafics générés par la cimenterie Calcia de Ranville sont un peu en retrait se limitant à la réception de laitiers en raison de difficultés techniques dans celle de coke de pétrole.

"Les bois exotiques en provenance d’Afrique de l’Ouest confirment leur remontée en puissance"


Parmi les bonnes nouvelles, on peut noter que la réception d’attapulgite (litière pour chats) en "big-bags" se confirme avec deux bateaux réceptionnés depuis le début de l’année pour 13.000 tonnes. On peut relever aussi la réception en juillet de tubes pour l’usine normande du groupe francilien ITP Interpipe qui, après calorifugeage et isolation, les réexpédiera vers l’Inde en octobre.
À signaler également l’arrivée de sels de tanneries venus d’Afrique du Nord et les sorties de bois de pays (peupliers) destinés au Maroc, un trafic disparu depuis près de trente ans. Enfin, les trafics de colis lourds ont connu un pic avec la réception de quatre gros transformateurs destinés au poste RTE de Bellengreville, débarqués sur le quai de Calix et réexpédiés par voie ferroviaire par l’entreprise STSI.

En attendant le premier navire au GNL

Au plan des investissements, Ports de Normandie va achever les travaux d’embectage des écluses d’entrée vers le port amont. Il réhabilite également un duc d’albe sur le terminal transmanche en vue de l’accueil début 2020 du Honfleur, le nouveau ferry de la BAI propulsé au GNL. Pour sa part, la CCI réalisera une zone de stockage-tampon sécurisée pour recevoir les camions de gaz.
Concernant le Brexit, une seconde phase de travaux plus lourds est envisagée sur deux à trois ans, avec acquisitions foncières dans l’avant-port pour recentrer tous les contrôles. L’addition, répartie à 50/50 entre l’autorité portuaire et le concessionnaire, pourrait avoisiner les 10 millions d’euros.
Pour ce qui est de la future zone de maintenance du parc éolien offshore de Courseulles, Ports de Normandie vient d'obtenir le feu vert pour poursuivre le réaménagement de l’avant-port. Déjà a été effectuée la création d’un ponton Ouest pour la vedette SNSM et d’une zone d’accueil entre les deux écluses des unités de servitude.
De son côté, la CCI va achever la modernisation du terminal pour les engrais d’Hérouville et poursuivre la modernisation de l’assainissement de ses terminaux amont pour la gestion des eaux pluviales notamment, une opération lourde financièrement.

Vincent Rogé

Jeudi 10 Octobre 2019



Lu 1203 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 8 Novembre 2019 - 09:18 Fin juillet, le port de Rouen progresse de 1 %


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy