Chine : les "nouvelles routes de la Soie", grands projets semés d'embûches


Projet de ligne de chemin de fer au point mort en Indonésie, zone industrielle à moitié vide au Kazakhstan, chantiers risqués au Pakistan : les "nouvelles routes de la Soie" voulues par la Chine sont encore loin des ambitions du président, Xi Jinping.


© Belt and Road
© Belt and Road
Ce gigantesque programme d'infrastructures destiné à consolider les relations commerciales de la Chine sur trois continents - Asie, Europe et Afrique - a été initié en 2013 par Xi Jinping pour accroître l'influence chinoise à travers le globe. Un objectif souligné encore lors du récent Congrès du Parti communiste chinois, à la tête duquel Xi Jinping a obtenu un nouveau mandat de cinq ans.
Connu en Chine comme "La Ceinture et la Route" - une ceinture terrestre qui relie la deuxième économie mondiale à l'Europe occidentale via l'Asie centrale et la Russie ; et la route maritime qui lui permet de rejoindre l'Afrique et l'Europe par la mer de Chine et l'océan Indien - ce projet prévoit la construction de routes, ports, lignes de chemin de fer et parcs industriels dans 65 pays pour plus de 1.000 milliards de dollars.
Mais les difficultés rencontrées sur le terrain pour mener à bien de tels projets dans des démocraties chaotiques, des pays à régime autoritaire ou confrontés à des rébellions, contrastent avec la rhétorique des dirigeants chinois.
En Indonésie, par exemple, Pékin a décroché en 2015 le contrat pour construire la première ligne de chemin de fer à grande vitesse du pays. Mais plus de deux ans après, les travaux ont à peine commencé, en raison notamment de rivalités politiques dans l'archipel d'Asie du Sud-Est. Le président indonésien, Joko Widodo, avait lancé le projet en janvier 2016 à Walini, dans l'Ouest de l'île de Java, mais aucune trace de ligne de chemin de fer n'était encore visible sur le site où quelques pelleteuses creusaient dans la terre.
"La première année après la cérémonie de lancement du projet, je n'ai pas vu la moindre progression", a raconté Neng Sri, un vendeur ambulant habitant Mandala Mukti, un village proche. "Les travaux ont commencé seulement ces derniers mois", a-t-il ajouté. Le ministère indonésien des Transports s'est refusé à tout commentaire tandis que le consortium de sociétés chinoises et indonésiennes n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Disputes, controverse

Un autre projet de ligne ferroviaire à grande vitesse reliant la Chine à Singapour via le Laos, la Thaïlande et la Malaisie se heurte aux mêmes difficultés. Le tronçon en Thaïlande a été retardé par des disputes concernant le financement, les conditions d'emprunt et une législation du travail peu flexible. C'est seulement en juillet que la junte au pouvoir a approuvé une enveloppe de 5,2 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) pour démarrer les travaux.
Au Laos, la construction est en cours sur la ligne de 415 km. Mais même dans ce pays, fervent allié de Pékin, le projet a provoqué une controverse en raison de son prix élevé - environ 5 milliards d'euros, soit la moitié du Produit intérieur brut du Laos - et des critiques quant à l'utilité d'une telle ligne pour ce pays très pauvre.
La Chine a aussi choisi d'investir dans des pays dangereux, tel le Pakistan. Pékin et Islamabad avaient conclu en 2013 des accords totalisant 46 milliards de dollars (40 milliards d'euros) pour construire des infrastructures de transports et d'énergie sur ce "couloir" garantissant une nouvelle ouverture maritime à la Chine.
Mais dans la province du Balochistan (sud-ouest), des rebelles ont fait exploser des conduites de gaz et des trains, et attaqué des ingénieurs chinois.
Alors que des responsables chinois et d'autres pays font régulièrement la promotion de ces projets, les bénéfices pour les citoyens ordinaires sont loin d'être évidents.
"Le train à grande vitesse n'est pas pour nous", estime ainsi Sri, une villageoise vivant à côté de la ligne ferroviaire prévue en Indonésie. "C'est seulement pour les gens très affairés qui pensent que le temps c'est de l'argent".

AFP

Lundi 13 Novembre 2017



Lu 576 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 10 Octobre 2018 - 15:35 Le GNTC interpelle les syndicats du rail


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy