Constanta, port providentiel pour les céréales ukrainiennes


Le "Lady Dimine" s'apprête à quitter Constanta, port roumain de la mer Noire devenu une rare porte de sortie maritime des produits agricoles ukrainiens.


© Port of Constantza
© Port of Constantza
Le céréalier de plus de 160 mètres de longueur et d'une capacité de 26.000 tonnes est le deuxième en cinq jours à s'amarrer au quai numéro 80 pour recevoir une précieuse cargaison de graines dorées en provenance de la nation voisine, dont les ports sont bloqués par l'envahisseur russe. Destination : le Portugal.

L'enjeu est vital pour de nombreux pays dépendants des livraisons de l'Ukraine, qui exportait avant la guerre par la mer 4,5 millions de tonnes de production agricole par mois, soit 12 % du blé, 15 % du maïs et 50 % de l'huile de tournesol au niveau mondial.

Le blocus est total, de la mer d'Azov, fermée à la navigation dès le début de l'offensive, au port d'Odessa, sur la mer Noire, qui représente en temps normal 60% de l'activité portuaire du pays.

Casse-tête logistique

Parmi les solutions de rechange, la Roumanie fait figure de candidate idéale. Membre de l'Otan aux eaux sécurisées, le pays est aussi le deuxième exportateur de blé de l'Union européenne derrière la France et dispose des infrastructures adéquates.

"Le départ d'un troisième navire est prévu dans six jours et nous espérons accélérer le rythme", confie Viorel Panait, PDG de Comvex, premier opérateur de céréales de Constanta. "Vu la situation malheureuse que traversent nos voisins ukrainiens, nous devons les aider autant que nous pouvons", ajoute-t-il.

Mais avant d'atteindre le port, les céréales ont un long chemin à parcourir. Elles sont chargées dans des trains, des poids-lourds ou encore des barges dans les petits ports danubiens de Reni et d'Izmaïl, situés à l'extrême sud-ouest de l'Ukraine, à la frontière avec la Roumanie.

Pour remplir un navire de 70.000 tonnes tel que celui parti la semaine dernière pour la première fois de Constanta, il faut compter 49 trains ou autant de barges, détaille Viorel Panait. Ou encore des milliers de poids-lourds, au risque de créer un énorme embouteillage dans le labyrinthe de routes s'entrecroisant à Constanta. Un "casse-tête" pour Florin Goidea, le directeur du port.

Pressé d'agir pour moderniser un réseau ferroviaire vieillissant, le gouvernement a trouvé une issue : réhabiliter 95 voies ferrées datant de l'époque communiste et bloquées depuis des années par des centaines de wagons rouillés. "Ce projet d'un montant de 200 millions de lei (40 millions d'euros) est extrêmement important car il débloquera le trafic routier dans le port" et permettra d'augmenter les stocks traités, souligne Florin Goidea.

"La guerre en Ukraine est un défi mais aussi une opportunité", lance le directeur, précisant que ce port est devenu en 2021 "le pôle européen pour les exportations de céréales devant Le Havre". Et d'espérer battre le trafic record de 67,5 millions de tonnes enregistré cette année-là.

Solution de fortune pour la manutention

À 230 km au nord, un autre port roumain pourrait aussi fournir un débouché aux exportations ukrainiennes, celui de Galati sur le Danube. Il est relié à la Moldavie par cinq kilomètres de voie ferrée qui conservent l'écartement des rails utilisé dans l'ex-URSS et ses pays satellites et qui correspond à celui toujours en service en Ukraine.

La rénovation de cette ligne, prévue cet été, permettra d'acheminer des marchandises sans devoir changer les essieux des wagons, comme c'est le cas pour les autres voies ferrées. Une manœuvre compliquée, tout comme la solution trouvée in extremis par les opérateurs portuaires ukrainiens dans le cas des barges : ils soulèvent actuellement les wagons à l'aide de grues pour déverser les céréales.

Or pour que les produits agricoles restent accessibles, un transport rapide et peu coûteux est essentiel, explique le PDG de Comvex. "Nous devons nous assurer qu'ils aboutissent sans délai sur les tables des consommateurs pour éviter le risque d'une famine". Le long de l'une des routes encombrées du port, des dizaines de mâts et de rotors d'éoliennes destinés à l'Ukraine semblent abandonnés, à la merci des éléments. "Il n'y a plus personne à qui les envoyer" dans le pays en proie aux bombes, lâche un employé.

Mihaela Rodina

Jeudi 5 Mai 2022



Lu 1147 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal