Contargo : à Bâle, la multimodalité au quotidien


Le terminal suisse de l'opérateur rhénan Contargo fait se combiner au plus près la route, le rail et le fluvial.


© Contargo
© Contargo
Au seuil du pays mondialement réputé pour ses chocolats, son fromage... et les médicaments de son industrie pharmaceutique, le "reefer" est incontournable. Le terminal suisse de Contargo à Bâle en illustre l'importance. L'infrastructure de la filiale de Rhenus permet le branchement simultané de 40 conteneurs réfrigérés et elle est équipée du dispositif PTI (Pre-Trip Inspection) pour garantir leur chargement à la température dirigée voulue, entre - 15 °C et + 15 °C en général. Alors que le reefer est un sujet relativement récent sur la rive française du Rhin, "il y a longtemps qu'ici, il fait partie des fondamentaux", confirme Chris Hechinger, manager français au service clients à Bâle.
Propriétaire et exploitant du principal terminal de Bâle, Contargo y a réalisé 117.800 mouvements de conteneurs l'an dernier. L'infrastructure dotée de deux portiques Kunz se déploie sur un foncier de 23.000 m2, sur lequel elle peut stocker 3.600 EVP, au cumul de ses deux parties Nord et Sud. Les équipes de Bâle (60 personnes) gèrent aussi la planification des départs de barges de leurs collègues de Weil-am-Rhein (Allemagne), Mulhouse et Ottmarsheim, avec lesquels elles forment l'entité "Contargo Sud".
 
Un rapproché à Rotterdam

 
Chez Contargo Bâle, la multimodalité est solidement ancrée. Sur les sept voies de 350 mètres du terminal, les rails viennent littéralement frôler la zone de stockage, on imaginerait qu'un claquement de doigt suffirait à décider d'orienter les conteneurs vers eux, vers la barge voisine ou vers la route. La réalité est bien sûr plus complexe, mais la souplesse de fonctionnement est garantie. Après l'incident de Rastatt qui a provoqué l'interruption de la ligne Karlsruhe-Bâle de mi-août à mi-octobre dernier, l'opération a su réagir par une hausse de cadences en fluvial et il pourra s'adapter à un éventuel retournement dans le sens inverse.

"Le système présente un intérêt manifeste pour limiter la congestion"


Suite à Rastatt, la navette ferroviaire vers Anvers et Rotterdam est passée de huit à trois trains par semaine, d'une capacité unitaire de 66 EVP. Depuis la réouverture de la ligne, elle est assurée par le BWS (Basel Westport Shuttle). "Son terminus a pu être placé au terminal CTT aux portes de Rotterdam, réduisant ainsi le parcours des derniers kilomètres à effectuer par route, barge ou rail, vers le port hollandais, les terminaux maritimes et à terme vers Anvers", souligne Chris Hechinger. Sur le réseau suisse, les conteneurs arrivent à la gare-frontière de Bâle avec l'Allemagne. Ils sont chargés principalement vers les hubs de Genève et Chavornay au sud, Zurich-Dietikon et Gossau à l'est, ou vers le pôle chimique de Monthey. Les mêmes trajets opèrent dans le sens inverse.

Slot management

Derrière leurs murs chargés d'histoire, les services bâlois sont entrés résolument dans l'ère numérique. Le terminal a adopté depuis deux ans un slot management : les transporteurs adhérents peuvent réserver à l'avance, sur un portail internet dédié, un créneau de déchargement d'une demi-heure, et ce jusqu'à 30 minutes avant de se présenter. "Le système commence à rencontrer son public. Les transporteurs suisses et internationaux sont de plus en plus nombreux à s'y inscrire : il présente un intérêt manifeste pour limiter la congestion", observe Chris Hechinger. Car celle-ci menace toujours, à en juger par la longue file d'attente de camions à l'entrée, en dépit d'un fonctionnement du terminal bâlois en continu de 5 h 30 à 19 h 30 du lundi au vendredi.

Mathieu Noyer

Mercredi 6 Décembre 2017



Lu 583 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 12:00 VNF : appel à partenaires pour Colmar

Jeudi 14 Décembre 2017 - 14:51 VNF : peu d’augmentations, trop de baisses !


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse