Contrôleurs aériens : des recrutements en fonction de l’évolution du trafic


Le gouvernement va lier le recrutement des agents de la direction générale de l'Aviation civile à l'évolution du trafic aérien et à la productivité, suivant une recommandation d'un rapport de la Cour des comptes publié le 17 septembre 2021.


Parmi les dix préconisations d’un rapport de la Cour des comptes très critique sur la gestion de ressources humaines de la direction générale de l'Aviation civile (DGAC), la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a répondu dans une lettre aux "Sages" de la rue Cambon qu'elle allait en mettre en œuvre trois.

Outre l'ajustement annuel "dès 2022" de la "trajectoire de recrutement des contrôleurs aériens à l'évolution du trafic et aux efforts de productivité", le gouvernement veut refondre "le dispositif d'intéressement à la performance collective" et "mettre fin aux subventions aux organisations syndicales représentatives de la DGAC".

L'alignement des recrutements sur l'évolution du trafic aérien est "quelque chose qui me paraît pragmatique", a réagi Loïc Parisi, secrétaire national du SNCTA, premier syndicat chez les contrôleurs aériens. "Avant la pandémie, on avait un niveau de contrôleurs aériens insuffisant. Dans la crise qu'on connaît aujourd'hui, il y a plus de contrôleurs que de trafic aérien."

Pour autant, le syndicat souligne la nécessité "d'un recrutement suffisant de contrôleurs dès 2022" en raison "des nombreux départs à la retraite, des perspectives de trafic et des nouvelles procédures environnementales". "Sur le niveau de recrutement, il faut faire attention", a averti de son côté Laurent Notebaert, secrétaire général du SNNA-Force ouvrière (Syndicat national de la navigation aérienne, quatrième syndicat de la DGAC). "Le niveau de trafic peut remonter plus rapidement que le temps de recruter et de former quelqu'un de qualifié", qu'il évalue entre cinq et sept ans.

Formation et rémunération

La fin des subventions semblait susciter le 18 septembre 2021 moins d'inquiétude parmi les syndicats. À l'Unsa Aviation civile par exemple, "elles ne représentent que 15 à 20 % des ressources" annuelles, selon William Fiacre, secrétaire général d'une des quatre organisations qui composent le syndicat.

La Cour des comptes recommande par ailleurs d'obliger "les personnels de la navigation aérienne, dont la présence détermine la capacité que peut offrir le service minimum", à déclarer au moins 72 heures à l'avance leur participation à un mouvement de grève. Elle précise que cette déclaration doit être "individuelle".

La Cour suggère aussi de revoir les traitements et primes des agents de la DGAC qui ont "des niveaux de rémunération élevés par comparaison au reste de la fonction publique", lesquels sont en outre "régulièrement accrus par des protocoles sociaux successifs", d'après le rapport.

Sur ces dernières recommandations, le gouvernement estime que "les échéances prescrites, 2022 ou 2023 pour la plupart, apparaissent délicates à tenir" et "nécessitent un dialogue social approfondi avant d'être mises en œuvre".
Le ministère met en avant les élections professionnelles prévues fin 2022, la reprise du trafic aérien et l'amélioration de la situation financière de la DGAC.

La Cour des comptes estime enfin que la formation initiale des contrôleurs aériens est "d'une durée trop longue et d'un contenu trop étendu par rapport aux qualifications requises en première affectation".
En 2017 déjà, les "Sages" avaient dénoncé dans un rapport le coût élevé de l'action sociale au sein de la DGAC, critiquant "un immobilisme persistant pour un coût élevé".

AFP

Lundi 20 Septembre 2021



Lu 733 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Septembre 2022 - 16:48 Daher vise 1,5 milliard d’euros de CA en 2023


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal