Depuis Toulouse, la lutte contre le Covid-19 en mer


"Tous n'ont pas le pied marin", mais à Toulouse, dix médecins urgentistes se relaient jour et nuit pour assister et soigner les navigants confrontés au coronavirus sur toutes les mers du globe.


La ligne du CCMM est ouverte à tous les navires français ou étrangers croisant dans les eaux territoriales françaises © CCMM
La ligne du CCMM est ouverte à tous les navires français ou étrangers croisant dans les eaux territoriales françaises © CCMM
Ces experts, passés par des formations aux conditions et règles de la navigation à Marseille et Lorient, animent le Centre de consultation médicale et maritime (CCMM), reconnu depuis 1983 comme le service national de consultations et assistance télé-médicales pour les navires en mer.
Quand Louis Lareng a fondé à Toulouse le Samu, en 1969, "il a voulu qu'il y ait toujours quelqu'un au bout du fil" aussi pour les marins, explique le Dr Patrick Roux, le responsable de l'unité, qui dépend du Samu 31 et est située dans les locaux du CHU de Toulouse.
La ligne est ouverte à toutes les unités françaises ou étrangères croisant dans les eaux territoriales françaises, mais aussi "tous les navires parlant français" autour du globe, par exemple un navire "battant pavillon des Bahamas mais commandé par un Français", explique Émilie Dehours, qui émerge d'une garde de 24 heures.
Au niveau international, le CCMM est ainsi en pointe de l'assistance médicale en mer, avec notamment son homologue italien, le plus ancien.

Les ports se ferment

Avec le coronavirus, les appels, 5.000 en moyenne par an, qu'ils émanent de plaisanciers, pêcheurs ou de la flotte commerciale, ont augmenté de 30 %.
Une hausse qui s'explique tant par la survenue de cas à bord que par l'inquiétude générée par le virus dans des environnements hautement contagieux, à l'accès problématique aux soins et où tous les bras comptent.
Pour le moment, l'équipe, "dont tous n'ont pas le pied marin", n'a pas eu à faire face à des décès, même si elle a dû gérer des cas de détresse respiratoire à bord, se félicite le Dr Dehours.
Mais sa tâche, aider au diagnostic et aux soins, aider à l'organisation du confinement à bord si nécessaire, et veiller aux évacuations quand elles s'imposent, s'est encore complexifiée avec la mise à l'arrêt planétaire.

"Les navires de croisière constituent le plus gros point noir"


Les ports d'accueil étrangers se ferment, les rapatriements sont conditionnés aux liaisons aériennes qui se raréfient, alors que nombre de pays ne peuvent offrir de soins hospitaliers à la hauteur pour ceux qui devraient être débarqués.
Dans les ports africains, "c'est même pire qu'avec Ebola, dont les symptômes étaient clairs". En matière d’accueil des navires et équipages, "tout est traité comme du coronavirus", note l'urgentiste.

Le "biais" de la flotte poubelle

Dans de nombreux cas, en Asie notamment, c'est le ministère des Affaires étrangères "et la diplomatie" qui doivent prendre le relais, soupire-t-elle.
Même s'ils disposent d'un médecin à bord, les navires de croisière constituent "le plus gros point noir", au vu du nombre de passagers concernés, relève-t-elle. En attestent les nombreux cas de paquebots placés en quarantaine ou interdits d'accoster par des ports du globe, même s'ils transportent, comme le néerlandais "Zaandam" actuellement tenu à l'écart par la Floride, des morts et cas suspects.
Sur les bateaux de pêche, dont beaucoup restent désormais à quai, ou la flotte marchande, dont l'activité reste soutenue, l'interlocuteur principal est le commandant, formé à l'assistance médicale. Les échanges se font par téléphone, mails pour l'échange de données médicales, voire par visio-consultations pour la flotte commerciale disposant du matériel nécessaire.
Quand il ne s'agit pas d'un de ces navires-poubelles aux pavillons douteux qui continuent à sillonner les océans : "ça, c'est un problème, le biais est là", affirme l'urgentiste.
Il y a aussi des cas particuliers difficiles, comme ce marin dont l'épouse était dans un état grave à terre, avec les enfants à charge. Il a finalement pu être rapatrié.
Le CCMM offre aussi aux équipages des consultations psychologiques pour faire face. Mais jusque-là, cette assistance n'a pas été sollicitée : "Les gens de la mer savent réagir, ils sont plutôt responsables", estime le Dr Dehours.

Catherine Boitard

Jeudi 2 Avril 2020



Lu 864 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Août 2020 - 11:59 Liban : Tripoli remplace Beyrouth


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy