Des aires maritimes insuffisamment protégées, selon Bloom


L'association environnementale Bloom attaque devant le Conseil d'État un décret sur les aires maritimes protégées. L’ONG accuse le gouvernement d'"imposture écologique" faute d'avoir formellement interdit toute activité humaine dans certaines de ces zones.


La France, tout comme l'Union européenne, s'est fixé comme objectif de protéger 30 % de ses eaux, dont un tiers sous un statut de "protection forte" d'ici à 2030. Il s’agit d’un point clé des négociations internationales sur le climat et la sauvegarde de la biodiversité.
Or, selon une étude du CNRS, en 2021, à peine 1,6 % des eaux françaises, essentiellement autour des Terres australes (au sud de l'océan Indien), relevaient du niveau maximum de protection, dont la définition fait débat.

Pour tenir l'objectif, réaffirmé par le président Emmanuel Macron en mai au sommet One Ocean, à Brest, le gouvernement a publié le 12 avril le décret définissant une aire, maritime ou terrestre, sous "protection forte" autrement dit la protection maximale en France.
Il s'agit d'"une zone dans laquelle les pressions engendrées par les activités humaines susceptibles de compromettre la conservation des enjeux écologiques sont absentes, évitées, supprimées ou fortement limitées, et ce de manière pérenne", avec une réglementation adaptée et un contrôle effectif.

Pour Bloom, la formulation de "ce décret blanchit les activités destructrices dans les zones de protection forte (ZPF), alors que celles-ci devraient interdire toute activité humaine".

Pêche industrielle

La France, deuxième puissance maritime au monde en surface, "amoindrit l'ambition écologique européenne pour l'océan en créant une définition juridique dans laquelle les industries extractives pourront s'engouffrer pour poursuivre leurs activités bio-climaticides dans les zones supposément protégées", poursuit l’association.

L'ONG publie également une étude sur l'intensité de la pêche dans l'ensemble des aires maritimes protégées (AMP) françaises, quel que soit le degré plus ou moins fort de protection (en 2022, près de 33 % des eaux françaises sont couvertes).

Menée à partir des données satellites des navires, l'étude "révèle qu'en 2021, la pêche industrielle a passé près de la moitié de son temps (47 %) à pêcher dans des aires marines supposément protégées", à divers degrés, affirme l'association. Bloom dénonce l'utilisation d'"engins qui raclent les fonds comme le chalutage de fond ou la senne démersale", notamment en Mer d'Iroise (Finistère) et dans les Bouches de Bonifacio (Corse).

"À quelques semaines de la COP27 sur le climat et de la COP15 sur la diversité biologique, la France doit passer des paroles aux actes et se doter d'un régime de "protection stricte" conforme aux recommandations scientifiques internationales", notamment celles fixées par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et "interdire la pêche industrielle, dont le chalutage de fond, dans l'ensemble de ses aires marines dites protégées", conclut Bloom.

AFP

Mardi 11 Octobre 2022



Lu 1563 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal