Des pénuries alimentaires menacent les pays dépendant des importations


La pandémie de Covid-19 menace de pénuries des centaines de millions de personnes dans le monde, majoritairement en Afrique, qui dépendent des importations de denrées alimentaires et des exportations pour les payer.


Les ports d'exportation enregistrent çà et là des perturbations, dues par exemple à des mouvements sociaux en Argentine et au Brésil © Port of Santos Scame
Les ports d'exportation enregistrent çà et là des perturbations, dues par exemple à des mouvements sociaux en Argentine et au Brésil © Port of Santos Scame
L'épidémie "est aussi une menace pour la sécurité alimentaire", a indiqué vendredi 3 avril le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "et nous devons assurer le maintien des chaînes d'approvisionnement, spécialement celles de l'alimentation, de la pharmacie et des équipements médicaux, surtout dans les zones les plus pauvres et les plus vulnérables du monde".
La tâche sera rude. "En général, nous sommes confrontés à un choc d'approvisionnement comme une sécheresse, ou un choc de demande comme une récession, mais ici ce sont les deux à la fois", a détaillé Arif Husain, économiste en chef du Programme alimentaire mondial (Pam) depuis Rome. "Les deux à la fois et à l'échelle mondiale. C'est ce qui fait que c'est vraiment, vraiment inédit."
Chaque année les échanges de riz, soja, maïs et blé permettent de nourrir 2,8 milliards de personnes dans le monde, dont 212 millions en situation d'insécurité alimentaire chronique et 95 millions en situation d'insécurité alimentaire grave, selon le Pam. Pour "de nombreux pays pauvres, les conséquences économiques seront plus dévastatrices que la maladie elle-même", prévient cette agence onusienne dans un rapport publié vendredi.
L'Afrique, et en particulier l'Afrique subsaharienne qui a importé plus de 40 millions de tonnes de céréales en 2018, est le continent le plus menacé. La Somalie et le Soudan du Sud sont les plus exposés à une perturbation des approvisionnements en céréales, tandis que d'autres pays, comme l'Angola, le Nigeria et le Tchad, sont tributaires de leurs exportations pour payer les importations de denrées. Les pays exportateurs de pétrole, comme l'Iran et l'Irak, mais aussi le Yémen et la Syrie en proie à la guerre, comptent aussi parmi les plus menacés par les pénuries alimentaires.
"Si les marchés mondiaux des céréales de base sont bien approvisionnés et les cours globalement bas, les denrées doivent voyager des greniers du monde vers leurs lieux de consommation. Les mesures de confinement mises en place pour lutter contre le Covid-19 commencent à poser des problèmes à cet égard", s'alarme le Pam.

"Les céréales confrontées à des pénuries de main-d'œuvre et de camions"

Les ports d'exportation enregistrent çà et là des perturbations, dues par exemple à des mouvements sociaux en Argentine et au Brésil. De son côté, la filière céréalière exportatrice en France "est confrontée à des pénuries de main-d'œuvre et de camions", précise ce rapport. Des achats massifs, dits de panique, par des négociants ou des gouvernements, font aussi craindre une rupture de la chaîne d'approvisionnement qui pourrait faire monter les cours.
Pour le moment, les prix des denrées de base (huiles, céréales, viandes, produits laitiers) ont tendance à baisser, en raison des perspectives de marasme économique, selon le baromètre mensuel de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Mais l'inquiétude est forte pour le Sahel en Afrique de l'Ouest, une zone qui cumule les effets négatifs du changement climatique et une montée de violences.
Selon un autre rapport, diffusé vendredi par le Club Sahel de l'OCDE, qui évalue tous les six mois les besoins de la région, le nombre de personnes en situation de crise alimentaire au Sahel est estimé à 11,4 millions de mars à mai 2020, comparé à 4,8 millions pour la même période l'an passé, soit une différence de 6,6 millions de personnes. Pour la période dite de "soudure" entre les récoltes, de juin à août, le nombre de personnes en insécurité alimentaire grave a été réévalué à 17 millions contre 14,4 millions estimés en décembre 2019.

"La crise actuelle a plus à voir avec le transport qu'avec la production"


Il y a suffisamment d'alimentation pour tous dans le monde, selon Abby Abbassian, économiste principal à la FAO. La crise actuelle "a plus à voir avec le transport" qu'avec la production, a-t-il expliqué, appelant les États tentés par le repli à maintenir les rouages essentiels du commerce international. "Si les pays envoient les mauvais signaux, une crise d'un à deux mois peut durer sept à huit mois", souligne-t-il : "Chaque pays a le droit de s'assurer qu'il a assez de céréales pour nourrir son peuple, c'est normal, mais ce qui n'est pas normal est lorsqu'un pays pense qu'il doit limiter le commerce international".

Agnès Pedrero, Isabel Malsang et Philippe Rater

Mardi 7 Avril 2020



Lu 1131 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy