Des sénateurs veulent encadrer le développement de la méthanisation


La France doit encourager un "développement maîtrisé" de la méthanisation pour accélérer la transition énergétique tout en évitant les dérives sous-jacentes à cette technologie, estime une mission du Sénat dans un rapport rendu public le 5 octobre.


© Méthasynergie
© Méthasynergie
Objet d'un développement industriel inédit depuis une dizaine d'années en France, avec environ un millier d'unités en service et plus de 1.300 en projet, la méthanisation, qui consiste à produire du gaz et de l'électricité à partir de matière organique, notamment des effluents d'élevage, fait parfois l'objet de contestations locales.

Pour répondre aux critiques et craintes, les sénateurs de la mission d'information ont auditionné plus d'une centaine de personnes et formulé 61 préconisations, dans un rapport qu'ils ont voulu "équilibré et dépassionné", selon son rapporteur, le sénateur d'Ille-et-Vilaine, Daniel Salmon (EELV). Avec un objectif : "protéger le monde agricole d'un développement non maîtrisé de la méthanisation".

"On est tombé assez d'accord sur le fait que la méthanisation avait tout son intérêt dans le mix énergétique français, mais qu'il devait y avoir de sérieux points de vigilance", a poursuivi Daniel Salmon. "On ne peut pas se permettre de se fermer des portes pour atteindre la neutralité carbone en 2050", ajoute-t-il, le rapport ayant rejeté l'idée d’un moratoire sur les nouvelles installations.
Les sénateurs demandent plus d'études économiques, en mesurant l'impact de la méthanisation sur le prix du foncier, et scientifiques, par exemple sur la valeur agronomique du digestat avec la mise en place de parcelles témoins. Ils appellent à "clarifier les politiques publiques", jugées trop "complexes et ambiguës".

Selon Daniel Salmon, "le renforcement des normes et la baisse du tarif de rachat à partir de 2023 vont réduire la rentabilité des projets, mais il faut à tout prix éviter les à-coups et réévaluer l'objectif de 10 % de gaz renouvelable d'ici à 2030 en fonction des nouvelles données sur l'impact de la méthanisation".

"Améliorer les pratiques"

Le rapport rappelle que la production de biogaz "contribue à réduire nos émissions de gaz à effet de serre" avec un bilan carbone du biométhane "5 à 10 fois moindre que celui du gaz naturel", selon des données de GRDF.

Reste que le bilan carbone doit être affiné. "Si demain on a plus de méthaniseurs, qu'on est obligé d'avoir plus de maïs pour les alimenter, ou plus de soja brésilien et plus de transports, ça va fortement dégrader le bilan carbone", prévient Daniel Salmon.
Les sénateurs recommandent aussi d'adapter les unités de méthanisation en fonction des régions. "On ne peut pas plaquer un méthaniseur X qui irait dans tous les coins de France", souligne le rapporteur.

La mission d'information demande en outre "d'améliorer les pratiques" et de développer une culture du risque pour éviter les accidents, avec notamment une maintenance 24 heures sur 24 et davantage de contrôles des services de l'État. Elle plaide pour "une traçabilité stricte des matières entrantes".

Les sénateurs prônent enfin "une information nationale "grand public" afin de diffuser une connaissance générale minimale de la méthanisation" et de mettre en place des concertations, y compris lorsqu'il s'agit d'unités de petite taille.

AFP

Jeudi 7 Octobre 2021



Lu 2327 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal