Desserte maritime corse : "Une nouvelle page est en train de s’ouvrir"


Économiste des transports, Patrice Salini suit et analyse la continuité territoriale maritime corse depuis de nombreuses années. Saluant les démarches actuelles visant à bâtir un nouveau modèle, il en souligne aussi les fragilités.


© Corsica Linea
© Corsica Linea
Pourquoi la démarche en cours sur la continuité territoriale maritime corse est-elle originale ?
Patrice Salini (PS) : Il est clair que le moment est historique. La Corse peut enfin se débarrasser de ce qui fût une histoire tumultueuse, agitée et coûteuse de la continuité territoriale. Agitée parce que juridiquement contestée et conflictuelle. Alors oui, après avoir stabilisé la situation, la collectivité peut repartir dans une logique claire et saine. Ce qui ne préjuge en rien du contenu du service public éventuel, mais implique rigueur, non-discrimination et cohérence.

Patrice Salini, économiste des transports © PS
Patrice Salini, économiste des transports © PS
Quelle forme prend ce nouveau cadre ?
PS : L’Office des Transports a lancé deux tests de marché répondant aux principes découlant du droit européen. Ces tests de marché consistent à vérifier que l’initiative privée n’est pas en mesure de satisfaire un besoin de transport, et qu’il y a donc une carence. À partir de là devront être définis les cadres éventuels dans lesquels la desserte corse sera organisée à partir de 2019. Un débat subsiste cependant sur la définition du besoin de service public. La démarche retenue est à mon sens à la fois fragile et contestable, et pèche par son manque de pluralisme.

Quels sont ces deux tests de marché ?
PS : Ils sont d’importance inégale. Le premier concerne ce qu’on appelait naguère la continuité territoriale avec le continent français. Le second traite de la liaison Corse-Sardaigne.

En quoi la démarche est-elle à la fois "fragile et contestable" ?
PS : Pour la desserte du continent français, il y a à mon sens quelques erreurs préjudiciables dans le document de l’Office des Transports autour des capacités ou les tarifs qui sont des maxima et non ceux du marché. Il propose une analyse du besoin de service que j’estime non conforme. Sachant que l’objectif du test est d’estimer s’il existe un besoin dans des conditions normales de marché, il est inadéquat de l’estimer en calculant la différence entre les flux de passagers et de fret effectivement constatés et l’offre capacitaire théorique des compagnies hors DSP. L’absence d’offre étant consécutive aux DSP, le "besoin" est la conséquence de celles-ci et non des conditions normales de marché. L’analyse des réponses sera éclairante.

"La CTC repart dans une logique claire et saine qui implique rigueur, non-discrimination et cohérence"


Relevez-vous d’autres fragilités ?
PS : Les objectifs de la CTC sont prédéterminés en ce qui concerne les horaires et l’absence d’escale. On s’interdit donc implicitement d’étudier une organisation de la desserte qui atteindrait des objectifs raisonnables de service et permettrait de rentabiliser l’outil naval. En effet, l’outil naval soumis aux DSP actuelles est notoirement sous-utilisé en raison de faibles rotations des navires. Enfin on semble s’interdire d’imaginer une dissociation, totale ou partielle, des flux passagers et fret. Pour la desserte de la Sardaigne, il y a des contradictions fortes dans le texte qui impose de fait la liaison Propriano-Porto-Torres sans la justifier véritablement en ignorant une partie des lignes régulières sur la Sardaigne et en évacuant les alternatives sans véritable analyse.

Quelles seraient les améliorations souhaitables ?
PS : Il ne s’agit pas de dénier à la Collectivité la possibilité de faire tel ou tel choix quant au contenu d’un service public, bien au contraire, mais il serait tout simplement souhaitable que les questions posées soient suffisamment ouvertes pour que les réponses des opérateurs puissent éclairer convenablement la décision, et que les différentes solutions possibles pour répondre aux objectifs poursuivis soient explorées. Mais on peut aussi considérer que la Collectivité apprend et explore un univers nouveau, et que l’intérêt des tests de marché peut être de voir les perceptions a priori de l’Office des Transports de la Corse remises en cause ou éclairées de manière novatrice.

Érick Demangeon

Lundi 11 Juin 2018



Lu 971 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy