Émissions de GES : l'OMI veut laisser la liberté aux États


Après une semaine de débats sur la façon d'atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre, les délégués de l'OMI n'ont pas retenu de mesure contraignante à proposer lors du prochain comité mondial sur l'environnement marin.


Le prochain Comité de protection de l’environnement marin se tiendra en mars 2020 © CPLT
Le prochain Comité de protection de l’environnement marin se tiendra en mars 2020 © CPLT
Le groupe de travail intersessions de l'Organisation maritime internationale (OMI) était réuni à Londres la semaine dernière pour plancher sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la marine marchande. Il est chargé de rédiger une ébauche de résolution avant le prochain Comité de protection de l'environnement marin (MEPC) qui se tiendra du 30 mars au 3 avril.
À quelques semaines de l'entrée en vigueur des nouvelles limites de teneur en soufre des combustibles marins, les délégués des États membres se sont accordés pour n'y inscrire aucune mesure obligatoire concrète.
Dans leur proposition de texte, ils préconisent le développement par les États membres de l'OMI de plans d'action nationaux (NAP) en vue de "contribuer à la réduction" des émissions de gaz à effet de serre issues du transport maritime international.
Le texte dresse une liste de suggestions de ce que pourraient contenir ces plans, comme adapter la législation pour permettre la mise en œuvre des outils de l'OMI, développer les activités de nature à améliorer l'efficacité énergétique des navires et encourager la recherche sur les carburants "bas carbone". L'adaptation des infrastructures et la réduction des émissions portuaires font aussi partie des sujets évoqués. Les représentants ont invité les États ayant déjà mis en place de telles actions à partager leur expérience.

Propositions techniques et opérationnelles

Les délégués ont pourtant travaillé sur une liste de propositions concrètes émanant des pays membres de l'OMI pour atteindre les objectifs, en particulier celui de diminuer de 40 % les émissions carboniques du shipping d'ici 2030.
Parmi les mesures techniques discutées, figurent la possibilité de créer un indice qui permette d'imposer un niveau d'efficacité énergétique (Energy Efficiency Existing Ship Index, EEXI) ou encore une limitation obligatoire de la puissance des moteurs. Cette dernière a été proposée par le Japon, sans succès. Invitée mercredi à la tribune pour évaluer cette proposition, l'ONG ICCT a vivement contesté son efficacité, jugeant son impact "négligeable" en deçà de 30 % de réduction de la puissance moteur.

"Développer des plans d'action nationaux"


Sur le plan opérationnel, l'idée d'une limitation de la vitesse des navires, proposée par la France, a été débattue mais ne sera pas imposée non plus. Plusieurs associations environnementales plaident en sa faveur. Parmi elles, Seas at Risk a estimé qu'une réduction de 20 % de la vitesse des navires permettrait de faire baisser de 34 % les émissions de CO2.
La possibilité d'un renforcement des SEEMP (Plans de gestion du rendement énergétique du navire) a été avancée également. Cette mesure en faveur de la sobriété énergétique a été ajoutée par l'OMI à l'annexe VI de la convention Marpol en 2011. Le SEEMP s'impose à tous les navires existants depuis janvier 2013.

Un cap sans cadre

Au final, les participants aux débats se sont accordés pour laisser une totale liberté de moyens aux États : "une approche basée sur un objectif obligatoire fournirait la flexibilité et la motivation nécessaires pour innover". Chacun avait été invité à considérer les conséquences négatives de ses propositions sur les États. Il s'agissait de tenir compte du "rôle vital du transport maritime pour la sécurité alimentaire et la réponse aux catastrophes", de l'impact des propositions sur le coût du transport et son éventuelle répercussion sur les consommateurs, ainsi que des difficultés rencontrées par les régions ultrapériphériques.
Le groupe de travail doit se réunir encore une fois juste avant la 75e session du MEPC, au cours duquel l'ébauche de texte sera présentée au vote. Certaines dispositions pourraient être approuvées, pour une adoption possible à l'automne.

Franck André

Mercredi 20 Novembre 2019



Lu 869 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy