Énergies fossiles : les pays riches doivent mettre fin les premiers à leur production


Les pays producteurs de pétrole et de gaz les plus riches devraient cesser d'ici 2034 toute production pour espérer contenir le réchauffement climatique à 1,5 °C, alors que les plus pauvres devraient bénéficier d'un délai, selon une étude d'un consortium scientifique britannique.


© Eni
© Eni
Charbon, pétrole et gaz sont parmi les principales sources d'émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, que l'accord de Paris vise à limiter si possible à + 1,5 °C par rapport à l'ère préindustrielle. Une sortie des énergies fossiles est donc l’un des principaux leviers pour limiter les conséquences déjà visibles du changement climatique.

Mais cette sortie n'a pas les mêmes conséquences économiques pour les différents pays producteurs, souligne une étude du Tyndall Centre for Climate Change – consortium britannique regroupant notamment des universités – parue le 22 mars 2022. Se concentrant sur les secteurs du pétrole et du gaz, les chercheurs ont étudié 88 pays, représentant la quasi-totalité de la production mondiale.
Pour certains pays pauvres ne représentant qu'un petit pourcentage de la production mondiale, les revenus tirés des énergies fossiles contribuent très fortement à leur richesse nationale globale, soulignent les chercheurs.

A contrario, certains grands pays producteurs resteraient riches même en arrêtant l’extraction : premier producteur mondial de pétrole, les États-Unis – dont le secteur pétrole et gaz contribue à hauteur de 8% au PIB – conserveraient ainsi une richesse par habitant quasi inchangée, autour de 60.000 dollars par tête, contre 63.500 actuellement.

Sortie "équitable"

Les auteurs ont donc cherché à établir un calendrier pour une sortie "équitable" selon les besoins et capacités des différents pays "à financer une transition juste" grâce au niveau de leur PIB hors "dépendance" au pétrole et au gaz.

"Nous avons calculé les dates de fin des émissions correspondant aux objectifs de températures de l'accord de Paris. Nous avons trouvé que les pays les plus riches doivent arriver à une production zéro de pétrole et de gaz d'ici 2034," souligne Kevin Anderson, professeur à l'université de Manchester et auteur principal de l'étude.

Ces pays, au nombre de 19 – dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la Norvège ou les Émirats arabes unis – ont un PIB moyen hors énergies fossiles de 50.000 dollars par habitant et représentent 35 % de la production mondiale de pétrole et de gaz.

Un groupe de quatorze pays au PIB hors fossiles moyen de 28.000 dollars par tête devrait cesser toute production en 2039. Ces pays, parmi lesquels l'Arabie saoudite ou le Koweït représentent 30 % de la production mondiale.

Suivent onze pays au PIB moyen par tête hors fossiles de 17.000 dollars, dont la Chine ou le Mexique, devant cesser la production (11 % du total mondial) en 2043 ; 19 pays au PIB moyen de 10.000 dollars, dont l'Iran, devant cesser la production (13 % du total) en 2045 ; et un groupe de 25 pays au PIB moyen de 3.600 dollars, dont l'Irak, la Libye ou l'Angola, devant cesser la production (11 % du total) en 2045.

Mais les objectifs de cette nouvelle étude ne sont-ils pas irréalistes, l'invasion de l'Ukraine ayant une nouvelle fois pointé la dépendance des économies mondiales aux énergies fossiles ?

"En tant que chercheurs, ce n'est pas notre problème, répond Kevin Anderson. Ce que nous donnons, c'est un calendrier pour [respecter] + 1,5 °C. Est-ce que ce sont des changements que choisiront de faire les sociétés ? Est-ce atteignable dans le contexte politique actuel ? Rien ne le dit au moment où je vous parle. Aucun pays ne s'approche des engagements nécessaires."

Marlowe Hood

Mercredi 23 Mars 2022



Lu 1123 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal