"Erika" : une cassation créerait une immense amertume


Une annulation par la Cour de cassation de la procédure judiciaire de l'"Erika" créerait "une immense amertume" et un sentiment d'"impunité" des groupes pétroliers, estime Patrick Chaumette, directeur du centre de droit maritime et océanique de l'université de Nantes.


© Marine nationale
© Marine nationale
Pourquoi l'avocat général recommande-t-il une annulation de toute la procédure ?
Il conclut que la loi française de juillet 1983 réprimant la pollution de la mer par les hydrocarbures n'est pas applicable, parce que le naufrage de l'"Erika" s'est produit non pas dans les eaux territoriales françaises, mais en Zone économique exclusive (ZEE). Dans cette zone qui s'étend jusqu'à 200 milles marins (370 km) des côtes, la convention de Montego Bay donne compétence à l’État du pavillon, en l'occurrence Malte. Il conclut à la cassation du volet pénal et du volet civil, puisque les juridictions françaises n'étaient, selon son interprétation, pas compétentes.

Montego Bay dit pourtant que l’État côtier a juridiction dans la ZEE pour la protection de son milieu marin ?
À condition que la loi de l’État côtier soit conforme aux conventions internationales. Or, l'avocat général dit que la loi française de 1983 n'a pas transposé clairement la convention Marpol en droit français.

"Aujourd'hui, seuls le propriétaire et le capitaine seraient visés, pas l'affréteur"


En quoi la loi de 1983 n'était-elle pas conforme ?
Elle réprime la pollution alors que Marpol prohibe les rejets, elle peut permettre d'incriminer différents acteurs comme l'affréteur, alors que Marpol ne vise que le propriétaire et le capitaine, et elle prévoit des peines de prison et non pas seulement d'amende.

La question de la compétence des juridictions françaises avait bien été abordée aux deux procès ?
Le tribunal et la Cour d'appel se sont appuyés sur l'article 113-2 du Code pénal, qui dit que "l'infraction est réputée commise sur le territoire de la République, dès lors qu'un de ses faits constitutifs - dans ce cas la pollution - a eu lieu sur ce territoire". Le rapport du conseiller de la chambre criminelle laisse une porte entrouverte à cette interprétation. Ils avaient en outre jugé que la loi française était conforme à l'"esprit" des conventions internationales.

Quelle a été l'attitude de Malte ?
Malte n'a strictement rien fait. Si on suit l'avocat général, avec un État du pavillon complaisant "endormi", comme Malte, on entre au-delà des eaux territoriales dans une zone de non-droit, où il y a des règles mais pas de sanctions.

Si le naufrage survenait aujourd'hui, le problème se poserait-il ?
La loi a été modifiée depuis pour la mettre en conformité avec les conventions internationales. Elle permettrait aujourd'hui à la justice française de juger une telle affaire, mais conformément à Marpol seuls le propriétaire et le capitaine seraient visés, pas l'affréteur.

Quelles seraient les conséquences d'une annulation de la procédure ?
Les sanctions pénales seraient annulées. Il n'y aurait pas de conséquence pratique sur les indemnisations puisque Total a dit qu'il ne remettrait pas en cause les sommes déjà versées. Mais cela voudrait dire qu'à l'avenir, il serait extrêmement difficile d'aller au-delà des plafonds prévus par le Fipol (fonds internationaux d'indemnisation pour les dommages dus à la pollution par hydrocarbures). Les indemnisations supplémentaires versées par les groupes pétroliers dépendraient de transactions à l'amiable, pas de décisions de justice. Une cassation totale ou partielle créerait une immense amertume. Elle donnerait un sentiment d'impunité des majors pétroliers et alimenterait l'idée que le droit maritime international n'est absolument pas adapté au XXIe siècle.

Pascale Juilliard

Mardi 22 Mai 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy